Missions japonaises dans la Chine des Tang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un navire reconstitué

Les missions japonaises dans la Chine des Tang (遣 唐 使, Kentoshi) permettent d'examiner et d'évaluer les relations entre la Chine et le Japon au cours des VIIe, VIIIe et IXe siècles. La nature de ces contacts bilatéraux évolue progressivement de la reconnaissance politique et cérémonielle vers des échanges culturels. Et ce processus accompagne les liens commerciaux croissants qui se développent au fil du temps[1].

Entre 607 et 838, le Japon envoie 19 missions en Chine. La connaissance est l'objectif principal de chaque expédition. Ainsi les prêtres étudient le bouddhisme chinois, les fonctionnaires les structures du gouvernement chinois, les médecins la médecine chinoise et les peintres la peinture chinoise. Environ un tiers de ceux qui se sont embarqués en provenance du Japon ne survivent pas au voyage de retour vers le Japon[2].

Liste des missions[modifier | modifier le code]

Années Commanditaire Envoyés japonais Monarque chinois Commentaires
630-632 Empereur Jomei Inugami no Mitasuki (犬上御田鍬?)
Kusushi Enichi (藥師惠日?)
Empereur Taizong Accompagné au retour par Gao Biaoren (高表仁), l'émissaire Tang.
653-654 Empereur Kotoku Kishi no Nagani (吉士長丹?)
Kishi no Koma (吉士駒?)
Takada no Nemaro (高田根麻呂?)
Kanimori no Omaro (掃守小麻呂?)
Empereur Gaozong Le navire transportant Takada no Nemaro s'échoue à proximité de Takeshima Satsuma pendant le voyage aller.
654-655 Empereur Kōtoku Takamuko no Kuromaro[3],
Kawabe no Maro (河邊?)
Kusushi Enichi (?)
Empereur Gaozong Takamuko meurt en Chine[3]
659-661 Empereur Saimei Sakaibe no Iwashiki (坂合部石布?)
Tsumori no Kisa (津守吉祥?)
Iki no Hakatoko (伊吉博德?)[4].
Empereur Gaozong Sakaibe meurt durant le voyage
665-667 Empereur Tenji Mori no Ōishi (守大石 ?)
Sakaibe no Iwatsumi (坂合部岩積?)
Empereur Gaozong A peut-être transporté Liu Degao (劉德高), l'émissaire Tang, à l'armée stationnée dans une ancienne garnison de Paekche.
667-668 Empereur Tenji Iki no Hakatoko
Kasa no Moroishi (笠諸石?)
Empereur Gaozong Transporte l'émissaire Tang Sima Facong (司馬法聰) à l'armée stationnée dans une ancienne garnison de Paekche.
669-670 Empereur Tenji Kawachi no Kujira (河内鯨?) Empereur Gaozong Célèbre la soumission de Koguryŏ
702-704 Empereur Mommu Awata no Mahito (粟田真人?)
Takahashi no Kasama (高橋笠間?)
Sakaibe no Ōkita (坂合部大分?)
Yamanoue no Okura (山上憶良?)
Kose no Ōji (巨勢祖父?)
Empereur Wu Zetian Kose no Ōji rentre en 707; Awata no Mahito en 718
717-718 Empereur Genshō Tajihi no Agatamori (多治比縣守?)
Abe no Yasumaro (阿倍安麻呂?)
Ōtomo no Yamamori (大伴山守?)
Fujiwara no Umakai (藤原馬養?)
Empereur Wuanzong Awata no Mahito rentre en 718; Abe no Nakamaro et Kibi no Makibi encore étudiants ainsi que le moine Genbō (玄昉) se joignent à cette ambassade[5].
733-734 Empereur Shōmu Tajihi no Hironari (多治比廣成?)
Nakatomi no Nashiro (中臣名代?)
Empereur Wuanzong Quatre navires prennent part au voyage, l'un revient en 734, un autre en 736; Le magistrat Heguri no Hironari (平群廣成?) rentre en 739.
746- Empereur Shōmu Isonokami no Otomaro (石上乙麻呂?) Empereur Xuanzong Annulé
750-753 Impératrice Kōken[6]. Fujiwara no Kiyokawa ( 藤原清河?)
Ōtomo no Komaro (大伴古麻呂?)
Kibi no Makibi (吉備真備?)
Empereur Xuanzong Le navire transportant Fujiwara Kiyokawa et Abe no Nakamaro fait naufrage dans la province chinoise d'Annam; les deux émissaires japonais deviennent des officiels Tang et ne retournent jamais au Japon.
761-761 Empereur Junnin Kō Gendo (高元度?) Empereur Tang Suzong Avec pour objectif de récupérer Kiyokawa, la mission accompagnée de l'ambassadeur de Parhae rentre par Balhae.
761- Empereur Junnin Naka no Iwatomo (仲石伴 ?)
Isonokami no Yakatsugu (石上宅嗣?)
Fujiwara no Tamaro (藤原田麻呂?)
Empereur Tang Suzong Annulé à cause d'avaries sur les vaisseaux
762- Empereur Junnin Nakatomi no Takanushi (中臣鷹主?)
Koma no Hiroyama (高麗廣山?)
Empereur Daizon Annulé pour cause d'absence de vents favorables
777-778 Empereur Kōnin Saeki no Imaemishi (佐伯今毛人?)
Ōtomo no Masutate (大伴益立?)
Fujiwara no Takatori (藤原鷹取 ?)
Ono no Iwane (小野石根?)
Ōmiwa no Suetari (大神末足?)
Empereur Daizon Les quatre navires font naufrage durant le voyage de retour; Ono no Iwane et l'émissaire Tang Zhao Baoying (趙寶)英 meurent (趙寶)英.
779-781 Empereur Kōnin Fuse no Kiyonao (布勢清直?) Empereur Daizon Sun Xingjin 孫興進, l'émissaire Tang et les autres sont débarqués à Mingzhou.
804-805 Impératrice Kammu Fujiwara no Kadonomaro (藤原葛野麻呂?)
Ishikawa no Michimasu (石川道益?)
Empereur Daizon Quatre navires composent la mission; le troisième fait naufrage au voyage à Hirado au voyage aller; le sort du quatrième est inconnu; Kūkai et Saichō font partie de cette ambassade.
838-839 Impératrice Ninmyō Fujiwara no Tsunetsugu (藤原常嗣 ?)
Ono no Takamura (小野篂 ?)
Empereur Wenzong Le troisième navire fait naufrage peu après le départ de Tsukushi; ses 140 passagers n'atteignent pas la China; les moines Ennin et Ensai sont à bord; Les passagers des premier et quatrième vaisseaux louent des navires Silla et s'empressent de rentrer; de retour en 839 avec une lettre de l'empereur de Chine[7], le deuxième navire revient en 840.
894- Empereur Uda Sugawara no Michizane (菅原道真?)
Ki no Haseo (紀長谷雄?)
Zhaozong Annulé

