Mode (musique tonale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mode.

Dans la musique tonale, un mode se définit par « l'étendue précise de l'intervalle séparant chaque degré d'une tonalité donnée, de sa tonique ». D'une manière plus pratique — bien que correspondant moins à la réalité musicale —, le mode concerne la répartition des intervalles conjoints — c'est-à-dire, intervalles entre degrés voisins — depuis la tonique.

  • Par exemple, selon que l'on prend pour tonique l'un ou l'autre des sept degrés de l'échelle diatonique naturelle — les seules touches blanches du piano —, on obtient sept répartitions possibles des tons et des demi-tons, soit, sept modes différents :
Mode Classique Mode grec 1-2 2-3 3-4 4-5 5-6 6-7 7-8 Majeur/mineur Notes particulières
Mode de Do Ionien Ton Ton 1/2 Ton Ton Ton 1/2 Majeur
Mode de Dorien Ton 1/2 Ton Ton Ton 1/2 Ton mineur 6M
Mode de Mi Phrygien 1/2 Ton Ton Ton 1/2 Ton Ton mineur 2m
Mode de Fa Lydien Ton Ton Ton 1/2 Ton Ton 1/2 Majeur 4+
Mode de Sol Mixolydien Ton Ton 1/2 Ton Ton 1/2 Ton Majeur 7m
Mode de La Aéolien Ton 1/2 Ton Ton 1/2 Ton Ton mineur
Mode de Si Locrien 1/2 Ton Ton 1/2 Ton Ton Ton mineur 2m 5-
Depuis le XIIIe siècle, les interprètes prennent l'habitude de corriger la hauteur de certaines notes par un dièse ou un bémol — non noté le plus souvent —, ceci, afin d'adoucir un intervalle mélodique ou harmonique, ou, plus tard, de transformer une sous-tonique en sensible. Cette tradition, appelée Musica ficta, a fini par entraîner au XVIe siècle une uniformisation des modes anciens — les échelles musicales utilisées pendant le Moyen Âge. Dès cette époque, en effet, tous les modes finissent plus ou moins par se ressembler, et désormais, le qualificatif de la tierce située entre les Ier et IIIe degrés suffit à indiquer l'un des deux seuls modes possibles : s'il s'agit d'une tierce majeure, le mode est dit majeur, s'il s'agit au contraire d'une tierce mineure, le mode est dit mineur.
  • Le mot « mode » ayant d'autres sens en musique — notamment dans la musique modale médiévale —, certains musicologues préfèrent ne pas utiliser ce terme dans le système tonal, et préconisent l'emploi des expressions « tonalité majeure » et « tonalité mineure », ou encore, « gamme majeure » et « gamme mineure ». Les appellations « mode majeur » et « mode mineur » sont cependant très couramment utilisées.

Mode majeur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mode majeur.

Le mode majeur est dérivé de l'ancien mode de do dont il est l'exacte réplique. Le mode majeur est le mode standard du système tonal. Il possède des sonorités gaies et lumineuses, et s'oppose en cela au mode mineur, plus sombre, et plus intériorisé.

Mode mineur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mode mineur.

Le mode mineur est dérivé de l'ancien mode de la dont il est l'exacte réplique — si l'on fait abstraction des degrés mobiles. La gamme de la mineur est donc l'archétype de ce mode.

Il existe plusieurs formes de gammes mineur:

  • Tout d'abord la gamme de La mineur harmonique. La note sensible (7e degré) est alors élevée d'un demi-ton, ce qui fera de sol un sol#.
  • Il y a également la gamme de La mineur mélodique ascendant. La note sensible (7e degré) et la su-dominant (6e degré) sont alors élevée d'un demi-ton chacun, ce qui fera de sol un sol#, et de fa un fa#. Toutes ces gammes sont "artificielles", surtout celle-ci pour qu'au chant il soit plus facile de chanter la gamme de La mineur.
  • Enfin, il y a la gamme de La mineur mélodique descendant. La note sensible restera alors telle quelle, sans être augmentée d'un demi-ton.


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]