Modalisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le modalisme (ou sabellianisme) est un vocable moderne qui désigne, dans le cadre du christianisme ancien, une forme - peut-être la plus avancée - d'unitarisme monarchien, enseigné par Sabellius, un personnage originaire de Libye, installé à Rome au début du IIIe siècle[1].

Selon le modalisme, le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont différents « modes » ou aspects de l'Être divin, plutôt que trois « hypostases » ou personnes distinctes. Ainsi, pour le modalisme, les Trois[2] ne sont pas en soi mais pour nous[1].

Moments importants[modifier | modifier le code]

Cette théorie est enseignée par Sabellius à Rome au début du IIIe siècle. Hippolyte de Rome a connu Sabellius personnellement et mentionne son nom et sa doctrine dans son « Philosophoumena ». Il connaissait bien la théologie trinitaire de Sabellius, mais c’est le patripassianisme de Noët qu’il nomme modalisme[pas clair], et non le courant de pensée de Sabellius.

La pensée de Sabellius se répand essentiellement en Cyrénaïque, ce qui conduit Démétrios, patriarche d’Alexandrie, à écrire des lettres pour la réfuter. Elle a été refusée lors d'un concile à Rome en 262.

C’est cependant Tertullien qui est le principal opposant au modalisme, qu’il appelle patripassianisme, d’après les mots latins patris (père) et passus (pour souffrance), car le modalisme implique que le Père a souffert sur la Croix.

Les trois Personnes ou Modes[modifier | modifier le code]

Le modalisme reste mal connu : les seules sources sur cette croyance sont écrites par ses adversaires.

Au lieu d'utiliser le terme de personne pour parler du Père, du Fils et du Saint-Esprit, dans l'unique essence divine de la Trinité, le modalisme entend les restreindre à trois modes de l'être unique de l'unique Dieu. Dieu le Père est alors l’unique personnalité de la divinité. Selon cette doctrine, les termes Père et Saint-Esprit désignent le Dieu unique, incarné dans Jésus.

La théologie orthodoxe insistera davantage sur les personnes (prosopon) et leurs relations entre elles, qui les constituent. On peut consulter à ce propos le fameux symbole d'Athanase.

Représentants de cette doctrine[modifier | modifier le code]

Au IVe siècle, les tenants de l’orthodoxie nicéenne (comme Eustathe d'Antioche ou Marcel d'Ancyre) sont accusés de sabellianisme par leurs adversaires ariens.

Le modalisme a une descendance dans certains courants protestants mais est rejeté par les églises des 7 conciles qui le considèrent comme hérétique.

Récemment, à la fin du XXe siècle certaines tentatives d’aggiornamento de la théologie classique ont été rapprochées du modalisme par des commentateurs[3]. Le terme de personne ne semblant plus correspondre suffisamment dans la culture contemporaine aux exigences de la théologie, on a proposé de parler de modalités pour les Personnes divines. [réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Paul Matteï, Le christianisme antique de Jésus à Constanti, éd. Armand Colin, 2008, p. 202
  2. expression anachronique mais suggestive, suivant Paul Mattéï
  3. cf. par ex. : Dennis W. Dowers, The reproach of modalism: a difficulty for Karl Barth's doctrine of the trinity, in Scottish journal of theology, vol. 56, no2, 2003, p. 231-246, présentation en ligne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Gisel et Gilles Emery, Le christianisme est-il un monothéisme ?, actes du 3e cycle de théologie systématique des Facultés de théologie de Suisse romande, éd. Labor et Fides, 2001

Webographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]