Mobile Suit Gundam 0083 : Stardust Memory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Mobile Suit Gundam 0083 : Stardust Memory

機動戦士ガンダム0083 STARDUST MEMORY
(Kidō Senshi Gandamu 0083 Stardust Memory)
Genre Science-fiction, drame
Thèmes Mecha, guerre
OAV japonais : Mobile Suit Gundam 0083 : Stardust Memory
Réalisateur
Producteur
Masuo Ueda
Minoru Takanashi
Scénariste
Studio d’animation Sunrise
Compositeur
Mitsuo Hagita
Licence Drapeau du Japon Bandai
Chaîne Drapeau du Japon Bandai Channel
Sortie
Épisodes 13
Film d'animation japonais : Mobile Suit Gundam 0083 : Le crépuscule de Zeon
Réalisateur
Studio d’animation Sunrise
Licence Drapeau du Japon Bandai Visual
Drapeau de la France Beez
Chaîne Drapeau du Japon Bandai Channel
Durée 120 min
Sortie

Mobile Suit Gundam 0083 : Stardust Memory (機動戦士ガンダム0083 STARDUST MEMORY, Kidō Senshi Gandamu 0083 Stardust Memory?) est une série de treize OAV japonais réalisés en 1991 par Mitsuko Kase et Takashi Imanishi. Chronologiquement, son scénario fait suite à Mobile Suit Gundam au sein de la franchise du même nom. Le succès fut très important sur l'Archipel, si bien que la série a été condensée en un film en 1992 : Mobile Suit Gundam 0083 : Le crépuscule de Zeon.

Seul le film a été commercialisé en français par Beez.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L’histoire se déroule quatre ans après la fin de la guerre d’indépendance de Zeon (relatée dans MSG), qui s’était soldée par la victoire de La Fédération sur le duché de Zeon. Néanmoins, les vaincus d’alors formèrent des groupuscules pour continuer la lutte dans l’ombre. C’est ainsi qu’en l’an U.C. 0083, les survivants de Zeon apprennent l’existence de deux prototypes Gundam équipé d’armes nucléaires. Ils chargent alors l’un des leurs, un pilote d’élite nommé Gatō, de s’infiltrer dans la base fédérale et de voler une des deux machines – le but de l’opération étant bien sûr la résurrection du duché. Mission qu’il réussit parfaitement, même s’il est pris en chasse par un jeune soldat impulsif aux commandes du second Gundam : Kō Uraki. Ce dernier n’est cependant pas de taille à lutter contre un pilote chevronné comme Gatō.

Suite à ce coup d’éclat, la Fédération envoie une unité pour récupérer coûte que coûte le prototype dérobé ; on y retrouve bien sûr Kō Uraki, qui, au fil des combats et de ses dons de combattant, devient le grand rival de Gatō. Mais lorsque Zeon utilise l’arme nucléaire du Gundam contre une colonie de la Fédération, les événements prennent une tournure plus dramatique et révèlent à tous la force militaire et stratégique du groupe rebelle.

Analyse et commentaire[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Les personnages peuvent être divisés en deux organisations, que sont la Fédération et Zeon[1],[2].

Fédération terrienne[modifier | modifier le code]

Kō Uraki (コウ・ウラキ?)
Personnage principal de l’anime, Kō Uraki est un jeune pilote de la Fédération relativement introverti. Il se révèle cependant un combattant courageux lorsqu’il se lance à la poursuite du Gundam volé, et gagne peu à peu confiance en soi et en ses grandes capacités ; il entretient d’ailleurs rapidement une relation de rivalité avec Gatō, pilote d’élite de Zeon. Au niveau relationnel, il provoque nombre de tensions au sein de son unité, dû à la jalousie de le voir piloter de Gundam, et il tombe rapidement amoureux de Nina. On peut noter que contrairement à de nombreuses autres séries Gundam, Kō Uraki n’est pas un adolescent impliqué par hasard dans la guerre, mais bien un soldat dès le début[3].
Nina Purpleton (ニナ・パープルトン?)
Passionnée de mécanique et de robots, Nina est ingénieur dans l’entreprise de construction de mobile suit Anaheim Electronics ; c’est aussi elle qui est chargée du développement des deux Gundam initiaux, ce qui lui permet de faire la rencontre de Kō Uraki. Elle tombe rapidement amoureuse de ce dernier, mais cette relation est perturbée par son ancienne idylle avec Gatō, quelques années plus auparavant. Nina sert clairement de ressort émotionnel dans la série, de par sa position entre les deux rivaux.
Chuck Keith (チャック・キース?)
Meilleur ami de Kō Uraki et soldat tout comme lui, Chuck est surtout blagueur et extraverti. Son rôle dans l’histoire ne va cependant guère plus loin.
South Burning (サウス・バニング, Sausu Baningu?)
South Burning est un vétéran très expérimenté, qui assume la formation des pilotes débutants comme Kō Uraki ou Keith ; il prend d’ailleurs ces derniers sous son aile, notamment lorsque Kō provoque quelques tensions dans l’équipage. Son statut de militaire chevronné lui vaut les missions délicates comme l’espionnage. Au cours de la série, il sera le premier à entrevoir le plan de Delaz, mais meurt avant de pouvoir transmettre ses conclusions, événement qui affecte particulièrement Kō.
Équipage de l’Albion
On retrouve dans l’équipage de Kō Uraki divers autres personnages secondaires : Eiphar Synapse (エイパー・シナプス?), le commandant de l’unité perspicace et sagace, Bernard Monsha (ベルナルド・モンシア?), coureur de jupon antipathique qui se pose immédiatement en rival de Kō, ou encore Mōra Bascht (モーラ・バシット?), mécanicienne et confidente de Nina.

