Mioara Mugur-Schächter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Mioara Mugur-Schächter est physicienne spécialisée en mécanique quantique fondamentale, théorie des probabilités et théorie de l'information. Elle est également épistémologue. En tant que professeur de Physique Théorique à l’Université de Reims, elle y a fondé le Laboratoire de Mécanique Quantique & Structures de l’Information qu'elle a dirigé jusqu'en 1997. Actuellement elle est présidente du Centre pour la Synthèse d'une épistémologie Formalisée.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Arrivée en France en 1962, venant de Bucarest (Roumanie). Nommée professeur à l'université de Reims en 1971. A fondé en 1994 le Centre pour la Synthèse d'une Épistémologie Formalisée. A fondé en 2009 une Association pour le développement de la Méthode de Conceptualisation Relativisée (adMCR).

Son œuvre[modifier | modifier le code]

À Bucarest, au cours de la période 1957-1959, elle a élaboré solitairement la première invalidation de la preuve du célèbre théorème de von Neumann affirmant l'impossibilité de paramètres cachés compatibles avec le formalisme quantique. En France :

  • Son invalidation du théorème de von Neumann s'est incorporée à une thèse de doctorat dirigée par Louis de Broglie et publiée chez Gauthier Villars en 1964 (2 ans avant l'invalidation de Bell) dans un livre préfacé par Louis de Broglie et intitulé Étude du caractère complet de la théorie quantique;
  • Elle a invalidé le théorème de E.P. Wigner affirmant l'impossibilité d'une distribution conjointe de position et quantité de mouvement compatible avec le formalisme quantique (The quantum mechanical one-system formalism, joint probabilities and locality, in Quantum Mechanics a half Century Later, J. L. Lopes and M. Paty, eds., Reidel, pp. 107-146, 1977 ; Study of Wigner’s Theorem on Joint Probabilities, Found. Phys., Vol. 9, pp. 389-404, 1979).
  • Elle a construit une fonctionnelle d'opacité d'une statistique face à la loi de probabilité qui agit (Le concept nouveau de fonctionnelle d’opacité d’une statistique. Etude des relations entre la loi des grands nombres, l’entropie informationnelle et l’entropie statistique, Anns. de l’Inst. H. Poincaré, Section A, vol XXXII, no. 1, pp. 33-71, 1980; The Probabilistic-Informational Concept of an Opacity Functional, (en collab. Avec N. Hadjissavas), Kybernetes, pp.189-193, Vol. 11(3), 1982.). Ceci constitue une unification mathématique entre la théorie classique des probabilités et l'approche "informationnelle" de Shannon.
  • Elle a explicité la structure spécifique des probabilités quantiques et de la logique quantique (dont elle a contesté la structure algébrique d'un treillis (Toward a Factually induced Spacetime Quantum Logic, Found. of Phys., Vol. 22, No. 7, pp. 963-994, 1992: Quantum Probabilities, Komogorov probabilities, and Informational Probabilities, Int. J. of Theor. Phys., Vol. 33, No.1, pp. 53-90, 1994; Sur le tissage de connaissances[1], chapitre 5)) ).
  • Depuis 1982, elle n'a jamais cessé d'élaborer la Méthode de Conceptualisation Relativisée – dite MCR – : Objectivity and Descriptional Relativities, Foundations of Science 7, pp. 73-180, 2002; Quantum Mechanics versus a Method of Relativized Conceptualization, in Quantum Mechanics, Mathematics, Cognition and Action, Proposals for a Formalized Epistemology, M. Mugur-Schächter and Alwyn Van Der Merwe eds., Kluwer Academic, 2002, pp. 109-307; Sur le tissage des connaissances, Hermès Science Publishing – Lavoisier, 2006, 316 pages[1] qui est devenue une véritable épistémologie formalisée.). Ce travail constitue selon le rédacteur des "Automates Intelligents" Jean-Paul Baquiast « une révolution dans la façon de se représenter les processus d'acquisition de la connaissance et par conséquent, la "réalité" ou le "monde" objet de cette connaissance ».

Selon les termes de Mioara Mugur-Schächter[1], cette méthode est une discipline nouvelle : une représentation des processus de conceptualisation enracinée directement dans la factualité physique a-conceptuelle – bien en dessous des langages – et dont le caractère est résolument méthodologique et formalisant. Toute l’essence qualitative de la stratégie de description de microétats, de laquelle la microphysique actuelle tire ses forces remarquables, s’y trouve incorporée. Les processus de conceptualisation y sont représentés par des algorithmes qualitatifs de construction qui excluent a priori tout flou ou problème illusoire.

La méthode de conceptualisation relativisée (telle qu'elle est exposée notamment dans [1]) conduit à une unification de la logique-MCR (génétique) avec la théorie des probabilités-MCR (génétiques) (chapitre 5).

Elle conduit également à un algorithme de construction de la loi factuelle de probabilité à poser sur l'univers d'événements élémentaires d'un espace de probabilités (Math. Struct. in Comp. Science (2013), vol. 00, pp. 1–91. Cambridge University Press 2013). Elle élucide la place du sens dans la théorie de l'information ([1] chapitre 6). Enfin, elle permet la définition de mesures de complexité qui n'amputent pas le contenu sémantique ([1] chapitre 8).

  • L'infra-mécanique quantique (arXiv:0903.4976 [quant-ph] (le sens de l'expression invalidation 'conceptuelle' du théorème de Bell y est indiqué dans le résumé qui précède le travail. C'était une dernière exposition appelant à discussion parmi des physiciens, avant une publication beaucoup plus brève dans un journal spécialisé).
  • Principes d'une 2e Mécanique Quantique : construction des fondements d'une formulation Hilbert-Dirac intelligible vient de paraître sur arXiv:1310.1728 [quant-ph]. Par confrontation avec une refonte perfectionnée de l'infra-mécanique quantique, dans la deuxième partie du travail est d'abord développée progressivement une critique de la formulation Hilbert-Dirac actuelle de la mécanique quantique. Il en résulte, entre autres, que: Le formalisme actuel ne représente pas explicitement le niveau individuel de conceptualisation des microétats (sauf sans reconnaître qu'il s'agit d'un descripteur individuel, et en contexte erroné); le formalisme actuel est tout simplement dépourvu d'une théorie des mesure globalement valide. Au cours du développement critique mentionné, se constitue corrélativement le squelette d'une re-formulation Hilbert-Dirac entièrement intelligible. Cette re-formulation elle-même – celle de la "2e MQ" – est accomplie dans le chapitre subséquent. Le travail est clos par un bref examen de traits universels de la "2e MQ", qui sont clairement distingués des traits de cette théorie qui ne s'appliquent que – spécifiquement – aux microétats. Cet examen pourrait s'avérer utile pour les nouveaux courants de pensée qui se développent actuellement sous les dénominations de "quantum interactions" et "quantum social sciences".

Bibliographie[modifier | modifier le code]

La liste des principaux travaux de physique qui ont conduit à la recherche d'une épistémologie formalisée, et des travaux qui exposent les phases successives de cette épistémologie, est disponible sur le site de Mioara Mugur-Schächter : http://www.mugur-schachter.net/ et un certain nombre d'articles sont accessibles en ligne [1].

Liste de ses ouvrages[modifier | modifier le code]

Liste de ses articles[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f dans Le tissage des connaissances