Missionnaire mormon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chaque mois, de jeunes célibataires (de 18 à 25 ans) ou des couples retraités, membres de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, sont appelés, en tant que missionnaires et pour une durée de 18 ou 24 mois, à prêcher l'Évangile de Jésus-Christ (selon les mormons cet Évangile est dit « rétabli »), à leurs propres frais ou avec le soutien de leur famille ou de leur paroisse. C'est ainsi que plus de 50 000 missionnaires mormons sont en permanence en activité dans 176 pays en 164 langues ou dialectes et servant dans 348 missions[1].


Appel[modifier | modifier le code]

Missionnaires
Couple missionnaire en généalogie

Dès leur plus jeune âge, ou après leur conversion, les jeunes hommes sont encouragés à partir prêcher l'Évangile, quand ils auront au moins 18 ans, pendant deux ans dans leur propre pays ou à l'étranger. Les jeunes femmes n'ont pas le même devoir vis-à-vis du service missionnaire mais peuvent aussi postuler et sont envoyées si elles ont au moins 19 ans. Elles sont appelées pour 18 mois. Plusieurs centres de préparation missionnaire, répartis dans le monde, les préparent à prêcher l'Évangile et à parler la langue du pays où ils sont envoyés. Ces missionnaires, aisément identifiables à leur tenue classique (costume foncé, chemise blanche, cravate), à leur badge avec le nom de l'Église et au fait qu'ils vont deux par deux, ont une vie missionnaire organisée (règlement et horaires imposés, planification, comptes rendus, etc.). Leur temps est consacré au prosélytisme, à l'enseignement de l'Évangile aux personnes qui les reçoivent, et aux services rendus à la collectivité.

Les couples retraités peuvent également remplir une mission à temps partiel ou à plein temps. Leur mission peut également être humanitaire, ou consacrée au service dans un temple ou à la généalogie.

Préparation[modifier | modifier le code]

Coût[modifier | modifier le code]

Les missionnaires sont tenus de payer leurs propres frais pendant leur mission, souvent avec l'aide de la famille et des amis. Dans le passé, chaque missionnaire payait les frais réels, mais cette approche créait une charge disproportionnée pour les missionnaires qui étaient affectés dans des régions au coût de la vie cher. En 1990 fut instauré un nouveau programme pour répondre à la responsabilité financière de chaque missionnaire et sa famille. Maintenant, tous les jeunes missionnaires doivent payer une redevance mensuelle qui est ensuite redistribuée en fonction des coûts de la vie régionaux. Le coût d'une mission en janvier 2006 était de 400 dollars par mois, y compris la nourriture, le logement, les transports et les effets personnels. Étant donné que les familles doivent maintenant contribuer à un fonds pour les dépenses générales missionnaires, le montant est déductible dans de nombreux pays en raison de politiques fiscales concernant les dons de bienfaisance.

Les jeunes dans l'Église sont encouragés à économiser de l'argent tout au long de leur enfance et leur adolescence pour payer une grande partie de leur mission, bien que beaucoup vont recevoir de l'aide des parents ou des amis. Les missionnaires qui ne peuvent pas engager les fonds nécessaires peuvent obtenir de l'aide de leur paroisse locale ou du fonds général missionnaire géré par l'Église, alimenté par les dons de ses membres dans le monde. Les couples mariés saints des derniers jours assurent eux-mêmes leurs dépenses. Dans de nombreuses régions, les membres de l'Église invitent souvent les missionnaires locaux à leurs repas pour aider à réduire les frais généraux du programme missionnaire.

Qualification[modifier | modifier le code]

Tous les missionnaires doivent répondre à des normes de dignité. Parmi ces normes que le missionnaire doit respecter sont la fréquentation régulière des réunions de l'église, la prière personnelle régulière, l'étude régulière des Écritures, le respect de la loi de chasteté, de la Parole de Sagesse et le paiement de la dîme.

