Mise sur agenda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La notion de mise à l’agenda (agenda-setting en anglais) est un concept de sociologie de l'action publique. Elle renvoie au passage d'un problème du domaine de la nature ou du privé au domaine public. Elle désigne "l’ensemble des problèmes faisant l’objet d’un traitement, sous quelque forme que ce soit, de la part des autorités publiques et donc susceptibles de faire l’objet d’une ou plusieurs décisions" [1]. Il faut également souligner que "la mise à l'agenda appelle et justifie une intervention publique légitime sous la forme d'une décision des autorités publiques, quelles qu'en soient la forme (gouvernementale, législative, administrative) et la modalité (mesures d'urgence, plan d'action à plus long terme, loi, décision administrative ou financière, désignation d'une commission, etc.)"[2].

Le concept d’agenda-setting développé par les chercheurs américains Max McCombs et Donald Shaw[3], décrit initialement la fonction des médias de masse qui exercent un effet important sur la formation de l'opinion publique, en imposant le calendrier de certains événements et la hiérarchie de sujets.

Agenda systémique et agenda institutionnel[modifier | modifier le code]

Roger Cobb et Charles Elder[4] distinguent deux types d’agenda :

  • l’agenda systémique : la question est débattue par les instances politiques, elle donne lieu à des prises de position, etc. ;
  • l’agenda institutionnel : on commande un rapport, on élabore un projet de loi et on l’inscrit à l’ordre du jour des assemblées, etc.).

Un faux concept[modifier | modifier le code]

La mise sur agenda est un concept, parfois attribué à John Maynard Keynes[5], supposé désigner le fait de placer un objectif (politique, économique, social, culturel...) dans un programme politique. En réalité, Keynes n'a pas conceptualisé une telle « mise sur agenda » : il s'agit en fait d'une erreur de traduction, sinon d'un barbarisme franglais, de la locution en langue anglaise to put on the agenda qui signifie, en français, « inscrire sur le calendrier politique » ou, moins spécifiquement, « inscrire à l'ordre du jour ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Garraud, "Politiques nationales : l’élaboration de l’agenda" in L'année sociologique, 1990, p. 27.
  2. Boussaguet, Jacquot, Ravinet, "Agenda" in Dictionnaire des politiques publiques, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2006, p. 52.
  3. (en) M. McCombs, D. Shaw, « The agenda-setting function of mass media », Public Opinion Quarterly, vol. 36, no 2,‎ 1972, p. 176—187
  4. Roger Cobb, Charles Elder, Participation in American Politics : The Dynamics of Agenda-Building, Boston, Allyn and Bacon, 1972.
  5. Voir notamment J. M. Keynes, La Fin du laissez-faire, Agone, 1999.

Liens externes[modifier | modifier le code]