Modification corporelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Déformation volontaire du crâne chez une Amérindienne et son enfant
Déformation volontaire du crâne chez une Amérindienne et son enfant.
Moulage du visage d'un chef Maori
Moulage du visage d'un chef Maori (v. 1880).
Oreille modifiée, techniques et matériaux contemporains
Oreille modifiée, techniques et matériaux contemporains.
Tatouage d'un membre du gang des Playboys
Tatouage d'un membre du gang des Playboys (États-Unis).

Une modification corporelle désigne une modification du corps, naturelle ou artificielle. Si des phénomènes naturels tels que la croissance, la vieillesse, certaines maladies ou la grossesse ou encore des traitements médicaux ou chirurgicaux entrainent des modifications du corps, l'expression est en général utilisée pour désigner plus spécifiquement les modifications corporelles artificielles, contrôlées et volontaires, le plus souvent liées à des pratiques culturelles, excluant les mutilations punitives et les auto-mutilations relevant de troubles psychiatriques.

Ces pratiques remontant au Paléolithique supérieur sont nombreuses et extrêmement variées[n 1]. Traditionnellement associées à des rituels sociaux initiatiques, propitiatoires ou votifs, elles peuvent être éphémères (comme le henné) ou permanentes (comme le tatouage), inoffensives (comme le perçage des oreilles) ou délabrantes (comme l'excision).

Abondamment décrites par les explorateurs, les modifications corporelles ne sont cependant pas l'apanage exclusif des sociétés qu'ils découvrent et étudient. Elles ont toujours été présentes dans les sociétés occidentales, où elles connaissent, depuis la fin du XXe siècle un fort regain d'intérêt et une très large diffusion (piercing, tatouage, culturisme, chirurgie esthétique).

Enfin, des créateurs ont fait de la modification corporelle une forme d'expression intégrée au marché de l'art, développant un courant connu sous le nom d'art corporel (en anglais, body art).

Origine et signification[modifier | modifier le code]

« Au cours de son histoire, guidé par ses croyances et servi par une imagination fertile, l'homme en est venu à altérer volontairement son image corporelle de façon permanente, allant même jusqu'à l'automutilation »[1]. La pratique remonterait au Paléolithique supérieur, comme en témoignent, au moins, les sépultures contenant des squelettes au crâne déformé, selon des techniques variées selon les régions du globe. Selon Claude Chippaux, « si l'on admet que, pour une longue période préhistorique, puis protohistorique […], la grande majorité des mutilations rituelles est connue, leurs motivations appellent surtout des hypothèses. Les vestiges de ces mutilations sont les messages d'un comportement, mais faute de preuves ces messages peuvent être diversement interprétés ». La pratique aurait débuté par des interventions cutanées superficielles. Elle se serait ensuite diversifiée et étendue à toutes les parties du corps, généralement dans le sens d'une exagération de la pratique initiale (du labret au plateau, du point tatoué au tableau vivant, de l'excision du capuchon clitoridien à l'infibulation, etc.). Selon l'anthropologue Claude Chippaux, « il existe sous chaque mutilation une intention mystique » qui permet à l'homme d'exprimer, par des rites sacrificiels, « sa croyance en une influence extérieure […] responsable de son destin ». Ces rites, d'abord marqués par des sacrifices humains, auraient évolué vers la mutilation et la motivation mystique du geste aurait été intégrée à des rites de passage à forte valeur sociale, la douleur surmontée du sacrifice marquant l'entrée dans la communauté. Dans tous les cas, l'inventivité des opérateurs et le souhait de se distinguer à l'intérieur du corps social ont favorisé le développement de pratiques à visées esthétiques, confirmant à leur tour l'appartenance au groupe[2].

Alors que les pratiques de modification corporelle ont longtemps été liées à une conscience collective obligeant l'individu à s'intégrer au groupe, l'être humain, dans la période moderne, tend, à travers ces pratiques, à cultiver et mettre en valeur son individualité. « Sans négliger la pression du milieu, la mode, il obéit plus à une pulsion personnelle qu'à son environnement lorsqu'il recourt [à ces pratiques ], répondant ainsi à des désirs et des besoins qui lui sont propres »[3]. Dans les sociétés traditionnelles, les modifications corporelles scandent les étapes que parcourt l’individu au sein du groupe. En Occident, la pratique perd aujourd'hui cette signification, pour devenir démarche individuelle et objet de curiosité. D’une culture à une autre, la même modification corporelle peut ainsi signer l'intégration au groupe ou, au contraire, exprimer un refus et susciter le rejet. La scarification, le marquage au fer (branding), l'automutilation (cutting), les implants, le tatouage sont autant de pratiques controversées en raison de leur caractère délibérément inutile. Revendiquées comme tribales, elles seraient une réaction à l’homogénéisation de l’apparence en Occident[4].

La parution, de 1982 à 1993, du périodique Tatootime dirigé par Don Ed Hardy a marqué le début d'une véritable renaissance des modifications corporelles dans les sociétés occidentales à l'époque contemporaine[5]. Des musées consacrent aujourd’hui une partie de leur salles à la modification corporelle, et notamment le Lyle Tuttle’s Tattoo Art Museum[6] à San Francisco[7].

Types de modifications corporelles[modifier | modifier le code]

La peau : tatouages, scarifications, perçages[modifier | modifier le code]

Tatouages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tatouage.

Le tatouage consiste à fixer des pigments colorants dans la profondeur du derme pour y tracer des motifs indélébiles. L'opérateur utilise des pigments naturels[n 2] ou industriels et les applique en pratiquant une série de piqûres[n 3] ou de brûlures. Les motivations peuvent être prophylactiques, thérapeutiques, liées à l'identification d'un groupe humain, esthétiques ou érotiques[8].

Charles Darwin estimait que, parmi les modifications corporelles, le tatouage est certainement une des plus anciennes et des plus répandues à la surface du globe[9]. La découverte du corps d'Ötzi a montré que le tatouage thérapeutique existait déjà en Europe il y a plus de 4 500 ans[10].

