Miniac-Morvan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morvan.
Miniac-Morvan
Mairie de Miniac-Morvan.
Mairie de Miniac-Morvan.
Blason de Miniac-Morvan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine
Intercommunalité Saint-Malo agglomération
Maire
Mandat
M. Dominique Louvel
2014-2020
Code postal 35540
Code commune 35179
Démographie
Population
municipale
3 732 hab. (2011)
Densité 120 hab./km2
Population
aire urbaine
81 962 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 56″ N 1° 53′ 56″ O / 48.5155555556, -1.89888888889 ()48° 30′ 56″ Nord 1° 53′ 56″ Ouest / 48.5155555556, -1.89888888889 ()  
Altitude 24 m (min. : 2 m) (max. : 68 m)
Superficie 31,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Miniac-Morvan

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Miniac-Morvan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Miniac-Morvan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Miniac-Morvan
Liens
Site web www.miniac-morvan.fr

Miniac-Morvan est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Miniac-Morvan est située à 20 km de Saint-Malo sur la quatre voies Rennes-Saint-Malo.

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • la Mare ou la Mare-Ferron - Clos du Four - Saint-Grégoire - L'Angle - Hâvre - la Motte ou les Vieux Cimetières - Bas-Miniac - Bourg-Neuf - Guillon - Beillac - la Maladrerie - Les Corbinières - la ville Mauny - la Costardais - la Saboterie...

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Miniac-Morvan faisait partie du doyenné de Dol relevant de l'évêché de Dol et est placée sous le vocable de saint Pierre.

La paroisse existait déjà au XIIe siècle. Cependant, il existe des vestiges gallo-romains dans la commune.

D'après une légende, l'ermite saint Colomban aurait construit au VIIe siècle un oratoire dans une forêt. Cet oratoire est remplacé par la suite par un prieuré qui disparaît vers la fin du XVIIe siècle. Ce prieuré, qui dépend avant 1245 de l'Abbaye Saint-Florent de Saumur en Anjou, est rétrocédé à l’Abbaye Notre-Dame du Tronchet (Ille-et-Vilaine)[1], dont l'abbé possédait le trait qu'il assigne en 1337 à ses religieux pour subvenir à leurs dépenses[2]

Vers 1200, Alain de la Chapelle, avec Raoul et Godefroy de Miniac sont témoins de la cession du Domaine Saffredi à l'Abbaye Notre-Dame du Tronchet, par Godefroy, fils de Main, avec le consentement de ses héritiers, dont Thomas Taon, chevalier[3]

En 1295, les religieux du Tronchet concluent un accord au sujet d'une pièce de terre sise à Miniac, avec Amicie, veuve de Jourdain de Gouillon (Goyllon). Cet arrangement est scellé du sceau de Châteauneuf-la-Noë et de l'écusson des de Rochefort, vairé, avec lambel à trois pendants[4]. Les dîmes de la paroisse et le bailliage du Gavre, étaient au bénéfice de cette abbaye[5]. L'activité économique traditionnelle de Miniac-Morvan était à la fois liée à l’agriculture et à la pêche :

  • jusqu'au XIXe siècle, le chanvre était particulièrement cultivé dans la commune, avec également un grand nombre de tisserands. Cette activité disparut vers 1880.
  • jusqu'au début du XXe siècle, de nombreux hommes de la commune participent aux campagnes de pêche à Terre-Neuve. Ainsi à chaque mois de décembre, les patrons de navires venaient pour recruter leurs équipages lors de la « louée de la mer »[1].

L’organisation des fêtes révolutionnaires témoigne de l’accueil favorable de la population de Miniac-Morvan aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le blason est celui de la famille Le Clavier, seigneur du Château de Miniac pendant plusieurs siècles.

Blason Blasonnement :
De gueules aux deux clefs d'or posées en sautoir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours M. Dominique Louvel[9]   Retraité
juin 1995 mars 2014 Roger Chapon    
mars 1983 juin 1995 Pierre Porcon   retraité Marine Nationale
mai 1971 mars 1983 Jean Fantou   exploitant en bois
mai 1961 avril 1971 Yves Destais   docteur en médecine
mai 1953 avril 1961 Emile Goger   retraité Marine Marchande
septembre 1947 avril 1953 Henri Mordrelle   cultivateur
août 1929 septembre 1947 François Agenais    
décembre 1919 août 1929 Charles Cron    
1904 novembre 1919 Pierre Mouchet de Battefort   châtelain de Gouillon (fils du précédent)
mai 1871 août 1904 Léonel Mouchet de Battefort, comte de Laubespin   châtelain de Gouillon (fils d'Achille)
mai 1865 mai 1871 François Cron    
octobre 1860 mai 1865 Guillaume François Noury    
juillet 1855 septembre 1860 Pierre Simonet    
juin 1853 juillet 1855 Henri Marie François Colas   notaire
1848 juin 1853 Achile, comte de Laubespin    
septembre 1830 septembre 1848 Pierre Louis Malo Brossard    
novembre 1829 septembre 1830 Achile, comte de Laubespin   châtelain de Gouillon
janvier 1825 octobre 1829 Pierre Daubancourt    
octobre 1815 décembre 1824 Marie-Joseph de France   châtelain de Miniac
1800 octobre 1815 Pierre Roger    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 732 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 364 2 592 2 720 3 007 3 041 3 065 3 107 3 192 3 270
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 285 3 332 3 264 3 124 3 226 3 240 3 181 3 099 3 098
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 978 2 892 2 846 2 562 2 438 2 498 2 505 2 412 2 235
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 290 2 244 2 161 2 595 2 815 2 784 3 212 3 280 3 705
2011 - - - - - - - -
3 732 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine classé[modifier | modifier le code]

