Missionnaires de Notre-Dame de la Salette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Notre-Dame et Notre-Dame de la Salette (homonymie).

Les Missionnaires de Notre-Dame de la Salette forment une congrégation religieuse fondée en 1852 par l'évêque de Grenoble Mgr Philibert de Bruillard (1765 - 1860) après l'apparition de la Vierge à deux jeunes bergers, Maximin Giraud (11 ans) et Mélanie Calvat (13 ans) à la Salette, petit village des Alpes (France) le 19 septembre 1846.

Historique[modifier | modifier le code]

L'évêque de Grenoble Mgr de Bruillard approuve l'apparition le 19 septembre 1851. En mai 1852 il annonce à ses diocésains la fondation d’un grand sanctuaire comportant une église et une hôtellerie attenante, et la constitution d’un corps spécial de prêtres pour être au service des nombreux pèlerins, et qui devient une congrégation en 1852. Les six premiers prêtres prononcent leurs vœux le 2 février 1858 : « La mission des bergers est finie, celle de l'Eglise commence ». L’hiver, à la demande de l’évêque, ils partent prêcher des missions dans les paroisses du diocèse de Grenoble.

Les lois de la République anticléricale les obligent à émigrer vers les États-Unis, l’Italie, la Belgique et la Suisse. Certaines de ces implantations de la fin du XIXe siècle deviendront elles-mêmes fondatrices.

Les missionnaires salettins sont au nombre de 900 et travaillent dans 23 pays.

Une vie communautaire enracinée dans la prière, un esprit de réconciliation, un effort d’apostolat, tels sont les caractéristiques de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de La Salette fondées par Mlle Henriette Deluy-Fabry, née à Marseille en 1828. À la suite de nombreux pèlerinages à Notre-Dame de La Salette, elle décide de devenir religieuse de La Salette en fondant une nouvelle congrégation, animée d’un triple esprit de sacrifice, d’apostolat et de prière.

Elle est encouragée par Pie IX en 1866. Le 20 décembre 1872, les sept premières Religieuses Réparatrices montent au Sanctuaire. Puis elles accompagnent les Missionnaires de La Salette en Belgique et en Pologne. Elles reçoivent, dans la région grenobloise, la direction d’une maison pour personnes handicapées, la responsabilité de la Chapelle de l’Adoration et d’un dispensaire.

Au début du XXe siècle, un élan missionnaire se développe. Les Sœurs Missionnaires de Notre-Dame de La Salette sont fondées par le P. Crozet, MS et érigées par l’évêque de Soissons dans son diocèse en 1930. Elles accompagnent les Missionnaires de La Salette en France (Notre-Dame de l’Hermitage, Chalon-sur-Saône et Alaï-Francheville), en Suisse, en Belgique, au Canada, aux États-Unis, en Italie, « pour le service des Pères » et « pour toute œuvre d’apostolat féminin ».

En 1955, l’union des deux branches féminines commence, à la demande des Religieuses Réparatrices, et sera approuvée par Rome à la veille de la clôture du Concile en 1964. En 1997, en Angola, une communauté des Sœurs Messagères de Notre-Dame de La Salette est reconnue par l’Evêque de Benguela. Elles fusionnent avec les Sœurs de La Salette en 2004. Aujourd’hui, les Sœurs de Notre-Dame de La Salette sont 170 en neuf pays (France, Brésil, Madagascar, Philippines, É.-U., Pologne, Angola, Myanmar, Italie).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]