Mishima-shuku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mishima-shuku dans les années 1830, estampe d'Hiroshige de la série Les Cinquante-trois Stations du Tōkaidō.

Mishima-shuku (三島宿, Mishima-shuku?) était la onzième des cinquante-trois stations du Tōkaidō durant la période Edo du Japon. Elle est située à Mishima, préfecture de Shizuoka.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y avait à Mishima-juku, deux honjin et 74 autres petites auberges à l'intention des voyageurs. Mishima était la seule shukuba dans la province d'Izu. Mishima était la capitale traditionnelle de la province d'Izu de l'époque de Nara et l'emplacement d'un sanctuaire shinto de très grande importance. Jusqu'en 1759, Mishima était le site du daikansho, siège du gouvernement pour les hatamoto (serviteur de classe) désignés par le Shogunat Tokugawa pour diriger la province d'Izu.

Par ailleurs, comme l'eau coule du mont Fuji à la ville, celle-ci était appelée la « capitale de l'eau »[1].

L'estampe classique ukiyoe d'Ando Hiroshige (édition Hoeido) de 1831-1834 montre des voyageurs se mettant en route dans les brumes du matin. L'un est à dos de cheval tandis que l'autre voyage en kago. On aperçoit le torii du Mishima-taisha à l’arrière-plan. En revanche, l'édition Kyōka de la fin des années 1830 présente un village couvert de neige avec le mont Fuji au lointain.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carey, Patrick. Rediscovering the Old Tokaido:In the Footsteps of Hiroshige. Global Books UK (2000). ISBN 1901903109
  • Chiba, Reiko. Hiroshige's Tokaido in Prints and Poetry. Tuttle. (1982) ISBN 0804802467
  • Taganau, Jilly. The Tokaido Road: Travelling and Representation in Edo and Meiji Japan. RoutledgeCurzon (2004). ISBN 0415310911

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mishima-juku to Numazu-juku. Tōkaidō Hitoritabi.