La commune compte un monument historique :

  • L’allée couverte de Four-es-Feins, mégalithe datant du Néolithique. Elle a été classée par arrêté du 23 septembre 1965[12].située au Clos du Four

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre et le Monument aux morts.
  • l'Église Saint-Pierre (église paroissiale)
  • Chapelle Notre-Dame de Toute-Puissance du Château de Miniac (1654-1656), démolie pendant La Ligue, reconstruite
  • Ancienne Chapelle de Bourgneuf, dont la donation est approuvée par Jean, évêque de Dol (1190-1199) à l'Abbaye de Marmoutier
  • Ancienne Chapelle de Langle, près de la Mare
  • Ancienne Chapelle du Frêche (XVIe siècle - XVIIe siècle située près du village du Hâvre, aujourd'huie disparue
  • Ancienne Chapelle Notre-Dame de Grâce, construite au Vieux-Bourg avec les pierres de l'ancienne église
  • Ancienne Chapelle de l'Immaculée-Conception, chapelle moderne des Filles de la Sagesse, bénite en 1842.
  • Ancienne Chapelle de la Bouglaye, route de Châteaunef d'Ille-et-Vilaine, aujourd'hui disparue
  • Ancienne église du Vieux-bourg (XIVe siècle - XVe siècle: Porte (vestiges)
  • Prieuré Saint-Colomban de la Mare devenu Manoir de la Mare-Ferron. Le premier Prieuré fut la propriété de l'Abbaye Saint-Florent de Saumur déjà en 1186, abandonné, il est en 1245, rétrocédé par Etienne, évêque de Dol à l'Abbaye Notre-Dame du Tronchet, et reconstruit au XVe siècle et au XVIIe siècle. Il conserve une chapelle avait un clocher-arcade à une baie, la porte en arc brisé, moulurée, datée de 1649. Devenu la propriété de Michel Ferron en 1480, il est transformé en manoir et prend le nom de la Mare-Ferron
  • Prieuré Saint-Grégoire de Miniac, dépendait de l'Abbaye de Saint-Sulpice-des-Bois, près de Rennes, (moniales). En 1161, le Pape Alexandre III confirme les religieuses danbs cette possession. Aujourd'hui une croix marque l'emplacement de l'église priorale.
  • Croix à L'Angle (1804)
  • Calvaire du Château (XVe siècle)
  • La Maison de Charité, elle était au lieu dit la Motte ou les Vieux Cimetières, fondée en 1757, desservie par les Sœurs de la Sagesse.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le Château de Bas-Miniac, (XV- XVII- XVIIIe siècles) : ultime berceau de la famille de Miniac, le château est édifié sur les restes d'une motte féodale, probablement construite autour de l'an mille alors qu'apparaît la forme la plus ancienne du nom Miniac, "Méniac".
  • Le Château du Haut-Gouillon, sur la route de Châteauneuf d'Ille-et-Vilaine, (XVe siècle)incendié et reconstruit. Propriété successive des familles du Breil, de Québriac (1513), Gaultier (1658), Uguet, Laubespin.
  • Manoir de Launay-Quinouart, situé route de Chateauneuf d'Ille-et-Vilaine. Appartenant en 1480 à Thomas Quinouart
  • Ancien Manoir du Bas-Gouillon ou du Bois-Gouillon, route de Châteauneuf d'Ille-et-Vilaine, propriété de Olivier de Hirel en 1480.
  • Ancien Manoir de Bishamon, sur la route de Châteaunjeuf d'Ille-et-Vilaine, propriété de la Maison de Bohier, puis de Québriac, seigneurs de la Hirelays en 1513
  • Ancien Manoir de la Jambonnière, propriété de la Maison Ferron en 1513
  • Ancien Manoir de la Barre-Guéhéneuc, possédait jadis une chapelle, propriété des Guéhéneuc en 1513
  • Ancien Manoir de la Ville-Blanche, propriété de la Maison de la Monneraye en 1513
  • Malouinère de Launay-Guibert (1731) avec un colombier.
  • Léproserie à le Village de la Maladrerie.
  • Moulin du Bas-Miniac; moulin à eau.
  • Moulin de Beillac, moulin à vent.
  • Moulin de Guillon, moulin à vent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Famille Miniac et de Miniac[modifier | modifier le code]

Les familles Miniac et de Miniac actuelles sont toutes originaires de cette paroisse. Selon le chercheur en Histoire, Luc Boisnard, les deux familles sont d'une seule et même souche : "Les Miniac sont une branche dérogée ou bâtarde des Le Clavier de Miniac."

Parmi les personnalités liées à cette famille[13] originaire de Miniac-Morvan, on peut noter :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Source : Inventaire préliminaire du patrimoine
  2. Voir, Abbaye Notre-Dame du Tronchet
  3. Michel Pelé, Les établissements religieux dolois, les bénédictins du Tronchet, Combourg, Rennes, 1975-2009, p.5.
  4. Michel Pelé, ops, cit. p.7.
  5. Déclarations de 1685 & 1790
  6. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  7. Dubreuil, Fêtes..., p. 401
  8. d'après Joël Sorette "Miniac-Morvan"
  9. « Dominique Louvel est le nouveau maire », Ouest-France, 1er avril 2014.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  12. « Notice no PA00090630 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Voir la [ http://geneaminiac.blogspot.fr/ généalogie des familles Miniac et de Miniac]
  14. Le mariage de Jacques François Goyon de Matignon (1689-1751) avec Louise Grimaldi (1697-1731) le 20 octobre 1715 fait le lien (lointain) entre les Grimaldi et les de Miniac. Le prince régnant de Monaco porte depuis, entre autres, le titre de sire de Matignon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]