Facteurs d'exclusion[modifier | modifier le code]

Outre la préparation spirituelle, l'Église demande aux évêques de veiller à ce que les missionnaires potentiels soient physiquement, mentalement et émotivement capables de servir une mission à plein temps. Le président Kimball a dit, "nous nous rendons compte que, bien que tous les jeunes soient préparés, tous ne sont pas qualifiés pour enseigner l'Évangile à l'étranger."

Par ailleurs, en plus des compétences de base et des normes de mérite, un certain nombre de situations spécifiques excluent une personne à devenir un missionnaire à plein temps pour l'Église. Ils sont ceux qui ont laissé les enfants sous la garde de quelqu'un d'autre, les jeunes couples qui sont encore en âge d'avoir des enfants, ceux qui sont endettés et n'ont pas résolu leurs engagements financiers, ceux qui sont en probation, les couples avec de graves problèmes conjugaux non résolus, ceux qui sont séropositifs et ceux qui ont été reconnus coupables d'abus sexuels. En outre, les personnes qui ont soutenu ou payé pour un avortement, tout comme le sont ceux qui ont eu des enfants hors mariage, les hommes de moins de 26 ans et les femmes de moins de 40 ans qui sont divorcés et toute personne qui s'est engagée dans des activités homosexuelles après 15 ans sont également exclus.

Formation[modifier | modifier le code]

Les nouveaux missionnaires appelés participent à une brève période de formation à l'un des MTC (Missionnaire Training Center) (fr: Centre de formation missionnaire) que l'Église possède dans le monde. Le plus grand MTC est situé à Provo (Utah) près de l'université Brigham Young. Les missionnaires qui n'ont pas une nouvelle langue à apprendre pour le service missionnaire y restent trois semaines afin d'apprendre à utiliser les supports de prosélytisme, à se comporter et étudier les Écritures. Les missionnaires ayant besoin d'apprendre une langue étrangère restent entre huit et treize semaines au MTC, en fonction de la langue à apprendre. Pendant cette période, ils ne sont pas encouragés à parler dans leur langue maternelle, mais plutôt à s'immerger dans la nouvelle langue.

Centres de formation missionnaire :

Tenue vestimentaire[modifier | modifier le code]

Les missionnaires à plein temps ont l'obligation de respecter un code vestimentaire, classique pour les hommes, costume foncé, chemise blanche et cravate et robes ou chemisiers et jupes simples pour les femmes. Dans certaines régions, ces normes sont légèrement modifiées. Par exemple, dans les climats chauds et humides, ne nécessitant pas l'utilisation de manteaux, les chemisiers peut être à manches courtes. Les vêtements de loisirs (non formel) peuvent être portés à un moment appropriés, lorsque les missionnaires vont faire de l'entraide ou lors de leur 'journée de préparation' ou encore si les missionnaires sont impliqués dans les sports, le ménage, les courses (à la discrétion du président de mission) et de blanchisserie.

À tout moment, les missionnaires portent une plaque avec leur nom précédé du titre (« Elder » ou « Sœur »). Cette plaque comporte également le nom de l'Église afin d'être parfaitement identifiés, à moins que le Président de mission considère que c'est impossible compte tenu des circonstances de la zone (par exemple de mauvaises conditions politiques).

Organisation[modifier | modifier le code]

Les « missionnaires à plein temps », tels qu'ils sont désignés, sont à distinguer des membres des paroisses locales dont ils ne représentent que 4 à 8 % des effectifs et qu'ils ne fréquentent que quelques semaines ou mois avant d'être mutés dans une autre paroisse. Un président de mission, appelé pour une période de 3 ans, gère l'organisation de plusieurs dizaines ou centaines de missionnaires à plein temps dans une région donnée. Il vient d'une autre région ou d'un autre pays avec sa femme et leurs enfants. Ils restent en mission pendant 3 ans puis sont remplacés par un autre couple. Depuis les débuts de l'Église en France et jusqu'en 2006, huit Français ont servi comme président de mission en France ou à l'étranger. Le premier d'entre eux, Louis Auguste Bertrand, a présidé la mission française de 1859 à 1864, période au cours de laquelle il a publié Mémoires d'un mormon (collection Hetzel, E. Dentu, libraire, Palais Royal, Paris, 1862).

