Mohamed Bencheneb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mohamed Bencheneb (26 octobre 1869, Médéa - 5 février 1929, Alger) était un écrivain algérien et un professeur à la Grande Faculté des Lettres d’Alger.

Origines et naissance[modifier | modifier le code]

Né d’un père propriétaire terrien, son grand-père qui était un retraité de l’armée Ottomane en Algérie, mourut le jour même où l’émir Abdelkader prit d’assaut la ville de Médéa aux environs de 1840, et fut enterré à Chlef laissant son fils Larbi âgé de 14 ans.

Maladie et décès[modifier | modifier le code]

À la suite d'une maladie que les médecins n’ont pu combattre, il décéda le 5 février 1929 à l’hôpital Mustapha-Pacha.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Il traduisit en français la lettre de l’imam El Ghazalix relative à l’éducation, publiée dans la Revue africaine en 1901 sous le titre Lettre sur l'éducation des enfants du philosophe Ghazali, après en avoir traduit une semblable en 1897 sous le titre Notions de pédagogie musulmane.

En 1898, il publie Itinéraire de Tlemcen à la Mecque par Ben Messaïb, curieuse relation poétique du XVIIIe siècle.

De 1906 à 1907 il va publier trois volumes de Proverbes arabes de l'Algérie et du Maghreb et un recueil sur Les Personnages mentionnés dans l'idjaza du cheikh Abd el-Qddir el-Fassi.

Notes et références[modifier | modifier le code]