Minto (Nouveau-Brunswick)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minto.
Minto
L'école secondaire Minto Memorial
L'école secondaire Minto Memorial
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Queens, Sunbury
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Eric G. Barnett
2012-2016
Constitution 1904
Démographie
Population 2 505 hab. (2011 en diminution)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 04′ 40″ N 66° 04′ 43″ O / 46.077756, -66.078644 ()46° 04′ 40″ Nord 66° 04′ 43″ Ouest / 46.077756, -66.078644 ()  
Superficie 3 153 ha = 31,53 km2
Divers
Langue(s) Anglais (officielle), français (minorité)
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1304022
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Minto

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Minto

Minto est un village situé au centre du Nouveau-Brunswick dans le comté de Queens. Il est le site de la première mine de charbon du Canada, exploitée entre 1639 et 2010.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.
Le comte de Minto.

Minto est nommé ainsi, en 1904[1], en l'honneur de Gilbert Elliot-Murray-Kynynmound, 4e comte de Minto (1845-1914), gouverneur général du Canada de 1898 à 1904[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Minto est situé à 53 kilomètres de route au nord-est de Fredericton. Son territoire est situé à la fois dans le comté de Sunbury et le comté de Queens mais n'est inclus que dans ce dernier lors du recensement[3]. Le village est bâti au bord de la rivière Newcastle, à environ quatre kilomètres à l'ouest du Grand Lac. Le village a une superficie de 31,53 kilomètres carrés[4].

Minto est de la paroisse de Canning à l'est et de la paroisse de Northfield à l'ouest. La paroisse de Chipman n'est distante que d'environ 300 m au nord-est tandis que la paroisse de Sheffield s'étend plus au sud-ouest. Les municipalités les plus proches sont le village de Chipman, à 25 km de route au nord-est, la ville de Oromocto, à 49 km au sud-ouest, ainsi que la ville de Cambridge-Narrows, à 63 km au sud.

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 1231 logements privés en 2006, dont 1150 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 87,0 % sont individuels, 2,6 % sont jumelés, 1,7 % sont en rangée, 0,0 % sont des appartements ou duplex et 4,3 % sont des immeubles de moins de cinq étages. Enfin, 3,9 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons-mobiles. 78,3 % des logements sont possédés alors que 21,7 % sont loués. 80,0 % ont été construits avant 1986 et 13,9 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,5 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 75 713 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La mine de charbon de Minto, la plus ancienne au Canada, est exploitée à partir de 1639 et sa production est expédiée à Boston[1]. Le minerai est exploitée de façon permanente à partir de 1825. Situé à seulement 8 mètres de la surface, le charbon est extrait manuellement jusqu'en 1905. Une mine souterraine est toutefois exploitée entre 1930 et 1971 mais laisse place à une mine à ciel ouvert, plus rentable[1]. En 1937, des conflits de travail mènent à une grève, à laquelle met fin une nouvelle réglementation provinciale l'année suivante[1].

Un camp d'internement est construit au sud du village durant la Deuxième Guerre mondiale. Des réfugiés juifs y sont d'abord emprisonnés, entre 1940 et 1941, suivis par des prisonniers de guerre allemands et italiens jusqu'en 1945[1].

L'école secondaire Minto Memorial ouvre ses portes en 1949[6].

Minto est constitué en municipalité le 9 novembre 1966[7]. Le charbon sert uniquement à alimenter la centrale thermique du Grand Lac à partir des années 1960 et l'exploitation cesse totalement en 2010. L'école élémentaire-intermédiaire Minto est inaugurée en 1980[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

Il y avait 2 776 habitants en 2001, comparativement à 3 056 en 1996, soit une baisse de 9,2 %. Le village à une superficie de 31,53 km² et une densité de 88,0 habitants au km².

La population de Minto est d'origine diverse[1]. Il y notamment une communauté acadienne.

Évolution démographique de Minto depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
3 399 3 197 3 096 3 056 2 776 2 681 2 505
(Sources : [9],[10],[4])


Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Entreprise Central NB, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[11].

Les usines de Minto fabriquent des produits en bois comme des bâtons de hockey et de baseball, des armoires de cuisine et des produits en fibre de verre. Une usine de recyclage fabrique quant à elle des produits industriels à partir de pneus d'automobiles[1].

