Moïka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

59° 55′ 34″ N 30° 16′ 23″ E / 59.9262, 30.2731

Vue de la Moïka du Pont Vert, au croisement de la perspective Nevski
La Moïka le long des écuries impériales, aquarelle d'Andreï Martynov, musée de l'Ermitage (1809)
Carte postale ancienne avec le Pont des Baisers
Vue des quais de la Moïka, à l'angle du Pont des Baisers, vers 1860
Vue de la Moïka gelée et du pont de la Poste
Façade du palais Stroganov donnant sur la Moïka, au soleil couchant
Palais du comte Razoumovski, aujourd'hui institut pédagogique Herzen

La Moïka (Мойка) est une rivière de Saint-Pétersbourg qui se jette dans la Néva. Elle mesure 4,67km et atteint un maximum de 40m de large et 3,2m de profondeur.

Histoire[modifier | modifier le code]

La rivière s'appelait Mia (boueuse, en langue finno-ougrienne) avant la construction de la ville et jusqu'en 1797, son nom déformé en Moïka s'est peu à peu imposé à partir des années 1720. C'est à cette époque que l'on a construit les premiers quais en bois. La rivière est prolongée en 1711 entre le jardin d'Été et le château des Ingénieurs, celui-ci étant construit entre 1797 et 1801. La rivière est approfondie en 1736-1737 pour le passage de petits bateaux. Les quais de bois ont peu à peu laissé place à des quais de pierre avec des parapets de granite entre 1798 et 1811, de la Fontanka jusqu'au quai des Anglais (rive gauche) et le canal Krioukov (rive droite). Les quais ont été reconstruits en granite dans les années 1960 le long du château des Ingénieurs (jardin Michel) et en 1975 du quai des Anglais à la Priajka.

Ponts[modifier | modifier le code]

Quinze ponts traversent la Moïka. Ils sont mentionnés dans la littérature russe et ont une importance historique et artistique certaine. On peut distinguer les ponts suivants :

Bâtiments remarquables[modifier | modifier le code]

On trouve des maisons d'un intérêt historique sur les quais de la Moïka, comme par exemple :

  • N°3 Marché rond, construit par Giacomo Quarenghi dans les années 1790
  • N°4 Cour des écuries, la façade principale se trouvant place des écuries.
  • N°8 Maison de rapport de Nikolaï Glinka-Mavrine, construite par Agourian Golossouïev
  • N°12 Musée Pouchkine, maison où demeura Pouchkine avant de mourir.
  • N°14 Hôtel Pouchka, ancienne demeure d'Ivan Ivanovitch Pouchtchine.
  • N°20 Académie de chant de Saint-Pétersbourg, immeuble construit par Léon Benois. L'aile droite abrite l'Alliance française, inaugurée le 21 mai 1994 par le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé.
  • N°21 Ancien hôtel particulier de S. Abamelek-Lazarev, construit en 1907-1909 par Eugraphe Vorotilov (1836-1910)
  • N°24b C'est dans cette maison que se trouvait le fameux restaurant Donon (1849-1917), ouvert par Jean-Baptiste Donon[1], issu d'une famille française de confiseurs parisiens installés à Saint-Pétersbourg depuis la fin du XVIIIe siècle. Ce restaurant était le rendez-vous de la crème de la société de l'époque, en particulier le grand-duc Alexis Alexandrovitch connu pour être un bon vivant. Il y a maintenant un petit théâtre récemment vendu à la chaîne d'hôtels Kempinski.
  • N°29 consulat du Japon
  • N°46 Palais Stroganov donnant sur la perspective Nevski, construit par Bartolomeo Rastrelli
  • N°48 Palais du comte Razoumovski, construit par Alexandre Kokorinov et Jean-Baptiste de La Mothe. Un orphelinat, l'orphelinat Nicolas, s'y est installé en 1834 jusqu'en 1918, où il est devenu l'Institut pédagogique renommé aujourd'hui l'Institut pédagogique Herzen. On remarque la représentation d'un pélican à l'entrée, symbole de l'orphelinat et symbole aujourd'hui de l'institut.
  • N°57 Ancien hôtel particulier du négociant Kotomine construit par Vassili Stassov à l'angle de la perspective Nevski. C'est ici que se trouvait la célèbre pâtisserie et salon de thé Wolff et Béranger au XIXe siècle qui fut fréquentée par l'élite littéraire (dont Pouchkine).
  • N°86 Maison achetée par Auguste de Montferrand en 1834 et qu'il fait reconstruire. Il y meurt le 28 juin 1858.
  • N°94 Palais Youssoupoff appartenant à la famille Youssoupoff, construit par Jean-Baptiste Vallin de La Mothe
  • N°106 Palais de la grande-duchesse Xénia Alexandrovna
  • N°122 Palais du grand-duc Alexis Alexandrovitch

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il devient sujet russe en 1860, devenant marchand de la Troisième Guilde. Après sa mort, le restaurant appartient à d'autres Français, Orbin et Étienne. Le restaurant devient le Vieux Donon en 1910, lorsque les nouveaux propriétaires ouvrent un nouveau Donon, place de l'Annonciation.