Modèle ΛCDM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tous les objets visibles de l’univers observable, étoiles, gaz, poussières, nébuleuses, particules, ne constitueraient qu’environ 5 % de sa densité d'énergie totale. Le reste de la densité d'énergie est constitué pour un quart de matière sombre, et pour le reste d’énergie sombre, dont la nature exacte n’est pas connue à l'heure actuelle.

En cosmologie le modèle ΛCDM (prononcer « Lambda CDM », pour Lambda Cold Dark Matter) désigne un modèle cosmologique représentant un univers homogène et isotrope, dont la courbure spatiale est nulle, et qui contient de la matière sombre et de l’énergie sombre en plus de la matière ordinaire. La lettre grecque Λ est usuellement le symbole de la constante cosmologique, qui est la forme la plus simple d'énergie sombre.

Un tel modèle est aujourd'hui considéré comme le modèle cosmologique le plus simple pouvant décrire l’univers observable. Il est à la base du modèle standard de la cosmologie. Il a supplanté le modèle SCDM, identique si ce n’est qu’il ne possède pas d'énergie sombre, dans le courant des années 1990.

La motivation de ce type de modèle provient de la combinaison de plusieurs observations qui contraignent certains paramètres cosmologiques :

La combinaison de ces contraintes rend nécessaire la présence de matière sombre, ainsi que l’adjonction d’une autre forme de matière, l’énergie sombre, ayant un effet répulsif sur l’expansion de l’univers.

Le modèle est basé sur six paramètres :

  • La densité baryonique (\Omega_b),
  • La densité de matière noire (\Omega_c),
  • La densité d'énergie noire (\Omega_\Lambda),
  • L'indice spectral des perturbations primordiales scalaires (n_s ),
  • L'amplitude des perturbations primordiales de courbure (ΔR2),
  • L'épaisseur optique de réionisation (\tau)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]