Il existe également des variantes plus récentes, telles que le tatouage de la cornée, lequel consiste en une modification de couleur de la sclère. Le maquillage permanent constitue également une forme de tatouage sur le contour des yeux, donnant l’illusion de fard à paupières.

Scarifications[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Scarification.

Répondant aux mêmes motivations et aussi répandue que le tatouage, mais privilégiée par les populations mélanodermes, la scarification est une création volontaire, à la surface de l’épiderme, de cicatrices qui, selon la technique employée, seront planes, saillantes ou déprimées. Ces différents résultats sont obtenus en incisant la peau ou en excisant des fragments. Les soins post-opératoires, qui déterminent les modalités de cicatrisation, conditionnent l'aspect définitif du motif décoratif cutané[n 4]. La combinaison de ces techniques avec celles du tatouage permet d'obtenir des scarifications tatouées. Si on considère comme des scarifications les incisions représentées sur l'abdomen de la Vénus de Brassempouy, la pratique remonterait, au moins, au Paléolithique supérieur[11].

cicatrices de duel connues sous le vocable de Schmisse
Portrait d'Adolf Hoffmann-Heyden (1877-1964), étudiant allemand arborant les cicatrices de duel connues sous le vocable de Schmisse.

En Europe, la scarification initiatique des étudiants allemands et autrichiens, connue sous le nom de Schmisse[n 6] est décrite depuis 1825. Extrêmement prisée par les futures élites germaniques, elle est produite au cours de duels (Mensuren) ritualisés[12] entre jeunes gens appartenant aux fraternités estudiantines[13] ou engagés dans l'armée allemande[14]. Les règles du combat visent à obtenir des cicatrices, considérées comme une preuve de courage, et à en codifier l'administration (protections, type de lame, profil droit épargné). Le processus de cicatrisation est contrôlé, permettant de générer soit une élégante estafilade, soit un bourrelet très visible. Les plus timorés peuvent avoir recours à la chirurgie pour se faire réaliser une fausse Schmisse. Sur les 133 associations estudiantines (Burschenschaften), 10 ont aboli la pratique, 64 la considèrent encore comme obligatoire, 59 comme facultative[15].

En-dehors des pratiques ritualisées, la scarification est une forme fréquente d'auto-mutilation associée à des affections psychiatriques, notamment chez l'adolescent[16].

Perçage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Piercing.

Le perçage (en anglais piercing) est une pratique consistant à percer ou à inciser une partie du corps pour y insérer un objet ou un bijou. Le streching (étirement en français) consiste à poursuivre cette modification en introduisant un bijou de plus en plus volumineux pour provoquer l'élargissement de la cavité. Si le perçage de l'oreille et des ailes du nez restent les plus fréquents, aucune zone du corps n'échappe à cette pratique répandue sur toute la surface du globe, aussi bien dans les sociétés traditionnelles que dans la culture occidentale contemporaine[réf. nécessaire]. Traditionnellement bien en vue sur la face (sourcils, joues, lèvres, menton)[réf. nécessaire], les perçages sont aujourd'hui également exécutés sur le reste du corps, avec une prédilection pour les zones érogènes (tétons, appareil génital externe).

Selon Caroline Sahuc, les associations « tatouage-délinquance » ou « piercing-déviance sociale » ne sont pas pertinentes chez l'adolescent pour qui, la plupart du temps, la modification corporelle est avant tout un moyen d’expression[16].

Marquage au fer (branding)[modifier | modifier le code]

Marquage au fer contemporain
Marquage au fer contemporain à visée esthétique (Royaume-Uni, 2009).

Le marquage au fer consiste à appliquer sur la peau un objet chauffé pour y laisser une marque définitive. Traditionnellement réalisé dans le contexte de l'esclavage, de la torture et de l'emprisonnement, la pratique du marquage au fer peut aujourd'hui revêtir un aspect semi-volontaire, lors de rites d'initiation entourés d'une forte pression du groupe : gangs, environnement carcéral, fraternités. Le marquage au fer fait également partie de certaines pratiques sexuelles de soumission BDSM[17]. Enfin, la pratique peut correspondre à une démarche volontaire et personnelle de modification corporelle à visée esthétique (branding), associée ou non aux tatouages ou aux piercings.

Déformations crâniennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Déformation volontaire du crâne.

Le modelage précoce du crâne, pratique très ancienne et un temps très répandue[n 7], est distingué par ceux qui l'étudient selon deux techniques : la déformation tabulaire et la déformation circulaire. Dans la première, le crâne est déformé grâce à l'application de planchettes dont l'agencement et l'angulation, variables, conditionnent l'effet obtenu. Dans la seconde, une bande de toile, une corde ou un arceau rigide compriment la boîte crânienne pendant sa croissance pour obtenir l'effet souhaité. Le plus souvent délibérée et prisée pour ses conséquences esthétiques, la déformation crânienne peut également être involontaire et secondaire à des coutumes vestimentaires néonatales, comme les déformations dites « toulousaine » ou « normande », observées en France jusqu'au XIXe siècle[18]. Volontaires, les déformations du crâne ont été utilisées pour exagérer des caractéristiques préexistantes ou distinguer des groupes sociaux, soit dans le sens de la valorisation, en les réservant à une caste considérée comme supérieure, soit, inversement, en les imposant à un groupe social considéré comme inférieur[19].

Mutilations volontaires de la face[modifier | modifier le code]

Lèvres[modifier | modifier le code]

Labret, fiche végétale, plume, plateau, disque labial, botoque, toutes sortes d'objets naturels ou manufacturés, en bois, en pierre, en ivoire ou en métal peuvent être insérés dans des perforations réalisées dans l'épaisseur des lèvres (inférieure ou supérieure) et à leurs commissures. Cette pratique est très ancienne et répandue sur toute la surface du globe[n 8]. Si les labrets ornementaux en forme de baguette occasionnent peu de gêne, les dispositifs circulaires de type « plateau » peuvent avoir, lorsque leur taille est importante, des conséquences invalidantes[n 9], moindres lorsqu'ils sont placés en position commissurale[20].

