Mithridate II du Bosphore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mithridate II.
Mithridate II
Douze nummia à l'effigie de Mithridate II du Bosphore. Description revers : Massue surmontée de la léonté entre un arc dans son carquois et un trident
Douze nummia à l'effigie de Mithridate II du Bosphore. Description revers : Massue surmontée de la léonté entre un arc dans son carquois et un trident
Titre
Roi du Bosphore
38/3944
Prédécesseur Gepaepyris
Successeur Cotys Ier
Roi de Colchide
4144
Prédécesseur Polémon II
Successeur Cotys Ier
Biographie
Père Aspourgos
Mère Gepaepyris

Mithridate II du Bosphore est un roi du Bosphore de 38/39 à 44 et de Colchide de 41 à 44.

Origine[modifier | modifier le code]

Mithridate est le fils aîné d’Aspourgos du Bosphore et de Gepaepyris, à laquelle il succède vers 39 après J.-C.[1].

Caligula cherche à attribuer le royaume du Bosphore au roi client de Rome Polémon II du Pont, un des fils d’Antonia Tryphaena et de Cotys VIII de Thrace, qui a été élevé avec lui à Rome après le meurtre de son père. Polémon, qui est également le petit-fils de Polémon Ier, roi du Bosphore entre 14 et 8 av. J.-C., doit renoncer rapidement à son entreprise (39/41).

Double règne[modifier | modifier le code]

Claude, qui a succédé à Caligula entre-temps, confirme Mithridate comme roi du Bosphore[2]. Toutefois, pour une raison inconnue, Mithridate est remplacé en 44 après J.-C. par son frère cadet Cotys, qui prend possession du royaume appuyé par une armée conduite par Aulus Didius Gallus, le Légat de Mésie[3].

Mithridate le roi détrôné cherche à prendre sa revanche lorsqu’il apprend que le général romain Didius Gallus est absent avec l’élite de son armée et qu’il ne demeure dans le Bosphore que son frère Cotys, « jeune homme sans expérience », avec un petit contingent commandé par le chevalier romain Gaius Julius Aquila. Dans un premier temps Mithridate s’empare des États du roi des Dandarides[4] et s'allie à Zorsines, roi des Siraques.

Julius Aquila et Cotys, de leur côté, concluent une alliance avec Eunonès, le roi des Aorses[5] qui, conscient de la puissance romaine, accepte de fournir sa cavalerie pour les combats en rase campagne pendant que les Romains se chargent d’assiéger les villes[6]. Rome et ses alliés prennent l’offensive et repoussent les ennemis jusqu’à Soza, ville de la Dandarique, qui est occupée. Les troupes marchent ensuite contre les Siraques, passent le fleuve Panda et investissent la ville d’Uspé, qui résiste dans un premier temps avant d’être prise et mise à sac. Zorsinès abandonne alors la cause de Mithridate ; il livre des otages et vient se prosterner devant la statue de César[7].

Mithridate décide alors de se rendre ; craignant la vengeance de son frère Cotys, il se tourne vers Eunonès, le roi des Aorses, afin qu’il négocie sa reddition. Ce dernier, ému par le prince vaincu, envoie des députés à l’empereur Claude pour solliciter sa clémence[8]. L’empereur romain refuse de le maintenir comme roi vassal et Mithridate est conduit à Rome par Junius Cilo, où il termine sa vie exécuté sous le règne de Galba pour avoir pris part à la conspiration de Nymphidius Sabinus[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ellis Hovell Minns, Scythians and Greeks: A Survey of Ancient History and Archaeology on the North Coast of the Euxine from the Danube to the Caucasus, Cambridge University Press, 2011 (ISBN 9781108024877), « Genealogy of Kings of Pontus and Bosporus B.C 100 to A.D. 100 », p. 590.
  2. C'est à cette époque que Mithridate adopte le gentilice de Claudius, qu'il est le seul de sa dynastie à porter.
  3. Dion Cassius, livre LX, chapitre 28, § 7.
  4. La Dandarique est une contrée située au Nord-Ouest de la Colchide, vers la frontière avec les Scythes.
  5. Comme les Siraques, les Aorses sont des peuples sarmates.
  6. Tacite, Annales, livre XII, chapitre 15.
  7. Tacite, Annales, livre XII, chapitres 16 & 17.
  8. Tacite, Annales, livre XII, chapitres 18 & 19.
  9. Tacite, Annales, livre XII, chapitres 20 & 21.