Zeon[modifier | modifier le code]

Anavel Gatō (アナベル・ガトー, Anaberu Gatō?)
Personnage ambigu, c’est le rival de Kō Uraki et un pilote de génie, connu depuis la guerre d’Un An par le surnom de « cauchemar de Solomon ». Bien que faisant partie de Zeon, il est présenté sous un jour humain, avec ses faiblesses (sa fierté, son fanatisme) et ses qualités (il est sensible et guidé par un vrai idéal)[3]. Véritable fer de lance de la flotte de Delaz, il participe à presque toutes les batailles ou manœuvres stratégiques.
Aiguille Delaz (エギーユ・デラーズ?)
Meneur du mouvement rebelle, il ourdit dans l’ombre un plan de destruction de la Fédération depuis la fin de la guerre d’Un An : l’opération Stardust. C’est un redoutable stratège qui n’hésite pas à envisager les moyens les plus radicaux pour parvenir à ses fins. Néanmoins, l’homme est avant tout dépeint comme digne et idéaliste, ce qui lui vaut d’être trahi par certains de ses subordonnées au cours de la série.
Cima Garahau (シーマ・ガラハウ?)
Ancienne pilote d’élite du duché de Zeon, elle est à la fin de la guerre d’Un An trahi par ce dernier et devient pirate de l’espace. Elle s’allie toutefois avec Delaz par intérêt, et mène pour lui une flotte de mobile suits chargée des missions peu amènes ; en effet, Cima est cruelle et sans scrupule. Vouant une véritable haine envers Zeon depuis la fin de la guerre, elle trahit Delaz et tentera ensuite d’écraser l’équipage de Kō.

Teneur du scénario[modifier | modifier le code]

Le scénario s’inscrit pleinement dans le style narratif de Gundam. D’un point de vue humain, il repose en partie sur la rivalité entre Kō Uraki et Gatō, et aborde la psychologie de tous les personnages, même secondaires, en évitant tout manichéisme[4]. Plus généralement, il repose sur l’opposition stratégique et militaire entre la Fédération et les survivants de Zeon, ce qui se traduit naturellement pas des guerres et des trahisons politiques qui affectent les protagonistes. Le personnage de Nina est ainsi l’exemple type dans Gundam d’une civile prise dans la tourmente de la guerre, entre peur, tristesse et parfois détermination, ce qui induit un côté dramatique récurrent dans l’univers Gundam[5]. Bien sûr, une place est réservée aux combats de mobile suits, mais les relations entre les personnages ont souvent une plus grande importance.

Comme histoire locale s’inscrivant dans une trame plus globale, celle de la saga de l’Universal Century, on retrouve une certaine profondeur et des connexions implicites avec cet univers[6]. En effet, ces OAV se déroulant exactement entre les deux séries Mobile Suit Gundam et Mobile Suit Zeta Gundam, c’est-à-dire les deux anime fondateurs de la franchise, ils comblent un certain nombre d’interrogations sur l’enchaînement chronologique des événements[3]. En particulier, on apprend ici pourquoi et dans quel contexte les Titans ont été créés (écraser toute tentative de rébellion contre la Fédération), eux qui deviendront les principaux antagonistes de Zeta Gundam.

