Mitsubishi Ki-51

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Mitsubishi Ki-51 Su-27 silhouette.svg
Mitsubishi Ki-51-1.jpg Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : Japon Mitsubishi
Rôle Bombardier en piqué
Premier vol 1939
Mise en service 1940
Nombre construits 2 385
Équipage
2 personnes
Motorisation
Moteur Mitsubishi Ha-26-II
Nombre 1
Type Moteur en étoile
Puissance unitaire 950 ch
Dimensions
Envergure 12,11 m
Longueur 9,21 m
Hauteur 2,73 m
Surface alaire 24,0 m2
Masses
À vide 1 873 kg
Avec armement 2 798 kg
Maximale 2 900 kg
Performances
Vitesse maximale à 3 000 m : 425 km/h
Plafond 8 200 m
Rayon d'action 1 060 km
Charge alaire 117 kg/m2
Rapport poids/puissance 0,24 kg/ch
Armement
Interne deux mitrailleuses de 12,7 mm plus une de 7,7 mm à l'arrière
Externe 200 kg de bombes et 250 kg pour opérations kamikazes

Le Mitsubishi Ki-51 est un bombardier en piqué japonais, dérivé des ki-15 et Ki-30, conçu par Mitsubishi et qui servit pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fut créé en réponse à une demande par l'armée impériale japonaise d'un nouvel appareil d'attaque au sol. La fiche-programme fut émise à la fin de 1937 et le premier prototype commença ses essais en 1939. Le type mis en production sous la désignation de Type 99 Assaut fut mis en production fin 1939 et a commencé à être engagé en 1940 dans le prolongement du conflit entre la Chine et le Japon, avant d'être totalement impliqué dans la guerre du Pacifique à partir de décembre 1941.

La production totale du Mitsubishi Ki-51 s'éleva à 2 385 exemplaires (1 472 construits par Mitsubishi et 913 par Tachikawa) qui dura jusqu'en 1945 et l'avion fut engagé pratiquement jusqu'à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Au début du conflit, le Ki-51 connut quelques succès, mais seulement quand l'opposition aérienne alliée était faible, fin 1941 et début 1942 notamment. Mais lorsque les Alliés commencèrent à aligner des chasseurs plus performants comme le F6F Hellcat, le Ki-51 subit des pertes de plus en plus lourdes. Comme la plupart des avions japonais à la fin de la guerre, le Ki-51 fut engagé dans des missions kamikaze pour tenter de repousser l'avancée des alliés.

Cet avion portait chez les alliés le nom de code Sonia.

Avions Comparables[modifier | modifier le code]