Emploi du temps[modifier | modifier le code]

Journal missionnaire, 1903

Journée d'un missionnaire[modifier | modifier le code]

La journée d'un missionnaire est très structurée. L'heure de lever et coucher varie selon la culture locale. Emploi du temps missionnaire quotidien type :

h 30-10 h 0 - exercices du matin. 30 minutes d'exercices physiques, 30 minutes d'étude des saintes Écritures (Bible, Livre de Mormon, Doctrine et Alliances, Perle de Grand Prix), 30 minutes d'étude du manuel Prêchez mon Évangile, une heure de planification et d'étude avec son collègue, et une heure pour soi (toilette, petit-déjeuner, prière, etc.). Les missionnaires étudiant une langue étrangère utilisent également ce temps à l'étude des langues.

10 h 0-21 h 0 : l'œuvre missionnaire. Les coéquipiers se consacrent à l'œuvre missionnaire, ce qui inclut le prosélytisme et peut se prolonger par des activités de service à la collectivité. Pendant cette période, ils prévoient une heure pour le déjeuner et une heure pour le dîner.

21 h 0-22 h 30 : exercices du soir. Les missionnaires écrivent leur journal personnel, prient, définissent les objectifs du lendemain, passent les appels téléphoniques nécessaires, et se préparent pour la nuit.

Semaine d'un missionnaire[modifier | modifier le code]

L'emploi du temps d'un missionnaire est identique tous les jours de la semaine, sauf une journée (variable en fonction de la mission) nommée « jour de préparation ». Ce jour-là est réservé à la préparation de la semaine. Ils se reposent également de leur horaire quotidien rigoureux. Ce jour de préparation est réservé à des activités comme les provisions pour la semaine, la lessive, le nettoyage de leur cadre de vie, des activités sportives, le courrier et le tourisme. Les missionnaires qui vivent à proximité d'un temple peuvent être autorisés à s'y rendre. Le jour de préparation se termine généralement à 18 h, après quoi les missionnaires reprennent leurs activités missionnaires. Ce jour-là, ils doivent cependant continuer les exercices du matin.

Le dimanche diffère également pour les missionnaires dans la mesure où ils interrompent leurs activités pour assister aux réunions de culte à l'église.

Les missionnaires tiennent aussi des réunions hebdomadaires entre missionnaires d'un même district.

Par ailleurs, ils rendent des actions de services à la communauté, dont des cours d'anglais hebdomadaires (sans discussion religieuse) dispensés à titre gratuit. En France, ces cours sont donnés de façon discontinue depuis 1950.

Activités mensuelles[modifier | modifier le code]

Tous les deux à trois mois, les missionnaires assistent à une conférence de zone qui réunit tous les missionnaires d'une même zone qui regroupe plusieurs districts. Le président de mission assiste aux conférences de zone en marge de laquelle il a un entretien avec chaque missionnaire. Au cours de la conférence, le président de mission et ses assistants enseignent aux missionnaires des principes de l'Évangile et l'art de prêcher l'Évangile. Occasionnellement, une Autorité Générale de l'Église peut être présente à cette réunion.

Également, tous les mois et demi environ ont lieu les mutations. Les missionnaires qui sont mutés sont envoyés dans une autre ville où ils feront équipe avec un nouveau compagnon de service. Les assistants du président et parfois les dirigeants de zone participent au choix des nouvelles affectations.

Relations personnelles[modifier | modifier le code]

  • Relations familiales

Les missionnaires sont encouragés à écrire une lettre à leurs parents toutes les semaines. Cependant, un missionnaire peut utiliser son jour de préparation (en anglais, connu sous le nom P-Day) pour écrire à une personne résidant en dehors des limites de sa mission. Les missionnaires ne partent pas en vacances et sont généralement autorisés à appeler leurs parents seulement le jour de Noël et pour la Fête des Mères (certains présidents de mission peuvent autoriser également à appeler le jour de la Fête des Pères). Les missionnaires ont aussi un compte de messagerie pour communiquer avec leurs parents et amis, mais ne peuvent accéder aux courriels que pendant le jour de préparation par un ordinateur dans un lieu public comme une bibliothèque ou un café internet.

