Modèle évolutif r/K

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les stratégies démographiques de reproduction.

Le modèle évolutif r/K est une théorie qui explique que l'évolution de la stratégie de reproduction des espèces est reliée aux fluctuations de l'environnement. Il a été proposé par les écologues Robert MacArthur et E. O. Wilson, en 1967, à partir de leur travail de biogéographie insulaire. Ce modèle est devenu classique et a donné naissance aux concepts d'espèce à stratégie r et d'espèce à stratégie K (par convention, on utilise exclusivement un « r » minuscule et un « K » majuscule).

C'est une variante plus complexe du classique modèle logistique proposé par Pierre François Verhulst. Cela permet d'introduire l'impact de l'évolution de l'environnement dans la dynamique, en utilisant deux paramètres (« r » et « K ») au lieu d'un seul.

Présentation des deux stratégies[modifier | modifier le code]

Il se dégage deux stratégies topiques :

  • la stratégie r, basée sur la production d'un grand nombre de jeunes, le plus tôt possible, et une mortalité très élevée. C'est une adaptation aux milieux instables et imprévisibles. C'est le cas des micro-organismes qui sont soumis à ce genre de conditions à cause de leur taille ;
  • la stratégie K, basée sur une durée de vie très longue, et une reproduction rare et tardive.

Stratégie K[modifier | modifier le code]

De nombreuses espèces d'araignées s'occupent activement des œufs et des jeunes.

La stratégie K est une stratégie de développement des populations d'êtres vivants adoptée par des animaux ou des végétaux dont les conditions de vie sont prévisibles, avec des approvisionnements réguliers en ressources et des risques faibles : les animaux investissent dans la survie des jeunes. La fécondité est donc restreinte. On peut parfois noter des adaptations physiologiques chez les adultes pour améliorer le développement des petits (ex. : les poches des marsupiaux), et des adaptations comportementales (ex. : les animaux vivent en couples fidèles pour assurer la survie de la descendance). Les populations présentent peu de jeunes mais beaucoup d'adultes, contrairement aux espèces à stratégie r.

Caractéristiques des espèces à stratégie K :

  • Longue durée de vie
  • Animaux de grande taille
  • Maturité sexuelle tardive
  • Soins parentaux aux jeunes

Stratégie r[modifier | modifier le code]

Les grenouilles sont des espèces à stratégie r.

La stratégie r, ou stratégie reproductive, est une stratégie de développement des populations d'êtres vivants adoptée par des animaux (comme l'écrevisse de Louisiane par exemple) ou des végétaux dont l'habitat est variable ou perturbé, l'approvisionnement en ressources vitales imprévisible et les risques élevés : les espèces misent alors sur la reproduction avec un fort taux de croissance, pour compenser par le nombre, ce qui se traduit par une forte fécondité et de faibles chances de survie jusqu'à la maturité sexuelle. Les populations présentent ainsi beaucoup de petits mais peu d'adultes.

Les espèces à stratégie r sont souvent les premières d'une succession écologique. Généralement elles sont ensuite supplantées par les espèces à stratégie K. Il existe cependant des mécanismes permettant la pérennisation de biotopes dominés par les espèces à stratégie r: de tels mécanismes sont appelés blocages. Ils peuvent être autogéniques, par exemple dans le cas des landes à callune: les plantules des espèces à stratégie K ne parviennent pas à s'implanter, ou bien allogéniques, par exemple d'origine humaine en ce qui concerne les cultures.

Caractéristiques des espèces à stratégie r :

  • Taille réduite
  • Croissance rapide
  • Maturité précoce
  • Longévité faible
  • Durée de vie courte
  • Régime alimentaire large (donc euryphage)
  • Peu ou pas de soins parentaux
  • Forte descendance
  • Énergie majoritairement dédiée à la reproduction
  • Une seule reproduction (sémelparité)
  • Importantes fluctuations de populations
  • Populations non ou faiblement régulées par la densité
  • Faible compétition
  • Communautés saturées
  • Faible polytypisme

Un spectre continu[modifier | modifier le code]

Comme toujours en pratique, les êtres vivants appliquent en général une stratégie reproductive intermédiaire entre ces deux extrêmes écologiques. Les arbres et les poissons dispersent ainsi des quantités énormes de rejetons, dont très peu pourront effectivement se reproduire, sans que cela soit incompatible avec l'existence et même la domination locale d'individus très âgés. C'est que la « stabilité » de l'environnement reste très relative, l'espace où s'exerce l'approvisionnement et la vie d'un arbre peut être stable alors que l'espace où s'exerce sa fonction reproductive est beaucoup plus étendu et beaucoup plus aléatoire.

Description mathématique des deux stratégies[modifier | modifier le code]

Ce modèle décrit l'évolution d'une population comme une dynamique régie par la règle suivante : "la variation de la population est proportionnelle à son niveau actuel et à l'écart relatif entre ce niveau actuel et le niveau maximum". Cela se traduit mathématiquement par l'équation différentielle suivante :

\frac{dN}{dt}=rN\left(1 - \frac{N}{K}\right) \qquad \!

  • N est la population étudiée dans un environnement donné,
  • r est son taux de croissance,
  • et K est la capacité porteuse de l'environnement, ou la valeur limite que cet environnement peut supporter pour cette population dans des conditions stables.

Pour visualiser, on peut observer que :

  • lorsque N = K, la population reste constante, quel que soit le niveau du paramètre r ;
  • lorsque N < K, la population croît à une vitesse proportionnelle à r et à son niveau actuel ;
  • lorsque N > K, la population décroît à une vitesse proportionnelle à r et à son niveau actuel.

Si K est fixe, ce modèle est rigoureusement le même que celui du modèle de Verhulst, auquel il se ramène par un simple changement de variable A = N/K, avec le même paramètre r. L'idée du modèle, c'est au contraire de considérer K comme variable, et de faire intervenir explicitement le paramètre N/K qui représente l'adaptation de l'espèce aux conditions du moment.

Il ne s'agit que d'un modèle, mais il permet de caractériser les stratégies en œuvre dans le monde réel.

Données environnementales[modifier | modifier le code]

Stabilité de l'environnement[modifier | modifier le code]

Dans les environnements instables et variables dans le temps, il y a peu d'avantages à être parfaitement adapté à une situation donnée (puisqu'elle va changer). En revanche il est avantageux de pouvoir se reproduire le plus rapidement possible, pour profiter des bonnes conditions lorsqu'elles se représenteront, avant que ces conditions disparaissent. Inversement, lorsque l'environnement est stable, ou avec des variations prévisibles comme des saisons régulières, les espèces les mieux adaptées seront celles qui exploiteront le mieux les ressources, sans pour autant se reproduire rapidement, puisque les ressources sont de toute manière limitées.

Colonisation d'un nouveau milieu[modifier | modifier le code]

Lorsqu'un milieu a subi une perturbation (éruption volcanique, grand feu, inondation, stérilisation, ...), les espèces à stratégie r sont les premières à s'implanter, puis elles donnent naissance à un environnement de plus en plus compétitif où les espèces à stratégie K s'imposent. Certaines espèces n'auraient même aucune chance de subsister dans la biosphère sans ces catastrophes. Cela définit les successions écologiques d'un écosystème perturbé.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • MacArthur, R. and Wilson, E. O. (1967). The Theory of Island Biogeography, Princeton University Press (2001 reprint), ISBN 0-691-08836-5
  • Pianka, E. R. (1970). On r and K selection. American Naturalist 104, 592-597.
  • Pierre François Verhulst (1838). Notice sur la loi que la population poursuit dans son accroissement. Corresp. Math. Phys. 10, 113-121.