Modèle de couleur RJB

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
mélange de rouge, jaune et bleu

Le système rouge jaune bleu (RJB, RYB en anglais) est un système de couleur utilisé en peinture, en design, en décoration.

Bases pratiques[modifier | modifier le code]

Il se base non pas sur des erreurs d'interprétation de la théorie de la couleur de Isaac Newton présentée dans son ouvrage Opticks, comme il est parfois affirmé[1], mais sur le système de Jacob Christoph Le Blon qui, appliquant des enseignements d'atelier à l'impression en couleurs, établit la règle de la trichromie au début du XVIIIe siècle : « La Peinture peut représenter tous les Objets visibles avec trois Couleurs, savoir le Jaune, le Rouge, & le Bleu ; car toutes les autres Couleurs se peuvent composer de ces trois, que je nomme Couleurs primitives. Par exemple : Le Jaune et le Rouge font l'Orangé, le Rouge et le bleu font le pourpre et le violet, le Bleu et le Jaune font le Vert[2]. »

Il convient alors de parler de synthèses soustractives au pluriel, suivant les matériaux colorants, le nuancier, le cercle utilisés, et le gamut recherché, qui est à-peu-près, en peinture, ce qu'on appelle le ton d'ensemble. La synthèse soustractive suppose, dans son principe, des teintures, transparentes, plutôt que des pigments, opaques, et dont la transmission spectrale soit aussi proche que possible d'une couleur optimale bloquant un tiers du spectre visé. Peu de couleurs à peindre remplissent ces conditions ; il est par exemple impossible avec des tubes rouge vermillon, jaune citron, bleu outremer d'obtenir ni du magenta, ni du violet. Même ainsi, il reste une variété de peintures aptes à constituer des primaires. C'est ce que constatait déjà Le Blon, qui suggère de les choisir, ou de les mélanger, selon le sujet. On ne choisirait pas les mêmes primaires pour un nu, pour lequel on n'a pas ou peu de nuances de vert, et pour un paysage[3].

En général les peintres utilisent plus de trois couleurs en raison de la limitation des mélanges. Si l'on mélange plusieurs couleurs, elles s'assombrissent, si l'on essaye d'éclaircir en y ajoutant du blanc, elles perdent en saturation, c'est-à-dire en vivacité et pureté de la couleur. En outre, le mélange de trois couleurs est bien plus difficile à maîtriser que le dégradé d'une couleur à l'autre. Cela encourage à utiliser plus de tubes de peinture différents pour obtenir autant de teintes vives. Le peintre n'est limité que par sa connaissance des produits avec lesquels il travaille.

La base du travail d'un peintre ou d'un décorateur étant de faire un choix limité de ses couleurs, identifiable à sa personnalité, ils forment un nuancier donné, dans un cercle chromatique particulier qui sert de référent singulier.

Dans le langage de l'imprimerie, de l'illustration et du design, où on ne change pas en général de couleurs primaires pour chaque réalisation, les couleurs primaires sont celles qui donnent le meilleur rendu pour des séries d'images dont le ton général peut varier. Ce sont les colorants qui, idéalement, bloquent chacun un tiers du spectre, laissant passer tout le reste. Le Cyan supprime le tiers rouge, le Magenta le tiers vert et le Jaune le tiers bleu. On leur ajoute un noir en imprimerie, afin de diminuer la charge d'encre sur le support et d'obtenir une meilleure neutralité des gris.

Cercle chromatique[modifier | modifier le code]

cercle chromatique rouge jaune bleu (artistique) cercle chromatique rouge jaune bleu (artistique)
cercle chromatique rouge jaune bleu (artistique)
cercle chromatique rouge vert bleu (additif)

RJB construit la triade primaire dans de nombreux cercles chromatiques d'artistes. La triade secondaire est VOV (violet-orange-vert). Les triades sont formées par trois couleurs équidistantes sur un cercle chromatique. Parmi les autres cercles chromatiques, on peut trouver ceux du RVB et du CMJN.

On voit sur l'illustration ci-contre, que si l'étendue des jaunes et orangés est plus grande que sur une roue rouge vert bleue, il n'y a plus de cyan, de magenta et les autres couleurs sont plus restreintes que les orangés sur ce cercle.