Oreilles[modifier | modifier le code]

Peu sensible, le pavillon de l'oreille se prête à la modification corporelle, qui n'entraîne, en outre, pas de gêne fonctionnelle. Le lobe peut être percé pour recevoir un bijou[n 10], et l'orifice peut ensuite être agrandi pour y insérer des objets de plus en plus grands (stretching). La conque, rigide, peut quant à elle supporter, sans se déformer, de nombreuses décorations. Purement esthétique, symbolique ou religieux, le perçage du lobe de l'oreille, pratique immémoriale et universelle, constitue aujourd'hui la modification corporelle la plus fréquente au monde[21].

Nez[modifier | modifier le code]

Comme les lèvres, les ailes du nez ou le lobe charnu prolongeant la cloison nasale peuvent être percés pour être ornés de parures à vocation purement esthétique ou à signification rituelle ou sociale. Il peut s'agir d'éléments naturels (plumes, coquillages, os, dents) ou d'objets manufacturés (disques, anneaux, perles montées, bijoux). Des prédispositions anatomiques particulières, comme les narines largement ouvertes de Papous, ont encouragé la créativité de certains peuples qui ont fait des parures de nez un élément essentiel de leur esthétique. D'autres modifications du nez sont par ailleurs rapportées : écrasement à la naissance (îles Carolines), incision et retournement des ailes (chez les Miranhas du Brésil)[22].

Langue[modifier | modifier le code]

Langue bifide, obtenue par tongue split, chez une jeune femme
Langue bifide, obtenue par tongue split, chez une jeune femme.

Dans les sociétés occidentales contemporaines, la langue peut être l'objet de modifications corporelles, la plus courante étant le perçage et la plus rare le tongue split (en français, langue fendue), une pratique contestée[23],[24] visant à séparer la partie antérieure de la langue afin que celle-ci prenne une apparence bifide, caractéristique de celle des serpents[25].

Dents[modifier | modifier le code]

Les incisives et les canines, découvertes par les lèvres entrouvertes, font l'objet d'une grande variété de modifications : avulsion de la dent, taille de la couronne, incrustation, laquage, placage.

Très répandue, la pratique de l'avulsion serait la plus ancienne, et semblerait originellement faire partie de rites de passage parfois associés à la circoncision.

Concernant la taille de la couronne, connue historiquement en Amérique latine et en Asie, et toujours pratiquée en Afrique, elle va de la simple amputation à une variété de profilages (en créneaux, en pointe, en dents de scie, en angle, en marteau, en crochets, etc.) aujourd'hui bien répertoriée. Le choix des dents concernées, inférieures, supérieures, incisives, canines[n 11] ouvre un niveau supplémentaire et infini de variantes. Le résultat souhaité peut être obtenu par percussion, par sciage, par abrasion, cette dernière pouvant venir compléter et affiner l'effet des précédentes.

Très pratiquée dans l'Amérique précolombienne l'incrustation y faisait appel à la turquoise, au jade, à l'hématite, à la pyrite. Taillées en cylindre, les pierres étaient scellées, à la face externe de la dent, dans une alvéole creusée avec un trépan. La pratique est toujours très populaire en Inde où une variété de techniques coexistent.

Le laquage, encore pratiqué en Asie, consiste à teindre la dent. Réalisée dans les règles de l'art, l'opération est irréversible. Elle se fait traditionnellement en deux temps : on applique tout d'abord sur les dents de la gomme-laque, qu'on recouvre ensuite d'une préparation ferro-tannique. D'autres protocoles, faisant appel au bétel ou au bitume sont parfois décrits[26].

Modification du cou, du tronc, des membres[modifier | modifier le code]

Cou[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Femmes girafes.
Femmes Padaung (Birmanie) portant des anneaux de cuivre au cou et aux jambes
Femmes Padaung (Birmanie) portant des anneaux de cuivre au cou et aux jambes.

L'occurrence la plus connue de modification corporelle concernant le cou est celle des « femmes girafes » (ainsi baptisées par Vitold de Golish) de l'ethnie Padaung de Birmanie. La pose des premières pièces du collier et son évolution sont rythmées par les cycles lunaires et la maturité sexuelle de la fillette. Les motivations de cette pratique restent obscures[27].

Sein[modifier | modifier le code]

Ablation - Si les Amazones, qui doivent leur nom au sacrifice de leur sein[n 12],[28] appartiennent à la mythologie grecque, l'ablation d'un ou des deux seins est une réalité historique concernant essentiellement des sociétés de femmes isolées et déterminées à vivre indépendamment des hommes[29]. Une pratique mystique du même ordre a été décrite chez les femmes de la secte des Skoptzy, dont les hommes, quant à eux, se castraient[30].

Repassage des seins - Le repassage des seins est une pratique encore répandue dans certains pays[n 13], qui consiste à réaliser un massage de la poitrine à l’aide de préparations médicamenteuses ou d’éléments préalablement chauffés, de manière à limiter la maturité physique des jeunes filles. Souvent associée à la pose de bandages constricteurs et unanimement considérée comme préjudiciable à la santé, la pratique viserait à éviter l'apparition d'une sexualité précoce[31],[32].

Mammoplastie - Le développement, à partir du XXe siècle, des chirurgies plastique et esthétique, a fait la part belle à la mammoplastie, procédure chirurgicale destinée à la reconstruction de la poitrine, mais également à réduire ou à augmenter le volume des seins. Dans le second cas, les chirurgiens ont recours à une variété de techniques, impliquant ou non la pose d'implants mammaires.

Mutilation volontaire des doigts de la main[modifier | modifier le code]

La fréquence des représentations de mains mutilées dans l'art pariétal a suscité des interrogations concernant des pratiques d'amputation volontaire des doigts chez l'homme préhistorique. Leur réalité n'a pu être établie, mais le sacrifice volontaire de phalanges ou de doigts entiers a été abondamment décrit, y compris à l'époque moderne, entre autres chez les Dugum Dani de Nouvelle-Guinée, à Madagascar, chez les Indiens d'Amérique du Nord (Sioux, Assiniboins, Crows), les Bantous Héréros, les Hottentots et les Warramungas d'Australie. La pratique est intégrée au code d'honneur des Yakuzas japonais, où elle porte le nom de yubitsume. Dans tous les cas, l'ampleur de la mutilation et le choix du doigt à amputer dépendent de la tradition, tandis que la motivation apparaît constamment relever du sacrifice votif ou expiatoire[33],[34].

