Misa Criolla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Misa Criolla est l'une des œuvres vocales majeures du compositeur argentin Ariel Ramirez. Cette messe composée sur des thèmes populaires d'Amérique du Sud a été créée en 1963.

Cette messe comporte les 5 parties habituelles de la liturgie catholique (Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Agnus Dei). Le texte est en espagnol (et non en latin, suite au Concile Vatican II qui a permis l'expression de leur foi aux chrétiens de tous pays dans leur langue, les langue indigènes allant du Quechua et l' Aymará au Nord au Mapuche au sud)

Le choix de mélodies, de rythmes et d'instruments issus du large folklore résultant du métissage des ethnies ci dessus avec les ethnies européennes rend l'œuvre plus vivante, moins austère, plus proche, du public auquel elle s'adresse. Selon certains, elle aurait en effet été suggérée à Ariel Ramirez par les regrets d'amis prêtres, (Alejandro Mayol?) qui désespéraient de voir le peuple participer activement à sa messe : comment mieux louer Dieu qu'avec ses rythmes, ses instruments et dans sa langue? Selon d'autres sources, Ramirez en 1952 à Francfort aurait appris l'histoire d'Elisabeth et Regina Brückner, deux religieuses allemandes qui auraient soutenus clandestinement des prisonniers juifs en camp nazi. L'idée de cette messe lui serait alors venue en remerciement  : la Misa Criolla leur est dédicacée.

Trois prêtres ont opéré la traduction des textes :

  • le père Antonio Osvaldo Catena, ami d'enfance de Ramirez, président de la conférence épiscopale sud américaine,
  • le père Jesús Gabriel Segade, qui a fait les arragements des chœurs et dirigé ces même chœurs lors de la 1ere representation (la Cantoría de la Basílica del Socorro),
  • et le père Alejandro. Le père Alejandro a aussi composé d'autres œuvres populaires et une Passion selon Saint Jean, où ces rythmes sont repris. Alejandro Mayol, le "père Alejandro" était proche de Vatican II , c'était le "prêtre du peuple". Il avait une émission à la TV et avait enregistré des disques pour la jeunesse.

Les 5 parties :

  • Kyrie – Vidala baguala (blues argentin)
  • Gloria – Carnavalito Yaravi (rythme tres ancien proche de la langue Quechua. Ryhtme de prière)
  • Credo – Chacarera trunca (cousine lointaine de la valse)
  • Sanctus – Carnaval cochabambino (rythme très enlevé, caractéristique des processions indigènes des andes lors des carnavals et de la Saint Jean)
  • Agnus Dei – Estilo

L'album sur lequel cette messe a été gravée est sorti en 1964, chanté par la Chorale Los Fronterizos. Il comporte également une œuvre supplémentaire d'Ariel Ramirez, la Navidad nuestra, qui comporte une célèbre mélodie, sur le titre La peregrinacion, qui a été reprise par de nombreux artistes, tels Jaime Torres ou Gilles Dreu (avec son succès sous le titre d'Alouette, dont les paroles en français n'ont pas de rapport avec le sujet original).

Une version remixée Misa Criola de Fuego (1982) existe ainsi qu'une interprétation par Mercedes Sosa (2000). La misa a également été chantée, entre autres, par la chorale de la Communauté du Chemin Neuf en 1999 ou Jose Carreras en 1989.

[Il faut noter que les textes en espagnol ci-dessus n'existent pas dans la liturgie (cf. Instruction "De Musica Sacra" (Vatican) § 21.), et sont donc absents de cette œuvre???].

Cette messe a eu la chance de ne pas être dans la ligne de mire des intégristes et d'avoir bénéficié de protection dans le haut clergé, chance que n'a pas eue la Misa Campesina Nicaragüense de Carlos Mejía Godoy, qui a été mise à l'index car trop proche de la théologie de la libération. Il existe d'autres messes sud américaines (salvadore etc).