Miséricorde (bonté)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir miséricorde (homonymie).

La miséricorde est une bonté qui incite à l'indulgence et au pardon envers une personne coupable d'une faute et qui s'en repent.

En théologie, la miséricorde divine est la bonté de Dieu qui lui fait pardonner les fautes des hommes, et renouveler l'homme dans sa dignité, pour qu'il puisse se relever et que puisse s'accomplir en lui le dessein d'amour de Dieu qui l'a créé pour le bonheur. Les hommes sont eux aussi invités à pratiquer la miséricorde, car, créés par Dieu, leur cœur est à l'image du cœur de Dieu. Ils ont cependant besoin de recevoir la miséricorde pour devenir capable d'être miséricordieux, selon leur vocation profonde.

Théologie[modifier | modifier le code]

La miséricorde de Dieu apparaît tout au long de la Bible. Dans l'Ancien Testament, Dieu montre sa miséricorde à de nombreuses reprises, tout au long des récits du livre de la Genèse, dans les livres de Jonas, Isaïe, Osée, ... Le Psaume 136 est un bel exemple de l'étendue de la miséricorde divine déjà révélée : "Louez l'Éternel, car il est bon, Car sa miséricorde dure à toujours !". Le Nouveau Testament donne une place d'honneur à la miséricorde ("Allez, et apprenez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices. car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.", Mt 9.13), et bien sûr dans le sacrifice du Christ pour les péchés de l'humanité, acte suprême de pardon accordé à des hommes qui ne le méritent pas.

Bien qu'ayant adouci la religion catholique par rapport à la religion juive, la miséricorde fut parfois critiquée parce qu'elle banalise les fautes. Ainsi les protestants s'opposent à une interprétation trop large de la miséricorde et aux absolutions trop faciles des fautes telles qu'ils supposent qu'elle est pratiquée dans la religion catholique.

Cependant la doctrine officielle de l'Église catholique a une vision beaucoup plus profonde de la miséricorde, particulièrement bien explicitée par Jean-Paul II, dans plusieurs encycliques et surtout Dives in misericordia, à partir d'une très belle méditation sur la parabole du fils prodigue.

Ancien Testament[modifier | modifier le code]

Le mot hébreu « Rah'amim » ( רחמים ) désigne d'abord le sein maternel, puis la tendresse qui en est issue, tendresse miséricordieuse. Il s'agit d'un « pluriel de plénitude » du mot Rehem, ventre maternel. Ce mot désigne les entrailles de Yaweh, les entrailles du Seigneur, issue du sein maternel ( rehem, matrice, uterus) donc la tendresse maternelle de Dieu pour son peuple et ses enfants, pour les petits et les pauvres[1]. L'image de la tendresse maternelle est à la racine de la miséricorde divine dans l'Ancien Testament  :« Ephraïm est-il donc pour moi un fils si cher, un enfant tellement préféré, pour qu'après chacune de mes menaces je doive toujours penser à lui, et que mes entrailles s'émeuvent pour lui, que pour lui déborde ma tendresse ? ( Jérémie 31,20 ) » [2] [3] ce mot exprime aussi le sentiment d'attachement d'un être à un autre d'où en extension, la compassion pour cet autre, la miséricorde.

Nouveau Testament[modifier | modifier le code]

Le débiteur impitoyable, gravure de Jan Luyken, XVIIe siècle.

Ce même mot est traduit en latin par Misericordia, il est cité par la Vierge Marie dans le Magnificat alors qu'elle porte l'enfant Jésus dans ses entrailles  : « Miséricorde promise à nos Pères, pour Abraham et sa race à jamais » . Dans le Christianisme, l'accent est mis sur le Cœur de Dieu et non plus sur ses entrailles. Le mot latin misericordia vient de miseria (misère, malheur) et cor (cœur)  : avoir le cœur rempli de misericorde signifiait plein de compassion, sensible au malheur [1]. Le Cœur de Dieu rempli de tendresse pour les hommes dans la personne de Jésus, le verbe incarné, qui professe un enseignement fondé sur la miséricorde (paraboles du Bon Samaritain, du débiteur impitoyable (Mt 18, 23-35) : « Heureux les Miséricordieux il leur sera fait miséricorde » (Matthieu. 5.7). Ainsi l'Église catholique salue Marie comme mère de miséricorde dans de nombreux Hymnes dont le plus célèbre est le Salve Regina.