Réception[modifier | modifier le code]

Mobile Suit Gundam 0083 sort initialement sous forme de VHS du 23 mai 1991 au 24 septembre 1992[7]. Le succès est extrêmement important, tant en termes de vente[8] qu’en termes de critique, puisque nombre de fans de la série considèrent ces OAV comme l’une des meilleures productions Gundam[4],[9]. D’autres y relèvent cependant quelques longueurs et incohérences par endroits[10], ainsi qu’un manque d’originalité en comparaison avec les premiers opus de la franchise[11]. Capitalisant les bons résultats de Mobile Suit Gundam 0080, ce nouveau succès montra finalement aux producteurs que les OAV étaient un format économiquement viable[12].

Un effet pervers de cette réussite fut peut-être la concurrence imprévue avec le film Mobile Suit Gundam F91, qui fut lui un échec. Le but de ce dernier était pourtant d’explorer un tout nouveau contexte en dehors de la saga de l’Universal Century ; cependant, le public n’adhéra pas et c’est Mobile Suit Gundam 0083 qui fut plébiscité[8].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette fiche a été réalisée d'après les informations fournies par Bandai[13], l'IMDb[14] et Anime News Network[7].

  • Titre : Mobile Suit Gundam 0083 : Stardust Memory
  • Genre : anime
  • Origine : Drapeau du Japon Japon
  • Date de sortie : 23 mai 1991
  • Format : 13 OAV de 30 minutes

Équipe de réalisation[modifier | modifier le code]

  • D’après une idée de : Hajime Yatate et Yoshiyuki Tomino
  • Réalisation : Mitsuko Kase et Takashi Imanishi
  • Scénario : Akinori Endo, Asahide Ookuma, Fuyunori Gobu, Ryousuke Takahashi
  • Musiques : Mitsuo Hagita
  • Conception des personnages : Toshihiro Kawamoto
  • Conception des mechas : Hajime Katoki, Mika Akitaka, Shōji Kawamori, Yasushi Ishizu, Hirotoshi Sano
  • Direction de l’animation : Hiroki Kanno, Hiroshi Osaka, Toshihiro Kawamoto, Toshihiro Kawamoto
  • Direction artistique : Junichi Azuma
  • Direction de la photograpghie : Atsushi Okui
  • Direction du son : Yasuo Uragami
  • Production : Masuo Ueda, Minoru Takanashi
  • Studio : Sunrise

Doublage original[modifier | modifier le code]

Musiques[modifier | modifier le code]

Génériques d’ouverture 
  1. Back to Paradise de Miki Matsubara (épisode 1)
  2. The Winner de Miki Matsubara (épisodes 2 à 7)
  3. Men of Destiny de MIO (épisodes 8 à 12)
Génériques de fin 
  1. Magic de Jacob Wheeler (épisodes 1 à 7)
  2. Evergreen de MIO (épisodes 8 à 13)

Actuellement, six albums et trois singles ont été commercialisés à partir des musiques des OAV[15].

Liste des épisodes[modifier | modifier le code]

La liste des épisodes est indiquée ci-dessous (les OAV n'ayant pas été diffusés en français, les titres sont des traductions officieuses[16]).

No  Titre français Titre japonais Date de 1re diffusion
Kanji Rōmaji
01 Vol de Gundam ガンダム強奪 Gundam Goudatsu 23 mai 1991
02 Poursuite sans fin 終わりなき追撃 Owarinaki Tsuigeki 27 juin 1991
03 Albion, décollage ! 出撃アルビオン Shutsugeki Albion 22 août 1991
04 Bataille dans le désert ardent 熱砂の攻防戦 Nessa no Kōbousen 26 septembre 1991
05 Gundam, vers la mer étoilée ガンダム、星の海へ Gundam, Hoshi no Ume He 24 octobre 1991
06 Le Guerrier de Von Braun フォン・ブラウンの戦士 Von Braun no Senshi 21 novembre 1991
07 Dans un flamboiement bleuté 蒼く輝く炎で Aoku Kagayaku Honoo de 20 février 1992
08 Un monde de complots 策謀の宙域 Sakubou no Chuuiki 23 avril 1992
09 Le Cauchemar de Solomon ソロモンの悪夢 Solomon no Akumu 21 mai 1992
10 Fracas sur le champ de bataille 激突戦域 Gekitotsu Sen’iki 21 juin 1992
11 La Vie en Rose ラビアンローズ La Vie en Rose 21 août 1992
12 Bataille décisive 強襲、阻止限界点 Kyoushuu, soshi Gankaiten 24 septembre 1992
13 La tempête fait rage 駆け抜ける嵐 Kakenukeru Arashi 24 septembre 1992

Autres médias[modifier | modifier le code]

Film[modifier | modifier le code]

Le scénario des OAV a été compilé en un film d’animation de deux heures intitulé Mobile Suit Gundam 0083 : Le crépuscule de Zeon. Réalisé par Takashi Imanishi, il sort le 29 août 1992 au Japon[17]. Ce film a depuis été commercialisé en version sous-titrée français par Beez le 7 novembre 2005[18].