L'assombrissement des couleurs intermédiaires est lié à l'imperfection des pigments. Il en existe peu qui approchent les teintures bloc, dont la couleur optimale permettrait des mélanges sans perte de luminosité dans les parties transmises, et pas suffisamment pour des verts et des bleus lumineux. Le système additif ne souffre pas de cette insuffisance : la combinaison des lumières ajoute leurs luminosités.

Les cercles chromatiques en peinture, en design... sont des référents construits pour structurer la perception des couleurs, comme les nombres structurent la perception des quantités. On trouve :

  • des présentations particulières au peintre, designer, décorateur, restaurateur de tableaux... suivant les moyens de l'époque XVIIIe, XIXe, XXe, XXIe siècle, Leonard de Vinci, Delacroix, système Arthur Pope, d'Itten...
  • des nuanciers ordonnés comme les cercles chromatiques de Chevreul et celui de Munsell ;
  • des présentations graphiques de systèmes de classification internationale : cercle chromatique NCS.

Historique[modifier | modifier le code]

La notion de « couleurs primitives », puis « primaire » apparaît en France aux XVIe et XVIIe siècles, en gravure pour la gravure en couleurs, en teinturerie, et en peinture. À cette époque on ne distingue pas couleurs-pigments, et couleurs-lumière. En 1686, Richard Waller publie un catalogue A Catalogue of Simple and Mixt Colours où différentes couleurs sont obtenues par mélange de « simples jaunes, rouges, et bleus ».

Dans ses expériences avec la lumière, le physicien britannique Isaac Newton a démontré que les couleurs pouvaient être créées en mélangeant plusieurs couleurs primaires. Dans son ouvrage Opticks (Optiques, 1704), Newton publie un cercle chromatique afin de montrer la relation géométrique entre les couleurs primaires. Ce diagramme s'appliquant à la synthèse additive alors que Newton n'avait pas compris ni démontré la différence entre les mélanges en synthèse soustractive des matières colorantes et la synthèse additive des couleurs-lumières.

Au XVIIIe siècle, les couleurs primaires rouge, jaune et bleu devinrent les fondations de la théorie de la vision de la couleur, les qualités sensorielles fondamentales étaient mélangées entre la perception physique des couleurs et l'égalité physique du mélange des pigments ou colorants. Ces théories ont été améliorées par des chercheurs du XVIIIe siècle, lors de recherches sur une variété d'effets psychologiques des couleurs, plus particulièrement, le contraste entre complémentaire et teintes opposées qui sont produites par la rémanence rétinienne et les contrastes des ombres d'une lumière colorée. Ces idées et de nombreuses observations personnelles de la couleur ont été réunies dans le Traité des couleurs (1810) par le poète et ministre du gouvernement prussien Johann Wolfgang von Goethe, et un peu plus tard, dans La loi des contraste de couleurs simultanés (1839) et l'atlas des couleurs du le chimiste français Michel-Eugène Chevreul, et dans la Théorie des couleurs du psychologue Ewald Hering, dont les résultats expérimentaux ont été confirmés par des investigations physiologiques modernes. Les oppositions de teintes rouge et verte d'une part, bleue et jaune d'autre part, ainsi que celle entre le noir et le blanc, sont les quatre couleurs élémentaires au sens de la perception[4].

Pour de nombreux artistes modernes, comme Vassily Kandinsky[5] ou Piet Mondrian, jaune, rouge et bleu sont, quelles que soient les raisons de la colorimétrie, les couleurs primaires ou élémentaires pour l'art.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche biographie de Johannes Itten », sur lexpress.fr (consulté le 14 juillet 2014).
  2. Jacob Christoph Le Blon, Coloritto : L'Harmonie du coloris dans la peinture; reduite en pratique mecanique et à des regles sures & faciles : avec des figures en couleur, pour en faciliter l'intelligence, non seulement aux peintres, mais à tous ceux qui aiment la peinture., sans nom d'éditeur,‎ 1725 (lire en ligne), p. 7
  3. Le Blon 1725, p. 15 ; depuis, la chimie des couleurs en a créé encore bien plus, voir Philip Ball (trad. Jacques Bonnet), Histoire vivante des couleurs [« Bright Earth: The Invention of Colour »], Paris, Hazan,‎ 2010.
  4. Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎ 2009, p. 24.
  5. Il peint Jaune-rouge-bleu en 1925.