Mohamed Ag Najem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohamed Ag Najem
Naissance ~ 1955 - 1960
Adrar des Ifoghas
Origine Drapeau du Mali Mali
Drapeau de la Libye Libye (naturalisé)
Touareg Kel Adagh de la tribu des Idnanes
Allégeance Drapeau de la Libye Libye (~ 1980-1990)
MPLA (1990-1992)
Drapeau de la Libye Libye (1992-2011)
MNLA flag.svg MNLA (2011-)
Grade Colonel
Conflits Guerre du Liban
Conflit tchado-libyen
Rébellion touarègue de 1990-1995
Guerre civile libyenne
Guerre du Mali
Commandement Armée du MNLA
Faits d'armes 2e bataille de Kidal
3e bataille de Kidal

Mohamed Ag Najem, né à la fin des années 1950 dans l'Adrar des Ifoghas, au Mali[1], est le chef militaire du Mouvement national de libération de l'Azawad.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un rebelle touareg tué par l'armée malienne en 1963, il s'installa en Libye à l'âge de 20 ans et s'engagea dans l'armée libyenne. Il combattit au Liban, puis au Tchad pendant les années 1980. En 1990, il retourna au Mali pour participer à une nouvelle rébellion touarègue menée par Iyad Ag Ghali. L'accord de paix passé entre les rebelles et le gouvernement ne le satisfaisant pas, il repartit en Libye, où il prit la nationalité libyenne, obtint le rang de colonel et fut chargé d'une unité d'élite à Sabha, dans le sud libyen[1].

Retour au Mali[modifier | modifier le code]

Pendant le siège de Bani Walid par les insurgés du Conseil national de transition (2011), Mohamed Ag Najem regagna ses terres avec ses troupes et établit deux camps dans le désert, au nord du Mali, dans la zone dénommée Azawad. Rejoint par plusieurs officiers maliens déserteurs, il prit la tête du MNLA et lança des attaques sur Ménaka, Aguel'hoc et Tessalit les 17 et 18 janvier 2012.

Il est considéré comme un des leaders de la nouvelle rébellion touarègue et l'ennemi public numéro un au Mali[1].

Les 17 et 21 mai 2014, il commande les forces du MNLA lors des deuxième et troisième bataille de Kidal qui voient la victoire des forces rebelles contre l'armée malienne[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jeune Afrique, «Rébellion du MNLA au Mali : Ag Najem, ou la soif de vengeance», 27 janvier 2012
  2. RFI : Mali: trois groupes armés à Kidal acceptent un accord de cessez-le-feu