Dans le cas d'une situation d'urgence, les familles des missionnaires peuvent prendre contact avec lui par l'intermédiaire du bureau de la mission.

  • Relations romantiques

Il est interdit aux missionnaires de sortir sans leur collègue pendant leur période de mission. Ils ont l'obligation de rester ensemble en tous temps afin, entre autres raisons, d'éviter les relations romantiques. Alors que les missionnaires sont autorisés à interagir avec les personnes du sexe opposé, ils ne sont pas autorisés à être seuls avec elles ou de se livrer à toute activité émotionnelle ou physique (par exemple, flirter, embrasser ou étreindre) ou de correspondre avec des personnes du sexe opposé vivant à l'intérieur des frontières de la mission où ils servent. En outre, il leur est demandé de ne pas organiser de visites chez des personnes du sexe opposé en dehors du premier contact (non prévisible par nature). Si d'autres visites sont prévues, elles se font par des missionnaires du même sexe que la personne visitée. Les missionnaires sont autorisés à rendre visite à une personne du sexe opposé s'ils sont accompagnés d'un adulte de leur sexe.

Après la mission[modifier | modifier le code]

Beaucoup de missionnaires ayant servi ensemble ont bâti de solides liens d'amitié. Il arrive que les anciens présidents de mission organisent des réunions où se retrouvent ceux qui ont servi comme missionnaires au cours de leur mandat. Étant donné que les missionnaires sont originaires de différentes parties du monde, il est fréquent que ces réunions se tiennent en Utah, en particulier au cours d'un week-end de conférence générale, ce qui augmente la probabilité d'un plus grand nombre de participants.

Plusieurs sites Web personnels ont été créés qui permettent aux anciens missionnaires de rester en contact.

Noms des missions de l'Église[modifier | modifier le code]

La zone géographique couverte par une mission est souvent beaucoup plus importante que le nom indiqué. La plupart des régions du monde sont couvertes par une mission de l'Église.

Afrique[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

  • Canada Montréal Mission
  • Canada Toronto East Mission
  • Canada Toronto West Mission

Amérique centrale et Caraïbes[modifier | modifier le code]

Europe et Russie[modifier | modifier le code]

Mexique[modifier | modifier le code]

  • Mexique Merida Mission
  • Mexique Mexico City East Mission
  • Mexique Mexico City North Mission
  • Mexique Mexico City South Mission
  • Mexique Mexico City West Mission
  • Mexique Monterrey East Mission
  • Mexique Monterrey West Mission

Océanie[modifier | modifier le code]

Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

  • Fin 2004 : 51 067 missionnaires en activité (« Statistical Report, 2004 », Ensign, mai 2005, p. 25)
  • Fin 2005 : 52 060 missionnaires en activité (« Statistical Report, 2005 », Ensign, mai 2006, p. 24)
  • Fin 2006 : 53 164 missionnaires en activité (« Statistical Report, 2006 », Ensign, mai 2007, p. 7)
  • Au 15 juin 2007 : 53 868 missionnaires en activité ; un tiers d’entre eux viennent de régions en dehors des États-Unis et du Canada ; ils prêchent dans 145 pays et dans 164 langues.
  • Fin 2009 : 51 736 missionnaires en activité
  • Entre mars 1995 (quand Gordon B. Hinckley est devenu président de l’Église) et mars 2007, soit en 12 ans, 387 750 missionnaires sont entrés dans le champ de la mission, ce qui représente près de 40 % des missionnaires appelés depuis l'organisation de l'Église en 1830 (Le Liahona, mai 2007, p. 60)
  • En juin 2007, le nombre de missionnaires appelés depuis 1830 avait atteint un million (lds.org/ldsnewsroom)
  • En France, en 2007 : 400 missionnaires répartis dans 120 villes

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • LeGrand Richards, Une Église missionnaire (Une œuvre merveilleuse et un prodige, Salt Lake City, 1950)
  • Manuel du missionnaire, Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]