Nouvelles et mangas[modifier | modifier le code]

Comme souvent dans la franchise, l'histoire de Mobile Suit Gundam 0083 fut publiée sous forme de nouvelle par Hiroshi Yamaguchi à partir du 1er février 1992, en trois volumes[19], ainsi que sous forme de manga par Mitsuru Kadoya en 1992. De décembre 1993 à décembre 1994, treize albums de 48 pages composés de dessins des OAV et des paroles correspondantes sont également commercialisés[20]. Plus récemment, l'histoire a été reprise dans un manga de Masafumi Matsūra en 2000, intitulé Mobile Suit Gundam 0083: Heroes of Stardust[21].

Autre[modifier | modifier le code]

On peut enfin noter l'existence de deux histoires annexes écrites pour le radiothéâtre, intitulées « ルンガ沖砲撃戦, Runga-Oki Hōgekisen » et « 宇宙の蜉蝣, Uchū no Kagerō » ; ces deux intrigues sont reprises dans le jeu pour PlayStation 2 Mobile Suit Gundam: Encounters in Space[22].

Quant au domaine du jeu vidéo, on retrouve en 2007 une mouture de Gundam 0083 sur les bornes d'arcade Naomi 2 intitulée Mobile Suit Gundam 0083 Card Builder[23].

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. cosmic-era.com, « Stardust Memory, personnages » (consulté le 4-7-2010)
  2. (en) Gundam Official, « Gundam 0083 : characters », Bandai (consulté le 4-7-2010)
  3. a, b et c cosmic-era.com, « Stardust Memory, présentation » (consulté le 4-7-2010)
  4. a et b gundam-france.com, « Gundam 0083 : Stardust Memory » (consulté le 4-7-2010)
  5. (en) Gille Poitras, Anime essentials: every thing a fan needs to know, Stone Bridge Press,‎ 2001 (ISBN 9781880656532, lire en ligne), p. 35-36
  6. (en) Azuma Hiroki, « The Animalization of Otaku Culture », Mechademia, University of Minnesota Press, no 2 « Networks of Desire »,‎ 2007, p. 175 (ISBN 9780816652662)
  7. a et b (en) Anime News Network, « Mobile Suit Gundam 0083: Stardust Memory (OAV) » (consulté le 4-7-2010)
  8. a et b Beez, « Introduction au phénomène Gundam » (consulté le 4-7-2010)
  9. (en) Mark A. Grey, « Gundam 0083 : "Stardust Memories" DVD 4 », Anime News Network (consulté le 4-7-2010)
  10. Ender et Eek, « Mobile Suit Gundam 0083: Stardust Memory », animeacademy.com,‎ 2005 (consulté le 4-7-2010)
  11. (en) Helen McCarthy et Jonathan Clements, The Anime Encyclopedia: A Guide to Japanese Animation Since 1917, Titan Books Ltd,‎ 2001 (ISBN 1845765001), p. 257-258
  12. mahq.net, « Mobile Suit Gundam 0083: Stardust Memory » (consulté le 4-7-2010)
  13. (en) Gundam Official, « Gundam 0083 », Bandai (consulté le 4-7-2010)
  14. (en) Mobile Suit Gundam 0083 : Stardust Memory sur l’Internet Movie Database
  15. (ja) Site officiel, « CD情報 » (consulté le 4-7-2010)
  16. gundam-france.com, « Gundam 0083 : Stardust Memory, épisodes » (consulté le 4-7-2010)
  17. (en) Anime News Network, « Mobile Suit Gundam 0083: The Last Blitz of Zeon (movie) » (consulté le 4-7-2010)
  18. manga-news.com, « Mobile Suit Gundam 0083 - Le crepuscule de Zeon » (consulté le 4-7-2010)
  19. (it) universalcentury.it, « Gundam 0083: Stardust Memory » (consulté le 4-7-2010)
  20. (it) universalcentury.it, « MS Gundam 0083: Stardust Memory » (consulté le 4-7-2010)
  21. (en) Anime News Network, « Mobile Suit Gundam 0083: Heroes of Stardust (manga) » (consulté le 4-7-2010)
  22. (en) Anime News Network, « Mobile Suit Gundam 0083: Stardust Memory (OAV), trivia » (consulté le 4-7-2010)
  23. (en) arcade-history.com, « Mobile Suit Gundam 0083 - Card Builder » (consulté le 4-7-2010)