Petit pied de la Chinoise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pieds bandés.
Riches Chinoises aux pieds déformés
Riches Chinoises aux pieds déformés (Photographie de James Ricalton vers 1900).

Pratiquée pendant un millier d'années et jusqu'au milieu du XXe siècle, la déformation intentionnelle du pied est une pratique qui est restée limitée à la Chine. La première étape, qui consiste à replier et à maintenir la face dorsale du pied en position plantaire sous le gros orteil, conduit à la déformation « vulgaire ». La seconde étape, qui consiste à faire basculer le pied en pliant la voûte plantaire autour d'un objet cylindrique, parachève la première et abouti à la déformation « idéale ». Appliquées sur des fillettes de quatre à huit ans et entretenues par des bandages et des massages incessants, ces manipulations produisaient des pieds ankylosés et difformes, mais minuscules. Les effets de cette modification corporelle n'étaient pas limités à la morphologie du pied ; ils touchaient également la bascule du bassin, la musculature des mollets et des cuisses et affectaient la démarche. Répandue dans toutes les classes sociales de l'Empire chinois et clairement liée à des objectifs érotiques, la coutume a été associée à des accessoires (souliers, sabots) sujets à des phénomènes de mode. Interdite à l'avènement de la République, la pratique a persisté, dans certaines zones reculées, jusqu'au milieu du XXe siècle[35].

Modification de la silhouette[modifier | modifier le code]

Les modifications intentionnelles de la silhouette peuvent passer par des artifices vestimentaires destinés à mettre en valeur poitrine, taille, et bassin (surcots, corsets), par une mise en valeur de la masse musculaire (culturisme), ou par une exagération des masses adipeuses (sumotori). Cette dernière pratique a été un temps systématisée en Mauritanie où « pour être femme de qualité, il faut être femme de quantité »[n 14]. Le prestige associé à la présence, dans la famille, d'une jeune fille obèse, y a favorisé le développement de véritables « maisons d'engraissement » et d'une corporation de « gaveuses » professionnelles. Ces pratiques, et les silhouettes correspondantes, ont été rapprochées des représentations de certaines Vénus paléolithiques.

Modification des organes sexuels[modifier | modifier le code]

Mutilations génitales féminines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mutilations génitales féminines.

Ces pratiques ancestrales consistent à ôter, pour des raisons d'ordre coutumier, tout ou partie des organes génitaux externes féminins. En 2013, le Fonds des Nations unies pour l'enfance estime que 125 millions de filles et de femmes ont subi ce type de mutilations sexuelles, illégales dans la plupart des pays du monde[36]. Ces pratiques sont un élément crucial des cérémonies d'initiation dans certaines communautés, où elles marquent le passage des fillettes à l'âge adulte. Ces sociétés y voient un moyen de contrôler la sexualité féminine, de garantir la virginité des jeunes filles avant leur mariage, et leur chasteté après. L'origine de ces pratiques est relativement méconnue des chercheurs, mais il existe des preuves de leur existence bien avant l'apparition du christianisme et de l'islam, dans des communautés qui les perpétuent aujourd'hui[n 15].

Les modalités d'intervention varient selon les groupes humains concernés[37], depuis l'excision dite « sunna » (ablation ou incision du capuchon du clitoris), jusqu'à l'infibulation[n 16] (excision doublée de l'ablation des grandes lèvres et suivie de la suture bord à bord des deux moignons), en passant par l'excision-clitoridectomie (ablation du clitoris et des petites lèvres) ou l'introcision[n 17].

D'autres pratiques concernant les organes génitaux féminins ont été décrites, indépendamment ou en association avec les précédentes : perçage ou incision du clitoris et des lèvres ; étirements du clitoris et des lèvres ; cautérisation du clitoris ; curetage de l'orifice vaginal ; scarification du vagin ou usage de substances corrosives pour provoquer des saignements dans le but de le resserrer ou de le rétrécir[38].

Alors que les mutilations génitales féminines pratiquées par les cultures traditionnelles sont généralement condamnées dans les sociétés occidentales, ces dernières voient se développer, depuis la fin du XXe siècle, des pratiques de mutilation génitale volontaires à visées esthétiques et érotiques, en particulier différentes formes de piercing génital féminin.

Mutilations sexuelles masculines[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Circoncision, Subincision, Castration et Émasculation.

Circoncision — La circoncision est la forme la plus répandue de mutilation sexuelle masculine. Elle consiste en une ablation totale ou partielle du prépuce, laissant ainsi le gland du pénis à découvert. Selon l’Organisation mondiale de la santé, en 2009, 661 millions d’hommes de plus de 15 ans seraient circoncis (30 % de la population masculine mondiale)[39].

En tant que pratique rituelle, la circoncision est connue depuis l'Antiquité. Elle semble originaire d'Égypte[40] et elle a été adoptée par le judaïsme et par l'ensemble du monde musulman. Le rite est également pratiqué chez certains chrétiens orientaux[39]. En tant que pratique hygiénique, la circoncision est très répandue aux États-Unis, aux Philippines, ou en Corée du Sud. Enfin, la circoncision peut être réalisée pour des motifs thérapeutiques (traitement des phimosis et des paraphimosis). Elle est alors appelée « posthectomie »[41].

Subincision — La subincision consiste à fendre le canal urétral sur une longueur pouvant, dans les cas extrêmes, aller du gland à la racine de la verge (subincision totale). La pratique est connue principalement en Australie, mais également aux îles Fidji et dans quelques tribus d'Amérique du Sud. En Australie, elle est accompagnée par des rituels mettant en avant le don et le partage du sang. Elle peut être exécutée par étapes, l'incision initiale réalisée, avant le mariage, avec un couteau de pierre ou d'os, pouvant être agrandie au cours de cérémonies ultérieures[42].

