Mohamed Taki Abdoulkarim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mohamed Taki Abdulkarim)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taki.
Mohamed Taki Abdoulkarim
Fonctions
3e président de la République fédérale islamique des Comores
(5e chef de l'État comorien depuis l'indépendance)
25 mars 19966 novembre 1998
(2 ans, 7 mois et 12 jours)
Élection 16 mars 1996
Premier ministre Tadjidine Ben Said Massounde
Ahmed Abdou
Nourdine Bourhane
Prédécesseur Said Mohamed Djohar
Successeur Tadjidine Ben Said Massounde (intérim)
Azali Assoumani (chef de l'État)
Co-président de la République fédérale islamique des Comores
(intérim)
2 octobre5 octobre 1995
(1 mois et 4 jours)
En tandem avec Said Ali Kemal
Prédécesseur Combo Ayouba (intérim)
Said Mohamed Djohar
(président de la République)
Successeur Caabi El-Yachroutu Mohamed
(intérim)
Said Mohamed Djohar
(président de la République)
Premier ministre comorien
7 janvier15 juillet 1992
(6 mois et 8 jours)
Président Said Mohamed Djohar
Prédécesseur Ali Mroudjaé (indirectement)
Successeur Ibrahim Halidi (indirectement)
Président de l'Assemblée fédérale comorienne
15 décembre 19781984
Biographie
Nom de naissance Mohamed Taki Abdoulkarim
Date de naissance 20 février 1936
Lieu de naissance Mbéni, Grande-Comore (Comores)
Date de décès 6 novembre 1998 (à 62 ans)
Lieu de décès Moroni, Grande-Comore (Comores)
Nationalité Comorienne

Mohamed Taki Abdoulkarim
Présidents de la République fédérale islamique des Comores

Mohamed Taki Abdoulkarim, né le 20 février 1936 à Mbéni (Grande-Comore, dans l'archipel des Comores) et mort le 6 novembre 1998 à Moroni[1], est un homme d'État comorien, président de la République du 25 mars 1996 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mohamed Taki Abdulkarim est issu d'une famille privilégiée d'origine noble. Il part faire ses études à Madagascar puis en France où il obtient un diplôme d'ingénieur en travaux publics. De retour aux Comores, Said Mohamed Cheikh le nomme responsable des travaux publics à Anjouan ou il fait la connaissance d'Ahmed Abdallah[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il se réfugie à Mbéni lors du régime d'Ali Soilih, résiste par une pratique de désobéissance civile, et finit en prison après l'intervention des mercenaires.

  • 1978 : secrétaire du Conseil du directoire présidé par Ahmed Abdallah
  • 1978-1984 : président de l'Assemblée fédérale

Il rompt avec Abdallah et se réfugie en France.

Le bilan de son action en tant que président est vivement critiqué : les pénuries qui se sont multipliées et systématisées, l'indépendance d'Anjouan qui a été déclaré ainsi que le musellement total de la presse et des partis d'opposition n'ont pas laissé un bon souvenir. Son gouvernement s'est accompagné aussi d'un certain nombre de mesures symboliques car souvent inapplicables, marquant un désir de retour vers l'islam : interdiction de vente d'alcool, des mini-jupes, remplacement systématique des mots d'origine française par des mots d'origine arabe dans les discours, etc. Après sa mort, le pays entre alors dans une période d'instabilité politique et institutionnelle qui conduira à un nouveau coup d'État en 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mohamed Taki Abdoulkarim » Britannica Book of the Year, 1999.
  2. (fr) « histoire des Comores », sur domoni.asoaciation.free.fr (consulté le 8 novembre 2010)