Mirabel (Tarn-et-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mirabel.
Mirabel
Église Notre-Dame-des Misères.
Église Notre-Dame-des Misères.
Blason de Mirabel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Canton Caussade
Intercommunalité Communauté de communes du Quercy caussadais
Maire
Mandat
Jacques Pautric
2014-2020
Code postal 82440
Code commune 82110
Démographie
Gentilé Mirabelais
Population
municipale
1 014 hab. (2012)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 08′ 41″ N 1° 25′ 15″ E / 44.1447222222, 1.4208333333344° 08′ 41″ Nord 1° 25′ 15″ Est / 44.1447222222, 1.42083333333  
Altitude Min. 79 m – Max. 217 m
Superficie 32,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Mirabel

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Mirabel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mirabel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mirabel

Mirabel est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy à l'ouest de Caussade

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par deux rivières : le Petit Lembous et la Lère morte, sous-affluent de la Garonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 20 janvier 1369, durant la guerre de Cent Ans, après la bataille de Montalzat les troupes anglaises sont de nouveau écrasées à la bataille de Mirabel par les troupes françaises[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1796 Pierre Perchverty    
1796 1797 Jean-Etienne Combebiac    
1797 1797 Jean Ginolhac    
1797 1798 Pierre Bonal    
1798 1800 Jean Sarrus    
1800 1811 Honoré Larrieu    
1811 1816 Joseph Prevost de Saint-Cyr    
1816 1830 Jean Ginolhac    
1830 1848 Jean-Aimé Grimal    
1848 1848 Pierre Ginolhac    
1848 1848 Antoine Saint-Jean    
1848 1858 Joseph Prevost de Saint-Cyr    
1858 1884 César Dumas    
1884 1888 Camille du Moulinet de Granes    
1888 1890 César Dumas    
1890 1891 Marcel Delpech    
1891 1897 César Dumas    
1897 1904 Adrien Joudarnet    
1904 1908 Camille du Moulinet de Granes    
1908 1914 Raoul Mazare    
1914 1919 Jean Giros    
1919 1944 Louis Lafforgue    
1944 1945 Firmin Landou    
1945 1953 Célestin Arbus    
1953 1956 Arthur Viguie    
1956 1971 Alfred Cabos    
1971 1983 Raymond Cabos    
1983 2001 Fernand Vignals    
mars 2001 en cours
(au 16 juillet 2014[4])
Jacques Pautric    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Mirabelais.

En 2012, la commune comptait 1 014 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 911 1 533 1 557 1 637 1 670 1 662 1 582 1 580 1 547
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 506 1 572 1 555 1 565 1 513 1 360 1 289 1 269 1 239
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 213 1 059 1 053 921 872 861 860 869 872
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
877 857 885 910 879 839 957 974 1 014
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à une fasce crénelée de gueules.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La bataille de Montalzat (17 janvier 1369) page 21
  2. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  3. « Les maires de Mirabel », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 26 février 2015).
  4. Tableau des électeurs pour les élections sénatoriales, Préfecture de Tarn-et-Garonne, 16 juillet 2014, [lire en ligne], p. 10.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012