Chevillage — Cette pratique consiste à ficher une cheville (de bois, d'os ou d'ivoire) transversalement ou verticalement au travers du gland ou du pénis en transfixant l'urètre au passage. Dans sa version la moins brutale, l'opération est limitée au prépuce. Pratiqué dans l'Antiquité à Rome et en Occident, aujourd'hui en Océanie et en Asie, le chevillage peut avoir pour objectif d'assurer une protection magique, d'empêcher ou d'augmenter le plaisir sexuel, de prévenir la rétraction de la verge (affection connue en Chine sous le nom de souch jeung, shoot young en cantonnais, koro en Asie du Sud-Est)[43].

Castration et émasculation — Chez l'homme, la castration consiste à supprimer les testicules[n 18], tandis que l'émasculation consiste à sectionner l'ensemble des organes génitaux au ras du pubis. Dans les deux cas, si le patient survit, les effets secondaires, physiques et psychiques, sont extrêmement marqués, surtout si l'intervention est réalisée avant la puberté.

Autrefois pratiquée en Occident en vue d’éviter la mue de jeunes chanteurs (dits castrats), et en Orient, pour alimenter le corps des eunuques, la castration constitue aujourd’hui une mutilation génitale interdite dans la plupart des pays.

La pratique peut également avoir des motivations religieuses ou mystiques. Dans l'antiquité, les prêtres de Cybèle, les galles, se castraient eux-mêmes[44]. Dès le premier canon du premier Concile de Nicée (325), l'Église « exclut du sacerdoce ceux qui se sont volontairement châtrés sous prétexte de chasteté »[45]. La survivance de la castration-émasculation mystique est illustrée par la secte slave des skoptzy, apparue vers 1757 en Europe de l'Est. Fanatique[n 19] et secrète, longuement combattue par les autorités, repérée en Roumanie après la Première Guerre mondiale, elle est réappararue ponctuellement dans l'actualité contemporaine[46].

En Inde, la caste des Hijras regroupe des individus masculins qui ont été émasculés pendant l'enfance ou l'adolescence et des individus intersexués[47].

Comme pour celles des femmes, les pratiques de mutilation génitale volontaires à visées esthétiques et érotiques masculines font l'objet, dans les sociétés occidentales, d'un regain d'intérêt depuis la fin du XXe siècle[n 20].

Chirurgie plastique[modifier | modifier le code]

Il est désormais socialement admis de vouloir modifier son corps chirurgicalement, en vue de masquer les modifications liées au vieillissement ou de se rapprocher de critères de beauté variables selon les cultures. Dans ce cas, les effets de la chirurgie n'ont généralement pas pour but d'être visibles en eux-mêmes. Ils ont plutôt pour fonction d'accroître les caractéristiques de certaines parties du corps, ou d'en changer l'apparence pour se rapprocher d'une norme. C'est l'objet de la chirurgie esthétique, une des branches de la chirurgie plastique, dont le but est d'améliorer l'apparence de l'individu sans que cela ne réponde à des besoins réparateurs. Le lifting, les implants capillaires, la liposuccion, la rhinoplastie et la blépharoplastie en sont des exemples[48].

Modifications corporelles temporaires[modifier | modifier le code]

Un exemple de nail art
Un exemple de nail art.

Les pratiques proposées ci-dessous sont stricto sensu des modifications corporelles, même si le sens courant du terme ne les inclut pas forcément.

  • Coiffure - Au sens strict du terme, se couper les cheveux est une modification corporelle temporaire.
  • Nail art - Modification de l'aspect de l'ongle à l'aide en général de vernis et peintures, mais parfois également de piercings spécifiques requérant une perforation de l'ongle.
  • Épilation - Ablation temporaire ou définitive des poils. Celle-ci peut être réalisée pour des raisons esthétiques ou d'hygiène.

Modifications corporelles et religion[modifier | modifier le code]

Alors que la plupart des religions proches des cultures traditionnelles intègrent les modifications corporelles admises par le groupe sans les questionner, voire en les valorisant[n 21], les autorités spirituelles du christianisme, du judaïsme et de l'islam ont souvent tenté de les réguler, pour lutter contre les pratiques antérieures à leurs révélations respectives et se distinguer des communautés païennes. Les trois monothéismes partagent l'idée que l'homme, créé par Dieu, ne s'appartient pas et qu'il n'est donc pas libre de modifier son apparence corporelle.

Les Hébreux se réfèrent au texte du Lévitique (19.28)[n 22] — seule mention de ces pratiques dans la Bible — ou à un des 613 commandements (misvot) touchant au respect du corps.

Pour les chrétiens, il est établi que les premiers adeptes avaient coutume de se tatouer un signe de reconnaissance (croix ou monogramme du Christ). Le tatouage a longtemps été proposé, autour des lieux saints aux pèlerins chrétiens qui se rendaient en Palestine. Dans le même esprit, il était pratiqué en Europe dans l'enceinte du sanctuaire de la Sainte Maison de Lorette, supposée, selon la légende, avoir été transportée miraculeusement de Palestine en Italie[49],[50],[51]. L'interdit exprimé en 789 lors du concile de Calcuth (Angleterre) portait plus largement sur l'abolition des « restes des anciennes religions païennes »[52]. À l'opposé, quand les chrétiens se retrouvent minoritaires en terre d'islam, comme c'est le cas des coptes d'Égypte ou des catholiques de Bosnie-Herzégovine, ils recourent au tatouage pour se différencier des musulmans, les marques ayant alors également pour effet de rendre plus difficile l'apostasie[53].

Tatouages des catholiques de Bosnie-Herzégovine
Tatouages des catholiques de Bosnie-Herzégovine (collectés par Moriz Hoerner, Vienne, 1896).

