Modèle météorologique Weather Research and Forecasting

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Animation des résultats du modèle WRF prévoyant les bandes de précipitations du 22 au 24 août 2005 avec le typhon Mawar. Les points de la grille du modèle sont espacés de 3,3 km et l'image suit le centre du système météorologique

Le modèle Weather Research and Forecasting (WRF [ˈwɔrf][1]), est le plus récent modèle informatique de prévision numérique du temps pour effectuer des prévisions météorologiques utilisé par le National Weather Service des États-Unis et pour la recherche en simulation de l’atmosphère[2]. Il a été développé à partir d'un modèle antérieur appelé Eta, conçu par Zaviša Janjić et Fedor Mesinger, en partenariat entre le National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis, National Center for Atmospheric Research (NCAR), et plus de 150 centres de recherche universitaire en météorologie[3].

Disponibilité[modifier | modifier le code]

Les sorties de ce modèles sont disponibles sur internet et sont utilisés par le National Weather Service des États-Unis pour la prévision journalière du temps. Ils sont également consultés par les autres services météorologiques nationaux, les services de prévisions des forces armées américaines et certaines compagnies privées de météorologie. Une version spécialisée dans le traitement des cyclones tropicaux (HWRF) est utilisé par le National Hurricane Center depuis 2007[4]

WRF est disponible librement, y compris son code source, à toute personne intéressée. Il faut le compiler, l'installer, le paramétrer et créer un domaine géographique de prévisions sur un serveur Linux. De nombreuses compagnies privées dans le monde profitent de cette aubaine pour fournir des prévisions en haute-résolution.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le WRF est un modèle de méso-échelle avec une résolution horizontale entre 2 et 15 kilomètres ce qui lui permet de résoudre analytiquement les équations associées à la convection profonde comme les orages. Il comporte entre 25 et 37 niveaux verticalement. La version expérimentale, mais aussi utilisable de façon opérationnelle, de NCAR, appelée ARW (Advanced Research WRF), utilise une résolution horizontale et verticale encore meilleure et vise à l'amélioration de la connaissance dans le domaine de la simulation atmosphérique des cyclones tropicaux, de leur trajectoire, de leur intensité et de leur précipitations[3]. Une version opérationnelle appelée le Nonhydrostatic Mesoscale Model (NMM) est roulée avec une résolution de 4 km sur de petits domaines géographiques pour encore mieux résoudre les orages. Il est utilisé dans certains bureaux du National Weather Service pour la prévision des orages violents.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Carol Rasmussen, « WRF: A model to follow? », UCAR,‎ 26 septembre 2000 (consulté le 2009-05-14)
  2. (en) NCAR News Release (August 25, 2006)
  3. a et b (en) « Weather Forecast Accuracy Gets Boost with New Computer Model », Communiqué de presse, UCAR,‎ 25 août 2006 (consulté le 2009-05-14)
  4. (en) « New advances hurricane model aids NOAA forcasters », Communiqué de presse, NOAA,‎ 27 juuin 2007 (consulté le 2009-05-14)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]