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de quatre conseillers généraux[7]. Le conseil précédent est formé à la suite de l'élection du 12 mai 2008[12]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[7]. Derrick W. Quigley est finalement élu à l'élection partielle du 12 mai 2014[13].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Eric G. Barnett
Conseillers généraux Kris Austin, Dwain Leslie Barton, Wendy Leigh Robichaud et Derrick W. Quigley.

Anciens conseils municipaux

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Eric G. Barnett
Conseillers Dwain L. Barton, Michael M. Richardson, Wendy Leigh Robichaud, Jane E. Wasson.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Eric G. Barnett    
2001 2008 Gary DiPaolo    
19?? 2001 Donald A. Gould    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Minto fait partie de la Région 11[14], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[15]. Minto est représenté au conseil par son maire[16]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[17].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Minto est membre de l'Union des municipalités du Nouveau-Brunswick[18].

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Minto fait partie de la circonscription provinciale de Grand Lake-Gagetown, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Ross Wetmore, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Minto fait partie de la circonscription fédérale de Fredericton. Cette circonscription est représentée à la Chambre des communes du Canada par Keith Ashfield, du Parti conservateur.

Vivre à Minto[modifier | modifier le code]

Minto possède deux écoles publiques anglophones faisant partie du district scolaire #17. Les élèves fréquentent tout d'abord l'école élémentaire intermédiaire Minto de la maternelle à la 8e année avant d'aller à l'école secondaire Minto Memorial jusqu'en 12e année. Les élèves francophones fréquentent l'École des Bâtisseurs et l'École Sainte-Anne de Fredericton.

Le DSL est inclus dans le territoire du sous-district 10 du district scolaire Francophone Sud[19]. Les écoles francophones les plus proches sont à Fredericton et Oromocto alors que les établissements d'enseignement supérieurs les plus proches sont dans le Grand Moncton.

Minto possède une bibliothèque publique, située à l'hôtel de ville. Minto possède aussi un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick et une caserne de pompiers. Il y a aussi un foyer de soins agréés, la W.G. Bishop Nursing Home. Il y a également deux bureaux de poste et un comptoir postal.

Le village possède un poste de la Gendarmerie royale du Canada. Il dépend du district 2, dont le bureau principal est situé à Oromocto.

L'église St. Michael's and All Angels est une église anglicane. L'église Holy Rosary est une église catholique romaine faisant partie du diocèse de Saint-Jean.

Les anglophones bénéficient du quotidien Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean. Les francophones bénéficient quant à eux du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet et de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Minto est officiellement anglophone[20] puisque moins de 20 % de la population parle le français.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroisse de Northfield Paroisse de Northfield Paroisse de Chipman
(Paroisse de Canning)
Rose des vents
Paroisse de Northfield N Paroisse de Canning
O    Minto    E
S
(Paroisse de Northfield)
Paroisse de Sheffield
Paroisse de Canning Paroisse de Canning

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Burton Glendenning, « Minto », sur L'encyclopédie canadienne.
  2. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Énergie, Mines et Ressources Canada, Ottawa, 1975, p. 184.
  3. « Division de recensement (DR) : définition détaillée », sur Statistique Canada,‎ 8 février 2012 (consulté en 1er mars 2012)
  4. a et b « Profils des communautés de 2006 - Minto - Population », sur Statistique Canada (consulté le 11 novembre 2011).
  5. « Profils des communautés de 2006 - Minto - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 20 octobre 2009).
  6. (en) John Leroux, Building New Brunswick : An Architectural History, Fredericton, Goose Lane Editions,‎ 2008 (ISBN 978-0-86492-504-6), p. 177.
  7. a, b et c « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté en 24 décembre 2013)
  8. [PDF] « Anglophone West », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 3 novembre 2012).
  9. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 11 novembre 2011).
  10. « Profils des communautés de 1996 - Minto - Population », sur Statistique Canada (consulté le 11 novembre 2011).
  11. (en)« About Enterprise Central », sur Entreprise Central NB (consulté le 8 novembre 2012).
  12. « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  13. « Les résultats non officiels des élections (2014-05-12) », sur Élections N.-B. (consulté le 28 mai 2014)
  14. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  15. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  16. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  17. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  18. « Liste des zones », sur Union des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 16 novembre 2011).
  19. [PDF] « Francophone Sud », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  20. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975