Moganite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moganite
Catégorie IX : silicates[1]
Général
Classe de Strunz 4.DA.20
Formule brute O2SiSiO2
Identification
Masse formulaire[2] 60,0843 ± 0,0009 uma
O 53,26 %, Si 46,74 %,
Couleur Grise
Classe cristalline et groupe d'espace prismatique  ; I2/a
Système cristallin Monoclinique prismatique
Réseau de Bravais Centré I
Habitus Massif
Échelle de Mohs 6
Trait Blanc
Éclat Terreux, mat
Propriétés optiques
Indice de réfraction nα = 1.524 nγ = 1.531
Biréfringence δ = 0.007 - Biaxial
Dispersion 2vz ~ Faible
Transparence Transparent
Propriétés physiques
Magnétisme Aucun
Radioactivité Aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La Moganite est une espèce minérale formée de silice (oxyde de silicium : SiO2) ; c'est un polymorphe du quartz : même composition mais avec une structure cristalline différente.

En 1994, l'Association International de Minéralogie a rejeté sa catégorisation à part, car elle n'est pas clairement distinguable du quartz, les mesures permettant la différenciation semblant trop subtiles[3]. Il a seulement été récemment admis par le CNMC, la Commission des Nouveaux Minéraux, Nomenclature et Classification de l'IMA[4]. En effet ce minéral est virtuellement indiscernable de la calcédoine qui est composée de quartz et de moganite. Il semble affectionner les lieux extrêmement secs[5].

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Cette forme particulière de la calcédoine est connue depuis le XIXe siècle ; elle a fait l'objet d'une première description par le minéralogiste français Auguste Michel-Levy sous le nom de lutécite ; mais c'est la description en 1984 par les minéralogistes allemands FLOERKE & GIESE qui fait référence. Le nom dérive du topotype[6].

Topotype[modifier | modifier le code]

Mogán, Grande Canarie, Espagne

Cristallographie[modifier | modifier le code]

Synonyme[modifier | modifier le code]

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Angleterre
Dorset&Derbyshire
  • Espagne
Mogán, Grande Canarie, Province de Las Palmas (topotype)[8]
  • États-Unis
Greasewood Gulch, Comté de Rio Blanco, Colorado
  • France
Saint-Priest-en-Jarez, Saint-Etienne, Loire, Rhône-Alpes[9]
Ravine de Courgas, Apt, Vaucluse, Provence-Alpes-Côte d'Azur[10]
  • Nouvelle-Zélande
Puhipuhi, Northland, North Island[11]

Critères de déterminations[modifier | modifier le code]

  • Ne peut être identifié que par diffraction de sa poudre ou spectroscopie Raman.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. Origlieri, Marcus. "Moganite: a New Mineral -- Not!" Lithosphere (1994). Aug. 2007 <http://geopress.rbnet.net/moganite.htm>.
  4. Nickel, Ernest H., and Monte C. Nichols. "IMA/CNMNC List of Mineral Names." Materials Data. June 2007. Aug. 2007 http://www.geo.vu.nl/users/ima-cnmmn/MINERALlist.pdf
  5. Heaney, Peter J., and Jeffrey E. Post. "The Widespread Distribution of a Novel Silica Polymorph in Microcrystalline Quartz Varieties." Science ns 255 (1992): 441-443. JSTOR. Aug. 2007. Keyword: moganite.
  6. Neues Jahrbuch für Mineralogie, Abhandlungen (1984): 149: 325-336.
  7. Bulletin de la Société française de minéralogie et de cristallographie, Volume 26 p.119 1903
  8. American Mineralogist, volume 070, pp. 874(1985)
  9. G. Demarcq, 1973, "Guides Géologiques Régionaux : Lyonnais, Vallée du Rhône" , p. 88, Masson
  10. F. Roulin et al. , 1986, 109, pp. 349-357.
  11. Mineralogical Magazine; February 2004; v. 68; no. 1; p. 191-198