Mit'hat Frashëri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frashëri.
Mit'hat Frashëri

Mit'hat Bey Frashëri (également connu sous le surnom de Lumo Skëndo) (25 mars 1880, Ioannina, Empire ottoman -- 3 octobre 1949, New York, Long Island) est un diplomate, écrivain et homme politique albanais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mid'hat bey Frashëri est le fils d'un homme politique albanais du XIXe siècle, Abdyl Frashëri, et le neveu de les poètes et les nationalistes Naim Frashëri et Sami Frashëri. Né à Janina (aujourd'hui Ioannina) en 1883, il grandit à Istanbul. Sa famille est impliquée dans le mouvement nationaliste albanais. Entre 1905 et 1910, abandonnant ses études de pharmacologie, il travaille pour l'administration ottomane dans le vilayet de Salonique. En utilisant des noms de plume Lumo Skendo, il écrit pour divers organes de presse albanais[1].

Il participe au Congrès de Monastir en 1908, et est l'un des cinquante délégués qui contribuent à former l'alphabet albanais moderne, un travail de propositions animé notamment par Parashqevi Qiriazi. L'année suivante, il commence à l'édition d'un magazine culturel mensuel intitulé Diturija.

Il est l’un des pères de l’indépendance de l’Albanie en 1913. Il hérite des archives de l’albanologue et paléontologue Franz Nopcsa. Il est présent dans les gouvernements albanais d'entre-deux-guerres. Il est titulaire de plusieurs postes ministériels, puis représente l'Albanie de 1922 à 1926 aux États-Unis et en Grèce.

L'Italie envahit l'Albanie le 7 avril 1939. Le roi Zog Ier s'enfuit au Royaume-Uni. Il n'est pas considéré durant la Seconde Guerre mondiale comme un allié, le Royaume-Uni ayant reconnu l'annexion de l'Albanie dans une dernière tentative pour empêcher l'Italie de se joindre à l'Allemagne dans la guerre qui approchait. Le roi italien, Victor-Emmanuel II, est déclaré roi d'Albanie et d'une administration de type fasciste est installée à Tirana. Des mouvements de résistance se créent, dont le Balli Kombëtar (PBK ; Partia Balli Kombëtar) ou Parti du Front National dirigé par Mid'hat bey Frashëri. En juillet 1943, Mussolini est renversé en Italie. Des forces allemandes s'installent en Albanie, contiennent les mouvements de résistance, dont celui mené par Enver Hoxha, et tentent de mettre en place un gouvernement albanais neutre. Les Allemands ne se retirent qu'en septembre 1944. Enver Hoxha instaure un régime communiste[2].

En juillet 1949, exilé à New York, Mid'hat bey Frashëri est nommé président du Comité pour une Albanie libre (Committee for Free Albania), un organisme politique lié au MI6 britannique qui regroupe divers mouvements d'opposition au régime de Enver Hoxha. Il meurt mystérieusement d'une crise cardiaque le matin du 3 octobre 1949, au moment même où la première équipe de résistants albanais, dans le cadre du projet Valuable MI6-CIA, débarque sur la côte de son pays[3],[4].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Par date de parution.

  • François de Lannoy, « L’Albanie dans la guerre », 39-45 Magazine, no 171,‎ .
  • Nicholas Bethell, La grande trahison, éditions Flammarion,‎ .
  • (en) Bernd J. Fischer, Albania at War, 1939-1945, C. Hurst & Co. Publishers,‎ .
  • (en) Stephen Dorril, MI6 : Inside the Covert World of Her Majesty's Secret Intelligence Service, The Free Press,‎ (ISBN 0-7432-0379-8, lire en ligne).
  • (en) Colonel Dayrell Oakley-Hill (préf. David Smiley), An Englishman in Albania, Londres, The Centre for Albanian Studies - Learning Design Limited,‎ .
  • (en) Julian Amery, « L’Albanie pendant la guerre 1939-45 », dans Oxford Companion to the Second World War,‎ (lire en ligne).
  • Christophe Dolbeau, Face au bolchevisme: petit dictionnaire des résistances nationales à l'Est de l'Europe (1917-1989), Artic,‎ .
  • David Smiley, Au cœur de l’action clandestine. Des Commandos au MI6, L’Esprit du Livre Editions,‎ (traduction de Irregular Regular (1994) : Les mémoires d'un officier du SOE en Albanie qui fut après-guerre agent du MI6, notamment dans le cadre du projet Valuable.
  • John Prados, Guerres secrètes de la CIA, Editions du Toucan,‎ . (traduction de Safe for Democracy: The Secret Wars of the CIA - 2006).

Journaux[modifier | modifier le code]

  • Rédaction Le Monde, « La création d'un comité de l'Albanie libre est accueillie favorablement dans les capitales occidentales », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Serge Karsky, « L'Albanie d'Enver Hodja est un otage dans les mains de Tito », Le Monde,‎ (lire en ligne).

Webographie[modifier | modifier le code]