Mischa Elman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mischa Elman

alt=Description de l'image Mischa Elman.jpg.
Naissance 20 janvier 1891
Talnoïe, Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Décès 5 avril 1967
New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Violoniste

Mikhail Saulovitch « Misha » Elman est un violoniste d'origine ukrainienne, né le 20 janvier 1891 à Talnoïe (aujourd'hui dans l'oblast de Tcherkassy, en Ukraine) et décédé à New York le 5 avril 1967. Il est naturalisé américain en 1923.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son grand-père Josef était un klezmer, un violoniste de musique folklorique juive. Il était connu pour la beauté de son au violon, les gens ayant entendu et le grand-père et le petit-fils s'accordèrent à dire que Mischa avait hérité du son de Josef. Le père de Elman était professeur d'hébreu et commerçant.

Très jeune Mischa possède une oreille absolue, mais son père hésite à l'orienter vers une carrière de musicien, le statut social du musicien dans la communauté juive n'étant pas avantageuse. Finalement,il l'y introduit, et lui offre un petit violon, sur lequel très vite il apprendra de lui-même plusieurs airs.

Quelque temps après, la ville de Talnoïe ne suffisant pas au développement musical de Elman, il commence ses études de violon à Odessa, avec un professeur local Alexander Fiedelmann (1897-1902) et donne bientôt son premier concert en 1899, en jouant le Concerto de Bériot.

L'enfant progresse rapidement et est invité fréquemment à jouer pour des stars de passage comme Adolph Brodsky, Pablo de Sarasate et Leopold Auer. Pablo de Sarasate lui écrit une lettre de recommandation dans laquelle il révèle que Mischa possède un talent certain et qu'il peut devenir s'il étudie quelques années à Paris, Berlin, ou Saint-Pétersbourg une des plus grandes fiertés d'Europe.

Finalement, en 1901, il est auditionné à 11 ans par Léopold Auer et joue le Concerto n°2 de Wieniawski et les 24 Caprices de Paganini. Auer est impressionné et l'admet aussitôt au conservatoire impérial de Saint-Pétersbourg.

Dès la première rencontre Auer-Elman, le ton et le style unique d'Elman ont su se développer et la perception propre d'Auer du jeu de violon lui a été indéniablement favorable.

Déjà en 1903, Elman a effectué plusieurs concerts privé pour de riches amateurs d'arts. Parmi eux le grand-duc de Mecklembourg-Strelitz qui présentera à Mischa son premier violon italien - un Amati.

Ses débuts, hors les frontières russes, ont lieu à Berlin en 1904 où il crée une forte impression, suivis d'une importante tournée dans toute l'Allemagne, puis l'Angleterre en 1905 à Londres avec la première anglaise du Concerto d'Alexandre Glazounov, la France et les États-Unis, où il apparaît en 1908 au Carnegie Hall jouant le Concerto Tchaïkovsky avec la Société de symphonie russe de New York, conduit par Altschuler Modeste.

Joseph Joachim, pour qui il a joué à titre privé à ses débuts, dira en constatant le phénomène Elman : « je suis muet ». En quelques mois, l'Europe est vaincue. La presse britannique affuble à Elman le titre de « violoniste le plus grand dans le monde ». En 1905, Mischa Elman jouera au Palais de Buckingham pour le roi Édouard VII et le roi Alphonse XIII d'Espagne, partageant le programme avec Nellie Melba et Enrico Caruso.

L'apparition de Jascha Heifetz sur la scène aura un impact dévastateur sur la carrière de beaucoup de violonistes de cette époque. Mais Elman restera un artiste de concert fortement populaire, jouant parfois jusqu'à 107 concerts sur 29 semaines, et apparaissant dans des récitals, pour orchestre et aux concerts en duo avec Eugène Ysaÿe.

La famille Elman émigre aux États-Unis et Mischa devient citoyen américain en 1923. Sa carrière se développe rapidement dans le monde entier. En 1917 il est élu comme membre honorable du Phi Mu Alpha Sinfonia music fraternity.

En 1943, il donne la première du Second Concerto de Bohuslav Martinů, écrit pour lui. La vente de ses disques dépasse les deux millions d'exemplaires et ils sont même réédités sur CD.

Misha Elman peut être considéré comme l'un des plus grands de l'École violoniostique russe de Saint-Pétersbourg : virtuose prodigieux, doté d'une ample sonorité, son répertoire allait de la musique ancienne, à la plus moderne, avec peut-être une prédilection pour les romantiques (dont Brahms) et pour les compositeurs slaves (Tchaïkovski, Dvorak). Ysaÿe lui a dédié son poème Extase, Martinů son 2e Concerto pour violon (1943). Il possédait depuis 1907 le Stradivarius de Joachim sur lequel il joua toute sa vie, alternant parfois avec deux autres Stradivarius, le Madame Récamier (1717), cadeau de mariage de sa propre femme (1925), et le Samazeuilh (1735) qu'il avait acquis en 1923.

Entre 1924 et la fin de la dernière guerre, il participa activement à un quatuor à cordes qu'il avait lui-même fondé.

Son accompagnateur le plus fréquent pour la musique de chambre était notamment Emmanuel Bay, qui est né le même jour que Mischa, le 20 janvier 1891.

Mischa Elman est mort le 5 avril 1967 à New York. Il est enterré au cimetière de Westchester Hills à Hastings-on-Hudson, New York.

Discographie[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Mischa Elman joue la médiation de Thaïs. (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Les enregistrements de Elman ont couvert plus de 50 ans. Avec des enregistrements réalisés pendant l'ère du 78 tr sous le label HMV et Victor (plus tard RCA Victor).

Pendant l'ère LP, Elman a signé avec Decca/London et plus tard avec le groupe d'enregistrement d'Avant-garde. À la différence de Jascha Heifetz, son contemporain, le travail d'Elman n'a jamais été réédité systématiquement. Ci dessous la liste de ses enregistrements les plus populaires :

78 tours / Mono

Stéréo

Source[modifier | modifier le code]