Minot (Maine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minot.
Minot
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau du Maine Maine
Comté Androscoggin
Démographie
Population 2 248 hab. (2000)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 08″ N 70° 19′ 12″ O / 44.085556, -70.3244° 05′ 08″ Nord 70° 19′ 12″ Ouest / 44.085556, -70.32  
Superficie 7 740 ha = 77,4 km2
· dont terre 77,1 km2 (99,61 %)
· dont eau 0,3 km2 (0,39 %)
Fuseau horaire EST (UTC-5)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine

Voir sur la carte administrative du Maine
City locator 14.svg
Minot

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Minot

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Minot
Liens
Site web http://www.ci.minot.me.us

Minot est une ville américaine située dans le comté d'Androscoggin, dans l’État du Maine. En 2005, sa population s’élevait à 2 248 habitants. Densité : 939,3 hab./km2 (2 433,9 hab./mi2). Superficie totale : 35,2 km2 (8 mi2).

Histoire[modifier | modifier le code]

Minot faisait partie de la plantation de Bakerstown Plantation, octroyé en 1765 par le government du Massachusetts au capitaine Thomas Baker et sa compagnie de soldats pour leur services à l'État durant la Bataille de Québec. En 1795, la plantation de Bakerstown fut incorporé à Poland, du noms du chef Poland, des amérindiens sachem. Le 18 février 1802, la partie nordest de Poland est devenue Minot, nommée après le juge George Richards Minot (1758–1802)[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village avait une superficie de 29,9 milles carré ( ?), donc, 29,8 milles carré ( ?) en terre et 0,9 milles carré ( ?) (1 %) en eau.

Source[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Austin J. Coolidge, John B. Mansfield, A History and Description of New England, Boston, Massachusetts,‎ 1859, 210–211 p. (lire en ligne)