Pour l'islam, on trouve dans le Coran une référence prohibant indirectement la modification corporelle [n 23], ainsi que, de manière très explicite, dans de nombreux hadîths :

  • « Dieu a maudit celles qui se tatouent, celles qui tatouent, celles qui s ‘épilent le visage, celles qui liment leurs dents pour les séparer afin de paraître belles, celles qui procèdent dans le but de changer la création de Dieu »;
  • « Allah a maudit celles qui relient leurs cheveux à d’autre, celles qui demandent à ce que l’on leurs fassent, celles qui se tatouent et celles qui tatouent » ;
  • « J’ai vu dire par mon père que le prophète a interdit l’argent du sang, l’argent de l’achat ou vente du chien, celui qui se nourrit du Riba et qui nourrissent avec, le tatoué et le tatoueur » ;
  • « Une femme qui tatoue a été présenté à Omar, il s’est levé en disant : « Je vous supplie au nom de Dieu de me dire qui a entendu les dires du prophète sur le tatouage ? » Abou Horeira a dit : « Je me suis levé et dit : Ô roi des croyants moi j’ai entendu ». Il a dit : « Tu as entendu quoi ? ». J’ai dit : « J’ai entendu le prophète dire : ne vous tatouez pas et ne tatouez point » » ;
  • « Le bon Dieu a maudit celles qui se tatouent et celles qui tatouent, celles qui s’épilent le visage, celles qui liment leurs dents et les séparent afin de paraître belles, celles qui veulent changer la création de dieu. Comment ne maudirai-je pas celle que le prophète a maudit et cela se trouve dans le Coran ? » .

Si l'islam et le judaïsme exigent que l'être humain retourne à la terre comme il y est venu, ces deux religions font une exception notable pour la pratique de la circoncision[n 24].

Enfin, quelles que soient la rigueur théorique de leurs positions dogmatiques, les trois monothéismes ont, de tout temps, dû faire des concessions sur les modifications corporelles mineures, notamment le port des boucles d'oreilles, pourtant associé, chez les premiers chrétiens, au Mal et au démon[54],[55],[56]. Les Juifs, qui ont subi le tatouage imposé dans certains camps d'extermination nazis, voient, avec la mort des derniers survivants, se développer une pratique mémorielle — par ailleurs contestée — consistant, pour un descendant, à se faire tatouer sur le bras le numéro matricule d'un ancien déporté[57]. L'islam a, quant à lui, dû accepter les scarifications des peuples sub-sahariens et les tatouages prophylactique ou thérapeutiques — tatouage ahajam, par opposition au tatouage lusam décoratif[58] — des populations berbères et kabyles[n 25].

Body art[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Art corporel.