sainte Faustine Kowalska[modifier | modifier le code]

L'image de la miséricorde selon les apparitions de sainte Faustine – Jésus, j'ai confiance en Toi

Au XVIIe siècle le culte du Sacré-Cœur accompagne la dévotion à la miséricorde divine issue du Cœur de Dieu. Au XXe siècle les apparitions du Christ miséricordieux de Sainte Faustine Kowalska répandent l'esprit évangélique de la miséricorde divine comme plus grand attribut de Dieu dans les consciences catholiques après des siècles marqués par le jansénisme. Jésus donna lui le message pour l'humanité, avant le fin du monde. Les humains doivent confier envers bonté du Dieu et avoir miséricorde envers les autres. Ainsi ils/elles recevront pardon des péchés et des peines.

Les œuvres de Miséricorde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Œuvres de miséricorde.

Il y a sept œuvres de miséricorde corporelle, qui ont leur source dans la Bible et se sont ensuite concrétisées dans des institutions et pratiques très anciennes de l'Église. Le terme grec désignant l'œuvre de miséricorde, eleemosyna, est à l'origine du mot "aumône" (et aumônier)[4],[5].

Le Caravage, Madone des pèlerins

Miséricorde corporelle

  • Nourrir les affamés
  • Abreuver les assoiffés
  • Vêtir les personnes nues
  • Accueillir les étrangers, de pèlerins, et les gens dans le besoin
  • Visiter les malades
  • Annoncer la bonne nouvelle aux prisonniers et aux captifs (anciennement rachat des captifs)
  • Enterrer les morts (XIIIe siècle)

Miséricorde spirituelle

  • Conseiller ceux qui en ont besoin
  • Instruire les ignorants
  • Exhorter les pécheurs
  • Consoler les affligés
  • Pardonner les offenses
  • Endurer les injures avec patience
  • Prier pour le prochain et pour les morts / supporter les défauts des autres

Islam[modifier | modifier le code]

Chaque début des sourates du Coran rendent grâce au Dieu tout miséricordieux, très miséricordieux (deux déclinaisons du terme sont employées). En arabe Miséricorde se dit « Rahma » (رحمة  : Miséricorde) . « Il ne s'agit pas de savoir si vous êtes dans la miséricorde de Dieu, mais plutôt si la miséricorde de Dieu est en vous ». ( Les Paroles et sagesses du Cheikh Ahmed al-Alawi)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ralf van Bühren : Die Werke der Barmherzigkeit in der Kunst des 12.–18. Jahrhunderts. Zum Wandel eines Bildmotivs vor dem Hintergrund neuzeitlicher Rhetorikrezeption (Studien zur Kunstgeschichte, vol. 115), Hildesheim / Zürich / New York: Verlag Georg Olms 1998. ISBN 3-487-10319-2
  • Mgr Robert Le Gall : Miséricorde. 2009. 98 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Psaumes: Prier Dieu avec les paroles de Dieu par Gilles-D Mailhiot
  2. Article Sénévé, La Maternité du Père. L'Eternel féminin. 1 Elise Gillon
  3. Le El malé rahamim (formule habituellement traduite par: Dieu plein de miséricorde) devient, dans la traduction biblique et évangélique de Chouraqui: un El rempli de matrices qui matricie (merahem), qui est matriciel (rahoum) Au confluent de trois continents : André Chouraqui Francine Kaufmann
  4. WikiKto
  5. iconographie : Jean VALDOR Les Oeuvres de Misericorde (1604) Gravures Abraham Bosse et Dossier BnF

Articles connexes[modifier | modifier le code]