Mise en station d'une monture équatoriale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une mise en station est un réglage qui concerne les télescopes équipés d'une monture équatoriale. Elle consiste à régler l'axe horaire de la monture pour le rendre parallèle à l'axe de rotation de la Terre. Ce réglage permet d'observer un astre pendant de longues périodes en suivant sa trajectoire par une simple rotation du télescope sur cet axe horaire.

Parmi les nombreuses méthodes existantes, on peut en distinguer trois principales : la méthode approchée, basée sur le pointage direct de α Ursae Minoris (l'étoile polaire) ; la méthode de Bigourdan qui permet une mise en station avec une étoile quelconque ; et la méthode de King, basée sur l'analyse de photographies à longue pose.

D'une manière générale, une mise en station consiste à régler d'une part l'inclinaison de l'axe horaire, et d'autre part son orientation.

Description d'une monture équatoriale[modifier | modifier le code]

Une monture équatoriale est constituée de 4 axes :

  • Bien repérer les quatre axes avant de commencer. Pour ce repérage, on décrit les axes à partir du trépied pour finir au tube du télescope :
    • L'axe d'orientation (azimuth) est l'axe vertical qui permet à l'ensemble de la monture équatoriale de tourner sur elle-même de 360°. Sa base est fixée au trépied.
    • L'axe de latitude est un axe horizontal qui permet à la partie supérieure de la monture équatoriale de pivoter de 180° mais on le règle une fois pour toutes sur la latitude du lieu d'où l'on observe. Sa base est fixée sur l'axe d'orientation (azimuth).
    • L'axe horaire ou axe d'ascension droite (RA pour right ascension en anglais), permet à la partie supérieure de la monture équatoriale de pivoter sur 360°. Il est gradué en heures car il permet de suivre le mouvement d'un astre lors de la rotation terrestre. Sa base est fixée à l'axe de latitude.
    • L'axe de déclinaison, enfin : sa base est fixée à l'extrémité de l'axe horaire et son extrémité est fixée au tube du télescope lui-même. Il permet au tube du télescope de pivoter sur 360°.
  • Pour l'observation :
    • L'axe horaire est celui qui porte le télescope, il peut pivoter sur lui-même et sert à suivre l'ascension droite d'un astre
    • L'axe de déclinaison est à l'extrémité de l'axe horaire, il relie celui-ci au tube du télescope et permet de le faire basculer pour suivre la déclinaison
  • Pour la mise en station :
    • L'axe de latitude est horizontal, il est situé à la base de l'axe horaire et permet d'en régler l'inclinaison ; certaines montures bon marché ont une inclinaison fixe de 40 ou 45°
    • L'axe d'orientation (azimuth) est un axe vertical qui permet de faire pivoter l'ensemble de la monture à droite ou à gauche ; la monture est quelquefois solidaire de son support, dans ce cas il faut faire pivoter tout le support.

Méthode approchée[modifier | modifier le code]

Le réglage approché d'une monture est pratique pour les observations de courte durée. Certaines montures équatoriales de type allemand sont équipées d'un viseur polaire qui facilite encore ce réglage. Sur une monture à fourche, elle nécessite l'emploi d'un coude qui renvoie l'image à 90°.

Tout d'abord, le support de la monture (généralement un trépied) doit fournir un support parfaitement horizontal, et si la monture est de type allemand, elle doit être correctement équilibrée.

Réglage à vue[modifier | modifier le code]

  • Desserrer la vis de l'axe horizontal primaire (l'axe de latitude), une graduation permet de la régler sur la latitude du site d'observation, puis resserrer provisoirement la vis,
  • Pivoter le tube du télescope sur ses axes horaire et de déclinaison pour le rendre parallèle à l'axe horaire,
  • Bloquer les freins des axes horaire et de déclinaison,
  • Orienter le tube du télescope vers l'étoile polaire en faisant pivoter la monture, ou le trépied si la monture est solidaire de celui-ci, en pointant à vue dans la direction de l'étoile polaire.

À la fin de l'opération, l'étoile polaire devrait être visible dans le chercheur. Pour obtenir une meilleure précision, on peut s'aider de celui-ci.

Réglage avec le chercheur[modifier | modifier le code]

Le chercheur permet d'affiner le réglage à vue. Pour cela, l'instrument doit être muni d'un chercheur réticulé qui doit être préalablement réglé pour être parallèle au tube du télescope. Après un premier réglage à vue, les freins des axes horaire et de déclinaison doivent être maintenus serrés.

  • Pivoter le chercheur sur lui-même pour que les croisillons du réticule soient vertical et horizontal ; noter que l'image rendue par le chercheur est renversée droite-gauche et haut-bas
  • Desserrer légèrement la vis de réglage de latitude et incliner plus ou moins l'instrument pour amener l'étoile polaire sur le croisillon horizontal
  • Lorsque le réglage est satisfaisant, resserrer définitivement la vis de l'axe de latitude ; le réglage obtenu reste valable pour toute observation menée ultérieurement sur le même site ou à la même latitude
  • Pivoter la monture (ou le trépied) pour amener l'étoile polaire au centre du réticule
  • Bloquer définitivement le plateau de la monture ; dans tous les cas, veiller à ne plus bouger le trépied

Les freins des axes horaire et de déclinaison peuvent être débloqués, l'axe horaire est maintenant parallèle à l'axe de rotation de la Terre. La rotation de l'axe horaire suit l'ascension droite, et celle de l'axe de déclinaison suit la déclinaison.

La mise en station de la monture par cette méthode offre une précision qui ne dépasse généralement pas 2°.

Réglage avec le viseur polaire[modifier | modifier le code]

Le viseur polaire se présente comme une petite lunette et possède un réticule éclairé ou non, il est situé pour une monture Allemande à l'intérieur de l'axe horaire creux. Le réticule se présente comme un cercle centré sur l'axe optique (qui correspond au pôle nord céleste), ce cercle représente l'écart de l'étoile polaire avec le pôle nord céleste pour un certain nombre d'années. Ce cercle possède sur sa circonférence un petit cercle qui représente la position de l'étoile polaire. Cette position dépend de la date, de l'heure et du lieu d'observation. Pour l'hémisphère sud le réglage s'effectue avec la constellation d'octant.

  • Régler la platine de la monture à l'horizontale à l'aide d'un niveau à bulle.
  • À l'aide des molettes de réglage en azimuth et latitude, faire apparaître dans un premier temps l'étoile polaire dans le viseur polaire.
  • Le viseur polaire comporte une échelle graduée qui représente un calendrier avec une graduation pour chaque jour. Cette échelle comporte aussi dans sa partie intérieure une échelle de longitude : en général de 20° Est à 20° Ouest.

La monture autour du viseur polaire possède une échelle graduée en heure. Régler en premier la longitude du lieu d'observation en tournant l'échelle graduée du viseur polaire. Faire correspondre la date du jour d'observation avec l'heure d'observation en faisant tourner à la main le télescope sur son axe horaire, bloquer les freins de la monture sur cette position.

  • Affiner les réglages en azimuth et latitude pour que l'étoile polaire soit placée à l'intérieur du petit cercle qui indique la position théorique de celle-ci à l'heure et à la date d'observation considérées.

La précision du réglage avec ce principe est de quelques minutes d'arc.

Nota : Du fait de la précession des équinoxes l'étoile polaire se déplace lentement au cours du temps par rapport au pôle nord céleste , ce qui nécessite le remplacement du viseur polaire au bout de plusieurs années.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Méthodes de mise en station plus précises :

Articles connexes :