L'art corporel (Body art en anglais) est une forme d'expression artistique apparue dans la seconde moitié du XXe siècle et utilisant, entre autres, le vocabulaire de la modification corporelle, avec pour support le corps humain. Toutes les techniques sont mobilisées, ou combinées, pour produire ce type d'œuvre, qui peut ensuite être présentée par l'intermédiaire de différents médiums (photographie, vidéo, performance, spectacle vivant). Ainsi, les primitifs modernes (en) combinent de manière expérimentale des techniques anciennes avec des technologies nouvelles. Chaque assemblage de piercings, de tatouages et de scarifications transforme le corps en une sculpture unique, en dehors des normes sociales. Pour les praticiens du genre, comme Fakir Musafar, l'agencement de différentes modifications corporelles est un jeu (le « body play »), comparable à celui des musiciens de jazz, capables de réinventer à l’infini les « standards »[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aucune partie du corps n'est épargnée, sauf l'œil et l'anus, selon Armando Favazza (p.|82). La pratique du blanchiment anal et le détournement du tatouage cornéal thérapeutique semblent aujourd'hui repousser ces dernières limites.
  2. Le plus utilisé étant le noir de fumée.
  3. Les outils et les techniques sont extrêmement variés. À noter la technique du fil enduit de colorant et tiré sous la peau à l'aide d'une aiguille, utilisée par les Esquimaux.
  4. À noter l'utilisation de pansements contenant des produits favorisant la prolifération cutanée au cours de la cicatrisation, et permettant ainsi d'obtenir des « perles de chair » en relief.
  5. Les marques indiquent son statut de veuve. Leur importance est proportionnelle au chagrin du deuil.
  6. Smite, Schmitte ou Renommierschmiss.
  7. Le continent américain étant la zone géographique ou les déformations crâniennes furent le plus pratiquées, et celle où elles prirent les formes les plus élaborées et les plus variées.
  8. Des ornements en pierre utilisés comme labrets datant du Néolithique ont été retrouvés au Tchad. L'usage traditionnel est particulièrement répandu en Afrique et sur le continent américain. Sa présence en Australie fait l'objet de débats.
  9. Distension des ourlets labiaux, déchaussement des dents, salivation, modification de l'expression orale.
  10. Manufacturé (anneau, bouton, chaîne, boucle, pendentif, botoque, etc.) ou naturel (tronçon de bambou, chapelets de graines, dents, os).
  11. Rarement prémolaires.
  12. En grec ancien Ἀμαζόνες, Amazónes ou Ἀμαζονίδες, Amazonídes). L'étymologie populaire décompose le mot en un ἀ-, a- « privatif », et μαζός, mazós, « sein » en ionien : « celles qui n'ont pas de sein ». La légende dit qu'elles avaient coutume de se couper le sein droit afin de pouvoir tirer à l'arc.
  13. Notamment au Cameroun, où près d'un quart des femmes l'auraient subi.
  14. Simone Clapier-Valladon, citée par Chippaux, p. 540.
  15. Strabon, né en - 63, mentionne dans sa Géographie, les Égyptiens « qui excisent les filles », et les Juifs qui suivent la même règle. L'excision est décrite en Malaisie, au Pakistan et dans certaines tribus australiennes. Sur le continent américain, elle est représentée sur les poteries des Mochicas et des anthropologues en ont été témoins chez les Shipibos d'Amazonie. Lire Claude Chippaux, p. 556.
  16. Encore appelée « circoncision pharaonique ».
  17. Mutilation pratiquée par les aborigènes Pitta-Patta d'Australie, ainsi que chez les Indiens Conibos, au Pérou.
  18. À noter la demi-mesure que constitue l'hémicastration (écrasement d'un des deux testicules), rare, mais décrite en Micronésie, en Éthiopie, dans l'est africain et chez les Hottentots.
  19. À force de prosélytisme, elle parvint à étendre son influence jusqu'en Turquie et au Liban. Chez les skoptzy, la mutilation n'intervenait qu'après avoir procréé un ou deux enfants. Le disciple avait le choix entre la castration (« petit sceau ») ou l'émasculation (« sceau impérial »). Les femmes de la secte procédaient à leurs propres mutilations sexuelles. Lire Chippaux, p. 585-586.
  20. Parmi les modifications corporelles autorisées par les progrès de la chirurgie, on peut citer le perlage, qui consiste à introduire de billes sphériques, en titane ou silicone, sous la peau des parties génitales de l'homme.
  21. La Thaïlande, en majorité bouddhiste, a interdit en 2011 les tatouages ayant trait à cette religion proposés aux touristes. Le ministre de la culture, Niphit Intharasombat, a confirmé que son ministère a reçu des plaintes concernant des boutiques qui proposent des tatouages de Buddha et d’autres images religieuses pour des visiteurs qui ne sont pas bouddhistes. Les statues et images de Buddha étant considérées comme des objets de culte sacré, le ministère a demandé aux boutiques de tatouage de cesser cette pratique. Lire Thailand calls for ban on religious tattoos for tourists, CNN, 1er juin 2011.
  22. Vous ne ferez point d'incisions dans votre chair pour un mort [lors d'un deuil], et vous n'imprimerez point de figures sur vous.
  23. Sourate 4 – Les femmes (An-Nisa) – verset 119. « Certes, je ne manquerai pas de les égarer, je leur donnerai de faux espoirs, je leur commanderai, et ils fendront les oreilles aux bestiaux ; je leur commanderai, et ils altéreront la création de Dieu. Et quiconque prend le Diable pour allié au lieu de Dieu, sera, certes, voué à une perte évidente ».
  24. Probablement antérieure à leur avènement et réintégrée, en position prééminente, à leurs rituels.
  25. Le marquage corporel est condamné sans équivoque par la religion islamique comme un « signe du Diable », mais un compromis a été trouvé : avant d'entrer au Paradis, chacun subira une purification par le feu qui enlèvera toutes les empreintes terrestres (Lacassagne et Magitot, p.7).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chippaux,1990, p. 587.
  2. Chippaux,1990, p. 587-593.
  3. Chippaux,1990, p. 488-489.
  4. a et b Liotard, 2003.
  5. De Mello, 2007
  6. « Site officiel de Lyle Tuttle ».
  7. Le Breton, 2002.
  8. Chippaux,1990, p. 496.
  9. Charles Darwin, La Filiation de l'homme et la sélection liée au sexe, 1891, p. 628
  10. Galliot 2014, p. 496.
  11. Chippaux,1990, p. 493.
  12. Au milieu du XIXe siècle, pour la seule ville d'Heidelberg, le médecin attitré pour le traitement de ces blessures avait assisté en 24 années de carrière, à 20 000 duels.
  13. De Mello, 2007, p. 237.
  14. (en) Candace Keener, « Real Men Have Dueling Scars », HowStuffWorks,‎ 4 mai 2009.
  15. Franz Wissant, « La Mensur, rituel sanglant desWaffenstudenten », Theatrum Belli,‎ 12 octobre 2011.
  16. a et b Sahuc, 2006, p. 119-122.
  17. Di Mello, 2007, p. 245.
  18. Paul Broca, « Sur la déformation toulousaine du crâne », Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, vol. 6, no 6,‎ 1871, p. 100-131 (lire en ligne)
  19. Chippaux,1990, p. 506-512.
  20. Chippaux,1990, p. 515-520.
  21. Chippaux,1990, p. 523-525.
  22. Chippaux,1990, p. 520-522.
  23. Jurden, 2005.
  24. Range, 2002.
  25. American Journal of Forensic Medicine & Pathology, 1999, p. 281-285.
  26. Chippaux,1990, p. 525-533.
  27. Chippaux,1990, p. 534-535.
  28. Schmitz, 1867, p. 137-138.
  29. Chippaux, 1990, p. 541-542.
  30. Chippaux, 1990, p. 584.
  31. J.D. Mihamlé, « Croisade contre le repassage des seins au Cameroun », BBC Afrique,‎ 28 juin 2006.
  32. « Cameroun : une campagne contre le repassage des seins », afrik.com,‎ 6 juin 2006.
  33. Chippaux,1990, p. 543-547.
  34. Kirkup, 2007, p. 35-37.
  35. Chippaux,1990, p. 547-551.
  36. (en) « Female Genital Mutilation/Cutting: A statistical overview and exploration of the dynamics of change », New York, United Nations Children’s Fund,‎ 2013 (ISBN 978-92-806-4703-7).
  37. OMS, 1979, p. 41-137.
  38. Chippaux,1990, p. 553-567.
  39. a et b OMS, 2009.
  40. (en) David L. Gollaher, Circumcision: a history of the world’s most controversial surgery, New York, NY, Basic Books,‎ février 2000 (ISBN 978-0-465-04397-2, LCCN 99040015), p. 53–72.
  41. « Association Française d'Urologie — Posthectomie ».
  42. Chippaux,1990, p. 567-571.
  43. Chippaux,1990, p. 577.
  44. (en)Maarten Vermaseren, Cybele and Attis: the myth and the cult, Thames and Hudson, 1977, p. 97.
  45. Chippaux,1990, p. 582.
  46. Chippaux,1990, p. 578-587.
  47. Chippaux,1990, p. 585-586.
  48. Philippe Perrot, Le travail des apparences, ou les transformations du corps féminin, XVIIIème-XIXème siècle, Le Seuil,‎ 1984.
  49. Marie Cipriani-Craust, Le tatouage dans tous ses états : à corps, désaccord, p.93.
  50. Lacassagne, 1881, p. 10.
  51. Lacassagne et Magitot, 1886, p. 1-2.
  52. Abrégé d'histoire ecclésiastique, Tome 3, Cologne, 1764, p.323.
  53. Capus, 1894, p. 625-633.
  54. Segond.
  55. Knibb, 1982, p. 79-86.
  56. Gras et Yotte, 2000.
  57. Leslie Rezzoug, « Ces jeunes Israéliens qui se font tatouer le numéro de déportation de leurs grands-parents »,‎ 3 mai 2013.
  58. Thierry Rivière et Jacques Faublée, « Les tatouages des Chaouia de l'Aurès », Journal de la Société des Africanistes,‎ 1942, p. 67-80.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages utilisés pour la rédaction de cet article[modifier | modifier le code]

