Mohamed Jegham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohamed Jegham
Mohamed Jegham le 7 octobre 2000 à Tunis.
Mohamed Jegham le 7 octobre 2000 à Tunis.
Fonctions
Ministre tunisien du Commerce et du Tourisme
17 janvier 201127 janvier 2011
Président Fouad Mebazaa (intérim)
Premier ministre Mohamed Ghannouchi
Gouvernement Ghannouchi II
Prédécesseur Slimane Ourak (Commerce)
Slim Tlatli (Tourisme)
Successeur Mehdi Houas
19e ministre tunisien de la Défense
17 novembre 199923 janvier 2001
Président Zine el-Abidine Ben Ali
Premier ministre Mohamed Ghannouchi
Gouvernement Ghannouchi I
Prédécesseur Habib Ben Yahia
Successeur Dali Jazi
Ministre tunisien de l'Intérieur
24 janvier 199522 janvier 1997
Président Zine el-Abidine Ben Ali
Premier ministre Hamed Karoui
Gouvernement Karoui
Prédécesseur Abdallah Kallel
Successeur Mohamed Ben Rejeb
Biographie
Date de naissance 8 août 1943 (71 ans)
Lieu de naissance Hammam Sousse, Tunisie
Nationalité tunisienne
Parti politique PSD/RCD, indépendant, Al Watan, Al Watan Al Horr, L'Initiative puis Initiative nationale destourienne
Profession homme politique
homme d'affaires

Mohamed Jegham (محمد جغام), né le 8 août 1943 à Hammam Sousse, est un homme politique et homme d'affaires tunisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Mohamed Jegham devient orphelin de son père à deux ans puis de sa mère à l'âge adulte[1].

Après des études effectuées à Sousse et à Tunis, il est licencié en économie et diplômé de l'École nationale d'administration[1].

Fonctionnaire et homme d'affaires[modifier | modifier le code]

À l'âge de 25 ans, il entre au ministère de l'Intérieur[1]. Jegham est successivement nommé délégué à Béja, Gafsa et Jendouba, premier délégué de la délégation de Tunis-Sud, secrétaire général du gouvernorat de Bizerte et enfin gouverneur de Gabès[1].

Nommé président-directeur général (PDG) des Ateliers mécaniques du Sahel en 1980, Jegham devient ensuite PDG de la Société d'études et de développement de Sousse-Nord en 1983[1]. En 1988, il est nommé directeur général des affaires régionales au ministère de l'Intérieur[1].

Il travaille depuis 2005 à la General Mediterranean Holdings[2].

Homme politique[modifier | modifier le code]

Il fait son entrée au gouvernement le 26 juillet 1988 en tant que ministre du Tourisme et de l'Artisanat. Le 24 janvier 1995, il est nommé ministre de l'Intérieur, succédant ainsi à Abdallah Kallel[1]. Le 22 janvier 1997, il est nommé ministre-directeur du cabinet présidentiel[1] puis, le 17 novembre 1999, ministre de la Défense nationale, poste qu'il occupera durant quatorze mois[1]. Il quitte le gouvernement le 23 janvier 2001 pour être nommé ambassadeur à Rome le 30 mars[1].

Mohamed Jegham entre au comité central du Rassemblement constitutionnel démocratique en 1988, à l'occasion du congrès du Salut ; son mandat est reconduit en 1993 et 1999 et ce jusqu'au congrès de l'Ambition tenu en 2003. Il est aussi membre de son bureau politique du 25 janvier 1995 au 26 janvier 2001.

Il est par ailleurs député de la circonscription de Sousse durant les neuvième et dixième législatures, de 1994 à 2004. Il occupe aussi la fonction de maire de Hammam Sousse.

Il est nommé le 17 janvier 2011 au poste de ministre du Commerce et du Tourisme au sein du « gouvernement d'union nationale » conduit par Mohamed Ghannouchi, après la fuite de l'ancien président Zine el-Abidine Ben Ali durant la révolution tunisienne ; Slim Chaker est son secrétaire d'État. Il est remplacé dix jours plus tard par Mehdi Houas en raison de ses liens politiques avec le RCD et pour avoir fait partie du gouvernement de Ben Ali[3].

Jegham annonce le 19 février qu'il fonde un nouveau parti baptisé Al Watan[4]. Il annonce le 5 décembre la création d'un nouveau parti, Al Watan Al Horr, dont il prend la tête ; ceci fait suite à la démission massive de membres de son parti qui ont créé une nouvelle formation gardant le nom Al Watan[5]. Lorsque Al Watan Al Horr rejoint L'Initiative, il en devient le secrétaire général[6]. Le 1er décembre 2013, L'Initiative fusionne au sein de l'Initiative nationale destourienne[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mohamed Jegham est marié à sa cousine Rafiaa[8], avec qui il a trois enfants[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (fr) Ridha Kéfi, « Mohamed Jegham : en réserve de la République ? », Jeune Afrique, 24 avril 2001
  2. (fr) Abdelaziz Barrouhi, « Mohamed Jegham prend le large », Jeune Afrique, 1er mai 2005
  3. (fr) « Nouvelle composition du gouvernement de l'union nationale », Business News, 28 janvier 2011
  4. (fr) « Tunisie - Mohamed Jegham et Ahmed Friâa créent le parti « El Watan » », Business News, 20 février 2011
  5. (fr) « Tunisie - Mohamed Jegham crée un nouveau parti "El Watan El Horr" », Business News, 5 décembre 2011
  6. Abdelaziz Barrouhi, « Fusions et confusion », Jeune Afrique, 22 avril 2012, pp. 42-43
  7. (fr) « Tunis : Fusion entre quatre partis politiques », L'Économiste maghrébin, 31 juillet 2014
  8. (it) Liste des ambassadeurs en Italie (Ministère italien des Affaires étrangères)