Mitrailleuse Vickers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une mitrailleuse britannique Vickers pendant le premier conflit mondial

La mitrailleuse Vickers est une variante britannique de la mitrailleuse Maxim. Elle fut intensivement utilisée par les British Army, Royal Air Force, Royal Navy et l'Empire britannique.

La mitrailleuse lourde Vickers est une version de la mitrailleuse Vickers, celle qui fut dérivée en calibre 50.

Présentation[modifier | modifier le code]

C'est une version allégée de la Maxim 1891 qui fit ses preuves en 1893 en Afrique du Sud, lorsque cinquante soldats et quatre Maxims tinrent en respect cinq mille guerriers Matabélés. Elle utilise l'énergie du recul consécutive au tir pour éjecter l'étui et chambrer une nouvelle cartouche. L'arme tire alors tant que la détente n'est pas relâchée par le servant, qu'aucun incident ne survient et que des munitions sont disponibles. Elle est refroidie par eau. Son radiateur est rainuré dans le sens de la longueur.

Modèle Munition Cadence de tir théorique Longueur Canon Masse avec l'eau Masse de l'affût Alimentation
MARK I .303 British 500 coups/min 115,5 cm 72,3 cm 18,1 kg 31,5 kg bandes souples ou métalliques 250 cartouches
MARK II .303 British 500 coups/min 115,5 cm 72,3 cm 14,1 kg 31,5 kg bandes souples ou métalliques 250 cartouches
MARK II/IV/V (Chars) .50 Vickers 400-700 coups/min 122 cm 78,8 cm 29,5 kg 31,5 kg bandes souples ou métalliques 100 cartouches

Variantes[modifier | modifier le code]

Des variantes pouvaient utiliser des munitions variées tel le 8 mm Lebel.

  • Mitrailleuses d'infanterie
    • Mark 1 : modèle d'origine
    • Mark 2 : modèle allégé
  • Mitrailleuses d'aviation
    • Mark 2/3/5 en .303
    • Mark 3 en .50 (Royal Navy)
  • Mitrailleuses de chars
    • Mark I : Prototype
    • Mark 2/4/5 en .50

Diffusion[modifier | modifier le code]

Cette mitrailleuse est produite par la firme Vickers à partir de 1912 (année de son adoption). Elle reste en service jusqu'en 1968. Ses différentes versions furent également réglementaires dans les forces armées des pays suivants :

Elle servit notamment durant la Première et la Seconde Guerre mondiale mais aussi les guerres du Chaco et de Corée ainsi que pendant la Crise de Suez.

Sources[modifier | modifier le code]

Cette notice est issue de la lecture des revues spécialisées de langue française suivantes :