  • (en) First Report of Nonpsychotic Self-Cannibalism (Autophagy), Tongue Splitting, and Scar Patterns (Scarification) as an Extreme Form of Cultural Body Modification in a Western Civilization, American Journal of Forensic Medicine & Pathology Volume 20 - n°3,‎ Septembre 1999, p. 281-285.
  • « Tatouages en Bosnie-Hercégovine [sic] », Bulletin de la Société d'anthropologie de Paris, vol. 5,‎ 1894.
  • Claude Chippaux, Des mutilations, déformations, tatouages rituels et intentionnels chez l'homme, in Histoire de Mœurs, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire vol. I.1 »,‎ 1990 (ISBN 2-07-042232-1).
  • (en) Margo De Mello, Encyclopedia of Body Adornment, ABC-Clio, Greenwood publishing group,‎ 2007 (ISBN 978-0313336959).
  • (en) Armando Favazza, Bodies under Siege : self-mutilation, nonsuicidal self-injury, and body modification in culture and psychiatry (3e édition), Baltimore, The John Hopkins University Press,‎ 2011 (ISBN 978-0-8018-9965-2, lire en ligne).
  • Sébastien Galliot, Tatoueurs, tatoués, Actes Sud / Musée du Quai Branly,‎ 2014 (ISBN 9782330021481).
  • Alain Gras et Yannick Yotte, Sociologie-ethnologie: auteurs et textes fondateurs, Publications de la Sorbonne, coll. « Homme et Société »,‎ 2000 (ISBN 978-2859443986).
  • (en) Major John P. Jurden, Spit and Polish : a Critique of Military Off-Duty Personal Appearance Standards, Military Law Review Vol. 184,‎ Été 2005.
  • David Le Breton, Signes d'identité : Tatouages, piercing et autres marques corporelles, Métaillé, coll. « Traversées »,‎ 2002 (ISBN 978-2864244264).
  • (en) John Kirkup, A History of Limb Amputation, London, Springer Verlag,‎ 2007 (ISBN 1-84628-443-0, lire en ligne).
  • Philippe Liotard, « Corps en kit », Quasimodo n°7,‎ 2003 (ISSN 1279-8851, lire en ligne).
  • Michael A. Knibb et Edward Ullendorf, The Ethiopic Book of Enoch: A New Edition in the Light of the Aramaic Dead Sea Fragments - Introduction, Translation and Commentary, t. 2, Oxford University Press,‎ 1979 (ISBN 978-0198261636).
  • A. Lacassagne, Les tatouages. Étude anthropologique et médico-légale, Paris, Baillière,‎ 1881.
  • A. Lacassagne et E. Magitot, Du tatouage. Recherches anthropologiques et médico-légales, Paris, Masson - Asselin,‎ 1886.
  • (en) Stacey Range, House bills would ban tongue splitting, control piercing, Lansing (Michigan), Lansing State Journal,‎ 3 juin 2002.
  • Caroline Sahuc, Comprendre son enfant 11-17 ans, Jeunes Éditions, coll. « Éclairages »,‎ 2006 (ISBN 2759010961, lire en ligne), « Les atteintes au corps : les modifications corporelles et automutilations ».
  • Louis Segond, La Sainte Bible - Exode, 32:1–4, Société biblique française, coll. « Collectif » (ISBN 978-2853001298).
  • Traditional practices affecting the health of women and children : female circumcision, childhood marriage, nutritional taboos, etc., OMS,‎ 1979 (lire en ligne).
  • (en) Male circumcision : global trends and determinants of prevalence, safety and acceptability, OMS,‎ 2009 (lire en ligne).
  • (en) Leonhard Schmitz, Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology, Little, Brown and Company,‎ 1867, p. 137–138.

À consulter[modifier | modifier le code]

  • Stéphanie Heuzé, Changer le corps ?, La Musardine,‎ 2000 (ISBN 978-2842710378).
  • Philippe Di Folco, Peau, tatouages et piercings, Fitway Publishing, coll. « Passion »,‎ 2004, 144 p. (ISBN 978-2752800299).
  • Denis Baron, Corps et artifices, de Cronenberg à Zpira, L'Harmattan, coll. « Champs visuels »,‎ 2007, 214 p. (ISBN 978-2296032491).
  • (en) Collectif, Body & Society - Body modification, vol. 5, Londres, Sage Publications,‎ 2005 (ISBN 0-7619-6796-6).
  • (en) Alessandra Lemma, Under the Skin: A Psychoanalytic Study of Body Modification, Routledge,‎ 2010, 216 p. (ISBN 978-0415485708).
  • (en) Tobin Siebers, The Body Aesthetic: From Fine Art to Body Modification, University of Michigan Press - Institute for the Humanities,‎ 2000, 256 p. (ISBN 978-0472086733).
  • (en) Victoria L. Pitts, In the Flesh: The Cultural Politics of Body Modification, Palgrave Macmillann,‎ 2003, 256 p. (ISBN 978-0312293116).
  • (en) Margot Mifflin, Bodies of Subversion: A Secret History of Women and Tattoo, PowerHouse Booksn,‎ 2013, 160 p. (ISBN 978-1576876138).
  • (en) Bernadette Wegenstein, The Cosmetic Gaze: Body Modification and the Construction of Beauty Hardcover, The MIT Pressn,‎ 2012, 240 p. (ISBN 978-0262232678).
  • (en) Maureen Mercury, Pagan Fleshworks: The Alchemy of Body Modification, Park Street Pressn,‎ 2000, 128 p. (ISBN 978-0892818099).
  • (en) Kathlyn Gay, Body Marks: Tattooing, Piercing, 21st Centuryn,‎ 2002, 112 p. (ISBN 978-0761323525).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]