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Kibi Makibi (695-775) par Kikuchi Yōsai, extrait du Zenken Kojitsu.
  1. Fogel, Joshua A. (2009). Articulating the Sinosphere: Sino-Japanese Relations in Space and Time, pp. 102-107.
  2. Hoffman, Michael. "Cultures Combined in the Mists of Time: Origins of the China-Japan relationship", Asia Pacific Journal: Japan Focus. 3 février 2006; reprinting article in Japan Times, 29 janvier 2006.
  3. a et b Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). "Takamuko no Kuromaro (no Genri)" in 'Japan encyclopedia, p. 935 sur Google Livres; n.b., Louis-Frédéric est le pseudonyme de Louis-Frédéric Nussbaum, see Deutsche Nationalbibliothek Authority File.
  4. Nussbaum, "Iki no Hakatoko" at pp. 379-380 sur Google Livres
  5. Fogel, Joshua. (1996). 'The Literature of Travel in the Japanese Rediscovery of China, p. 22 sur Google Livres; extrait : « Comme Genbō, Kibi no Makibi resta en Chine après que les navires de l'ambassade soient repartis pour le Japon, rentrant par ses moyens au même moment que Genbo dix-sept ans plus tard »
  6. Titsingh, Issac. (1834). 'Annales des empereurs, p. 74. sur Google Livres
  7. Titsingh, p. 108. sur Google Livres

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fogel, Joshua A. (2009). Articulating the Sinosphere: Sino-Japanese Relations in Space and Time. Cambridge: Harvard University Press. 13-(ISBN 978-0-674-03259-0)/10-(ISBN 0-674-03259-4); OCLC 255142264
  • ______________. (1996). The Literature of Travel in the Japanese Rediscovery of China, 1862-1945. Stanford: Stanford University Press. 10-(ISBN 0-8047-2567-5)/13-(ISBN 978-0-8047-2567-5); OCLC 32626862
  • Ishii, Masatoshi (石井正敏, Ishii Masatoshi?). (1992). "Diplomatic relations, Centering on the Japanese Embassies to the Tang" (外交関係、遣唐使を中心に, Gaikō kankei, ken-Tō shi o chūshin ni?) in Thinking about Antiquity: Tang China and Japan (古代を考える:唐と日本, In Kodai o kangaeru: Tō to Nihon?) éditeur, On Ikeda (池田温, Ikeda?). Tokyo: Yoshikawa kōbunkan, .
  • Kasumi, Mori (森克己, Mori Katsumi?). (1966). Japanese Embassies to the Tang Court (遣唐使, Ken-Tō shi?). Tokyo: Shibundō.
  • Natsuko, Furuse (古瀬奈津子, Furuse Natsuko?). (2003). China as Seen by the Japanese Embassies (遣唐使の見た中国, Ken-Tō shi no mita Chūgoku?). Tokyo: Yoshikawa kōbunkan.
  • Nussbaum, Louis-Frédéric and Käthe Roth. (2005). Japan encyclopedia. Cambridge: Harvard University Press. 10-(ISBN 0-674-01753-6); 13-(ISBN 978-0-674-01753-5); OCLC 58053128
  • Reinosuke, Fujiie (藤家禮之助, Fujiie Reinosuke?) (1977). Two Thousand years of Sino-Japanese Interactions (日中交流二千年, Nit-Chū kōryū nisen nen?). Tokyo: Tōkai University Press.
  • Titsingh, Isaac. (1834). Nihon Odai Ichiran; ou, Annales des empereurs du Japon. Paris: Royal Asiatic Society, Oriental Translation Fund of Great Britain and Ireland. OCLC 5850691
  • Yanaga, Teizō (弥永貞三, Yanaga Teizō?). (2002). "Japanese Embassies to the Tang Court" (遣唐使, Ken-Tō shi?) in Encyclopedia of Japanese History (日本史大辞典, Nihon shi dai jiten?). Tokyo: Nihon hyōronsha.
  • Wang, Yong (王勇, Wang Yong?) (2002). A New Biography of Priest Ganjin (鑑真和上新伝, Tō kara mita ken-Tō shi?). Tokyo: Nōsan gyosen bunka kyōkai.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]