Cheikh El Mokrani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mohamed El Mokrani)
Aller à : navigation, rechercher
Gravure représentant El Mokrani.

Cheikh El Mokrani (de son nom complet Mohammed el-Hadj el-Mokrani[1] ou Mohammed Ben Hadj Ahmed El Mokrani[2],[3], en kabyle : Lḥaǧ Muḥend n At-Meqqran[4]), né en 1815[réf. nécessaire] et mort le 5 mai 1871[3], est l'un des leaders des révoltes survenues en Algérie au XIXe siècle suite à la conquête française et la défaite de l'émir Abd el-Kader[5].

Origine[modifier | modifier le code]

Le tombeau de Cheikh El Mokrani

Cheikh El Mokrani était le Bachagha de la Medjana avant l’insurrection de 1871[3], il est le dernier grand chef des Béni Abbas et descendant des dirigeants de la Kalâa des Beni Abbès pendant la période ottomane, eux même descendants du dernier sultan hafside de Béjaia, Abou El Abbés Abdelaziz[6]. Le patronyme Mokrani dérive du kabyle Amokrane (grand, chef), il est porté par les descendants de Ahmed Amokrane, le premier chef des Béni Abbas qui a porté ce titre[7].

Décès[modifier | modifier le code]

Cheikh El Mokrani est mort au combat le 5 mai 1871[3], à Oued Soufflat, près de Bouira[8], il est enterré dans la cour de la mosquée de Djamaâ El Kebir à la Kalâa des Beni Abbès[8].

Hommage[modifier | modifier le code]

Un transporteur de gaz naturel liquéfié de la marine marchande algérienne, d'une capacité de 75 500 m3, réceptionné en 2007, est baptisé Cheikh Mokrani à Osaka au Japon[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles-André Julien, Histoire de l'Algérie contemporaine, t. 1, Presses universitaires de France,‎ 1964 (ISBN 2130361900), p. 477.
  2. Mouloud Gaïd, Mokrani, Éditions Andalouses,‎ 1993, p. 33.
  3. a, b, c et d Chems Eddine Chitour, Algérie : le passé revisité, Casbah Editions,‎ 2004, 318 p. (ISBN 9789961644966), p. 244
  4. X. Yacono, « Kabylie : L'insurrection de 1871 », Encyclopédie berbère, Aix-en-Provence, Edisud, vol. 26,‎ 2004, p. 4022-4026 (lire en ligne)
  5. Collectif coordonné par Hassan Ramaoun, L'Algérie : histoire, société et culture, Casbah Editions,‎ 2000, 351 p. (ISBN 9961-64-189-2), p. 44
  6. Youssef Benoudjit, La Kalaa des Béni Abbès : au XVIe siècle, Dahlab,‎ 1997 (ISBN 9961611322, lire en ligne), p. 29
  7. Laurent-Charles Feraud, Histoire des villes de la province de Constantine : Sétif-Bordj-Bou-Arréridj, L’Harmattan,‎ mars 2011, 248 p. (ISBN 978-2-296-54115-3, lire en ligne), p. 150.
  8. a et b Commémoration de la mort de El Mokrani, Liberté du 30/04/2006.
  9. [PDF]Présentation du navire Cheikh Mokrani lors de sa réception, sur le site internet de la compagnie de transport maritime Hyproc.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :