Minijupe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mini-jupe)
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec juppette.
Femme portant une minijupe noire

La minijupe (ou mini-jupe ou jupette) est une jupe très courte, droite ou plissée, « dont la longueur ne doit pas excéder 10 cm sous les fesses pour mériter cette appellation »[1]. On distingue également la microjupe, qui est encore plus courte et dont l'ourlet se situe juste en dessous des fesses.

Le port de la minijupe, inspirée par la styliste anglaise Mary Quant en 1962, et associé au port des bottes hautes, en vinyle initialement puis en cuir, a été très vite popularisé dans le monde occidental. Devenue un des symboles de la libération de la femme, la minijupe fut l'une des manifestations de l'évolution des mœurs vestimentaires féminines.

Le succès considérable de la minijupe conduisit au développement des collants, et à la quasi-disparition du port des bas. Au fil du temps, la minijupe s'est modernisée et diversifiée au gré des collections proposées par les créateurs de mode.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des origines aux années 1960[modifier | modifier le code]

Soldats romains portant la jupette de l'uniforme

De la tunique grecque à la jupette guerrière du soldat romain, cette jupe très courte est exclusivement portée par les esclaves ou guerriers masculins pendant l'antiquité. Elle sera au fur et à mesure abandonnée au profit des tuniques plus longues, des pantalons ou des culottes. Au Moyen Âge, vont apparaître les premiers pantalons utilisés exclusivement par les hommes qui les portaient sous leurs lourdes armures rigides. De cette époque arrivera, encore que bien plus tard en fait, la démarcation pantalons pour les hommes et jupes pour les femmes, mais le port de la jupe au masculin perdurera au moins jusqu’au XVIIIe siècle et l’avènement de l’époque industrielle[2].

Lors de son spectacle au théâtre des Folies Bergère à Paris en 1926, Joséphine Baker porte une sorte de minijupe composée uniquement de bananes. Il s'agit ici d'un costume de scène uniquement et non d'un véritable vêtement.

Les Années folles voient la disparition du corset, à la grande joie des sportives. La jupe courte peut faire son retour, au féminin, à travers le sport : la Française Suzanne Lenglen abandonne le costume usuel de tennis qu'elle porte encore à l'occasion des Jeux olympiques d'été de 1920 pour une robe signée Jean Patou à partir de 1921[3]. Cette robe présente deux caractéristiques qui font débat : les bras sont totalement dénudés et la jupe plissée s'arrête au-dessus du genou. C'est ensuite le patinage artistique, aux Jeux olympiques d'hiver de 1928 à Saint-Moritz où la norvégienne Sonja Henie, la jeune diva du patinage artistique, se présenta pour la première fois en jupe courte, et grâce à ses mouvements audacieux et libérés du port de la jupe longue fit sensation[4].

Les années 1960[modifier | modifier le code]

L'apparition de la minijupe de Mary Quant[modifier | modifier le code]

La première minijupe est apparue en 1962 dans une boutique appelée Bazaar sur King's Road dans le quartier de Chelsea à Londres[5]. Sa créatrice, Mary Quant[6], était alors une jeune styliste de mode, autodidacte, dont le design était de style Pop et qui répondait bien à l’éclectisme des baby boomers du Royaume-Uni en matière de look (culture des Mods)[7]. Mary Quant avoue que la première jupe rase-pets qu'elle a confectionnée (plus connue sous le nom de minijupe) lui était destinée[8]. Puis elle a commencé à habiller ses amies qui trouvaient amusant et provocant de montrer leurs jambes. La rumeur veut que la jeune styliste Mary Quant se soit procurée sa première minijupe à la boutique des Arts de Saint-Tropez avant d'en lancer la vogue en Grande-Bretagne[9].

En 1965, Mary Quant met la minijupe dans sa collection, le succès est immédiat, d'abord comme symbole du Swinging London, très vite ensuite en Europe puis dans le monde occidental[10], grâce à Jean Shrimpton[11]. Certains pays comme les Pays-Bas feront interdire la minijupe, la trouvant, à cette période, beaucoup trop provocante[2],[12].

Le styliste Jacques Delahaye avait essayé de lancer la minijupe dès 1963 en France, mais il était encore trop tôt et ce lancement ne connut aucun succès[13].

En janvier 1965, quatre ans après la fondation de sa maison de couture, le couturier français André Courrèges est le premier à se saisir du phénomène en faisant de la minijupe la pièce phare de sa collection printemps-été 1965, dans une version plus futuriste que sa cousine d’outre-Manche[14]. Il présente plusieurs modèles haute couture de mini tenues[15]. Ses minijupes, contrairement à celles de Quant, cessent d'être droites et prennent des ailes sur les côtés pour porter le nom de jupes trapèze[7].

Le succès de la minijupe[modifier | modifier le code]

Une minijupe

Contrairement à André Courrèges, Mary Quant propose une ligne de vêtements plus populaire. À la fois bon marché, futuristes et pratiques, ses collections Chelsea look connaîtront très vite un grand succès ; la minijupe est l'élément phare de ces collections. Très vite, Mary Quant lui associe des bottes à laçage croisé pour la femme sexuellement libérée[16]. On assiste parallèlement à la naissance des modèles de confection en série (le prêt-à-porter), qui sont destinés à habiller les femmes avec élégance et à prix modérés. Les adolescentes s'approprient ainsi ces minijupes aux couleurs hardies et claires, devenues un véritable symbole [17] de libération de la femme dans un contexte de prospérité économique qui favorise la transgression des normes sociales. La minijupe devient alors l'un des porte-parole de l'évolution des mœurs pour les jeunes femmes (telle la journaliste Cathy McGowan (en) qui présente l'émission Ready Steady Go! en tenue très courte) et fait scandale dans certains milieux conservateurs[18]. Déjà en 1964, Noële Noblecourt, présentatrice de l'émission de télévision Télé Dimanche avait été officiellement licenciée de l'ORTF pour avoir montré ses genoux à l'écran, mais interviewée par Vincent Perrot une trentaine d'années après, elle affirme avoir été renvoyée pour avoir refusé les avances de Raymond Marcillac, directeur de l'information de TF1[19],[20],[21]. Coco Chanel s'oppose violemment à l'arrivée de la minijupe[22],[23] tandis que « Christian Dior considère le genou comme la partie la plus laide du corps »[24]. Quant au ministre de l'Éducation nationale, Christian Fouchet, il la juge « déplacée dans les lycées »[12]. Cela n'empêche pas de nombreuses personnalités, telles Sylvie Vartan[25], Twiggy, Françoise Hardy, Catherine Deneuve ou Brigitte Bardot de s'habiller en minijupe[2], tandis que les Américaines Joan Baez ou Janis Joplin par exemple, encore plus anticonformistes osaient le pantalon jean en denim[26]. Mary Quant avoue avec élégance : « Ni moi, ni Courrèges n'avons eu l'idée de la minijupe. C'est la rue qui l'a inventée »[27]. En effet, « pour la première fois, la mode vient de la rue, de Kings Road et de Carnaby Street : minijupe, imperméable court en vinyle, pull moulant, rouge à lèvres pâle et faux cils »[28].

À partir de 1965, le raccourcissement des jupes prend véritablement la dimension d'un phénomène de mode qui ne va cesser de croître dans les années suivantes[29]. L'importance de ce phénomène entraîne la vogue du mot « mini » lui-même, mot dont le chanteur Jacques Dutronc fera un « tube » en 1966 : Mini, Mini, Mini[30]. Pas moins de 200 000 minijupes sont vendues en France en 1966[12]. À la fin des années 1960 en France, « l’émancipation lycéenne […] passe par les cheveux longs pour les garçons et la minijupe pour les filles »[31].

En 1969, le photographe de mode Berry Berenson photographie sa sœur, Marisa Berenson, mannequin et future actrice, dans une rue passante, vêtue d'une minijupe d'Yves Saint Laurent. Cette image devient le symbole graphique de l'esprit de liberté omniprésent dans la mode des années 1960[32]. Fin 1969, Roland Barthes écrit dans le magazine Marie Claire : « Ce n'est pas un raccourcissement mais une construction parfaite »[12].

Au Québec[modifier | modifier le code]

Au Québec, durant les années 1960, quelques garçons ont tenté de lancer la mode des minijupes masculines, à l’aval de la mode alors naissante des pantalons pour femmes. Les principaux représentants de ce courant éphémère appartenaient principalement à la scène musicale québécoise. On remarquera notamment les membres du groupe César et les Romains qui portaient une sorte de minijupe romaine, ou encore Georges Marchand, le batteur du groupe québécois Les Sinners qui portait parfois une minijupe pour filles[33]. Les paroles du succès radiophonique Un Garçon en Mini-jupe lancé en 1967 par l'auteure-compositrice-interprète québécoise Karo illustrent bien l'esprit de l'époque, qui rejette cette tendance nouvelle : « je l'ai vue, qu'est-ce que c'est, c'est inconnu, un garçon en minijupe, oui un gars en minijupe! C'était foudroyant, ah oui c'était criant, […] son bel habit, modernisé. C'est fou, c'est incroyable, c'est le bout, c'est pitoyable! » La mode des minijupes pour homme reste encore marginalisée à ce jour.

Le phénomène de mode : bottes et minijupe[modifier | modifier le code]

La fanfare allemande « Fanfarenzug-Strausberg »

Le 8 octobre 1968, Sheila participe à l'émission télévisée Si ça vous chante de Guy Lux ; elle y chante sa chanson La vamp en mini-jupe et cuissardes[34]. La minijupe devient très populaire, elle se porte avec des bottes, qui deviennent bientôt à la mode été comme hiver. Brigitte Bardot et Claudia Cardinale font souvent la une des journaux, vêtues d'une minijupe, de bottes et d'un col roulé, ce qui fait dire à Harriet Worsley « en 1968, la minijupe, les bottes et le col roulé sont l'uniforme décontracté pour le jour »[35].

Dès les années 1970, le port de la minijupe associé à celui des bottes cavalières est fréquent dans les tenues d'uniforme, de majorettes par exemple.

L'essor des collants[modifier | modifier le code]

La démocratisation de la jupe courte favorise en outre l’essor des collants qui viennent remplacer les bas, et se portent généralement de couleur[14]. La généralisation des collants, assure un nouveau confort[36], au grand dam des amateurs de porte-jarretelles qui disparaissent[37], le collant étant considéré « plus décent que le bas »[38]. « Qui dit minijupe, dit collant assorti pour l'accompagner »[39]. Le succès de la minijupe fait exploser le marché des collants, si confortables et pratiques que les femmes ne les ont pas abandonnés depuis[40]. L’idée du collant, qui jusqu’alors était exclusivement porté par les danseuses est reprise par les industriels et commercialisée sous le nom de Mitoufle[41].

En 1999, l'historien français Vincent Duclert écrit : « Le slip panty, par sa simplicité, illustre les dessous d'une nouvelle génération qui trouve dans la minijupe et les collants, particulièrement ceux, multicolores, de Dim, l'expression de cette liberté accomplie. Le porte-jarretelles, assimilé à des mœurs révolues, disparaît de cet univers de « non-lingerie », mais réapparaît vingt ans plus tard lorsque la lingerie féminine se voit à nouveau affecter une fonction érotique. »[42]

Depuis les années 1970[modifier | modifier le code]

Minijupe de forme classique Minijupe de forme classique
Minijupe de forme classique
Minijupe de forme évasée


Auréolée du prestige de la haute couture, la minijupe cesse de choquer[43]. Au fil du temps, la minijupe se modernise, se diversifie et « se propage à la vitesse des mass médias »[44]. Dans sa collection 1970, Louis Féraud propose une minijupe évasée, portée avec des cuissardes de skai noir[45]. Mais son succès va s'amenuiser pour laisser la place aux pantalons pattes d'éléphant (déjà présents dans les années 1960, portés par les groupes hippies), les shorts très courts (Hot Pants) également dus à Mary Quant[46], puis les blue-jeans.

Le 1er août 1970, le magazine Paris Match titre en couverture « La minijupe est morte »[47]. Bien qu'étant moins à la mode dans les années 1980, les personnalités people ont continué à faire la une des magazines, vêtues de minijupes telle Stéphanie de Monaco[48], voire en minijupe et cuissardes telle Cindy Crawford[49].

Évasée en 1972, écossaise dans les années 1980[50], elle devient plissée depuis les années 1990[51]. Elle revient en force dans les défilés de mode en février 2003[52], ce qui amènera la mode de la minijupe à volants au cours des étés 2003[51], 2004 et 2005. Elle est ainsi toujours plus sexy et aguichante. La minijupe évolue cependant en gardant toujours le même esprit de séduction et de liberté pour les femmes. C'est le cas notamment des minijupes en cuir[53], en particulier pour les personnes attirées par le fétichisme du cuir ainsi que des minijupes stretch, inventées par Azzedine Alaïa[54].

La minijupe aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Une interprète pour mal-entendants, en minijupe

La minijupe est aujourd'hui portée par des femmes de tous âges et en toutes saisons, pour des occasions courantes (école, travail, loisirs, etc.) ou plus formelles (mariage, rendez-vous d'affaires, etc.). Dans ces derniers cas, elle est parfois portée avec une veste assortie (tailleur minijupe). En hiver, elle est souvent portée avec des bottes en cuir[55], ce qui en accentue le caractère séduisant.

Le port de la minijupe s'est beaucoup développé en hiver[56],[57] avec le développement des collants épais, voire des leggings de couleur de préférence car il n' « y a pas plus fashion »[58]. En 2008, la minijupe adore le maxi : la minijupe en jean se marie à merveille avec le pull oversize col V et des bottes de biker, la minijupe peut aussi se mettre avec un pull près du corps et des bottes cavalières, ou encore, avec des collants de laine, une botte plate, une veste structurée égayée par un foulard[59].

Grâce aux collants opaques, l'ensemble minijupe-bottes est l'atout casual de l'hiver

La mode des bottes portées avec une minijupe « continue de faire des ravages » en 2008[60], et la mode présentée à Milan en septembre 2008 propose « la combinaison bottes de cuirs / minijupes qui cette année sont plus courtes, beaucoup plus courtes, que les années précédentes. En toile, en laine ou en coton, en jean aujourd'hui : « un classique »[61], elles sont omniprésentes dans une collection qui encourage le port du collant fantaisie, qu'il soit à carreaux, à pois, violet ou de couleur prune »[62]. Quant à la styliste Garence, elle continue à conseiller, en janvier 2007, la tenue col roulé moulant, minijupe, bottes noires hautes et collants opaques[63]. Cette mode est reprise internationalement dans le monde occidental, pour les jeunes japonaises par exemple, la mode reste toujours au port col roulé - minijupe - bottes[64], mais aussi en Europe, par exemple la championne olympique néerlandaise de natation Inge de Bruijn[65], ou des personnalités de la TV, telle Flavie Flament[66].

Fin 2008, la minijupe est toujours aussi courte mais le froid lui permet de s'échapper du rayon sexy pour devenir un vrai vêtement basique, qui — grâce aux collants opaques associés aux bottes — est l'atout casual de l'hiver[67].

La jupette dans le sport[modifier | modifier le code]

Article connexe : Vêtement de sport.
La championne française, Séverine Beltrame, en jupette blanche

Depuis de nombreuses années, le port de la robe ou de la jupette, de couleur blanche, était réglementaire dans les tournois de sports de raquettes (tennis, tennis de table, badminton). Le port du short, et de vêtements de couleur sont maintenant généralement autorisés. C'est le cas notamment au sein du règlement issu de la fédération française du tennis de table[68].

Lors du tournoi de Wimbledon en 2007, la Française Tatiana Golovin s'est présentée sur le court vêtue d'un shorty rouge sous une robe blanche très courte. Les organisateurs ont longtemps délibéré sur la longueur de son vêtement du fait que le règlement du tournoi impose un caractère « majoritairement blanc » de la tenue[69].

En 2008 au tournoi de Wimbledon, la Russe Maria Sharapova a innové en remplaçant la traditionnelle jupette blanche par un short blanc[70].

Le 16 septembre 2008, les joueuses du club de deuxième division hollandais du FC de Rakt ont fait sensation en se présentant dans le stade de football, non pas en short, mais en jupette blanche de tennis. La capitaine Rinske Temming déclarait « Nous trouvons les jupes beaucoup plus élégantes que le traditionnel short. Et par dessus tout, elles sont plus pratiques »[71].

La jupette dans la danse[modifier | modifier le code]

La petite danseuse de quatorze ans, sculpture d'Edgar Degas

Si la jupette est généralement considérée comme « déshabillant » la femme, elle constitue un élément vestimentaire qui « habille » la danseuse classique dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle ajoute un habillage et une marque de féminité à la stricte tenue tunique-collant utilisée en classe comme sur scène, sans rejoindre pour autant les costumes de scène traditionnels que constituaient tutu court, à la française ou long.

Un symbole[modifier | modifier le code]

Naissance d'un symbole[modifier | modifier le code]

Les années 1960 sont, en Europe, des années de contestation et de nouvelle relance économique. La culture et la mode des jeunes baby boomers se sont développées plus que jamais auparavant. C'est une période de changement des statuts sociaux et de remise en question dans de nombreux domaines.

Plusieurs mouvements de jeunes tels que les Mods (abréviation des Moderns) apparus aux débuts des années 1960 s'expriment dans les rues aussi bien avec la musique ou la peinture qu'avec leurs tenues vestimentaires. La minijupe est alors un symbole qui tourne le dos à la mode sage et guindée des années 1950. La société commence son évolution vers son désir d'égalité des sexes.

La top-model Twiggy personnifie cette époque et défile en minijupe pour Mary Quant. Son corps d'adolescente à la silhouette filiforme, la raie sur le côté à la garçonne et son jeune âge firent de Londres un haut-lieu de la mode. Sa visite au Japon en 1967 y aura pour conséquence un engouement extraordinaire pour la minijupe[72].

« Dans les années 1960, porter la minijupe était un signe radical de résistance face aux adultes » explique le sémiologue de la mode Alberto Cantoni. Toutefois, le spécialiste prévient que « si aujourd'hui on la trouve dans tous les placards des femmes et qu'elle a pris une connotation de séduction douce, elle n'est pas innocente pour autant »[73]. Près de 50 ans après les débats lancés par Mary Quant, la minijupe est toutefois devenue un « basique de la mode », porté à la fois par des jeunes mais aussi par des femmes telles que l'actrice Sophia Bush[74], l'actrice et chanteuse américaine Lindsay Lohan « grande adepte de la minijupe »[75] ou encore Sarah Palin, la candidate pour la Vice-présidence américaine, qui portait une minijupe d'à peine 30 cm de hauteur, lors de son discours du 11 septembre 2008[76].

Au XXIe siècle, le port de la minijupe continue à être revendiqué par les féministes malgré les difficultés : « se promener en minijupe expose à toutes sortes de désagréments, sifflets, commentaires lourdingues, insultes, voire attouchements… Toutes sortes de violences, symboliques, verbales ou physiques contre lesquelles Ni putes ni soumises se bat, aidée en cela par Canal+, qui a ouvert, le premier février 2005, ses programmes à l'association »[77].

Un symbole menacé[modifier | modifier le code]

Au fil des années, le port de la minijupe s'est développé à travers le monde. La minijupe reste cependant un vêtement sexy qui attire généralement les regards, que ceux-ci soient admiratifs ou désapprobateurs : Jean Piat écrivait « Il n’y a rien de tel qu’une minijupe pour me faire perdre la mémoire d’un visage »[78]. Outre le symbole véhiculé, la minijupe présente des avantages et des inconvénients pour la femme qui la porte. Le principal avantage réside dans le fait que la minijupe, puisque s'arrêtant à mi-cuisses, offre une liberté de mouvement supérieure à une jupe plus longue enserrant davantage les jambes. Le principal inconvénient réside également dans sa longueur : d'une part, une femme en minijupe droite doit savoir croiser les jambes en s'asseyant comme le conseillait Jacques Helleu, le directeur artistique des parfums et de l’horlogerie Chanel : « Inutile de porter une minijupe quand on ne sait pas croiser les jambes »[79], au risque de se retrouver dans une posture impudique comme cela est arrivé lors d'une émission de télévision à Cameron Diaz où sa jupe est remontée jusqu'en haut des cuisses[80] ; à l'inverse, la présentatrice d'une émission portant une minijupe, pourra prendre une posture pour séduire le téléspectateur, en croisant et recroisant ses jambes[81]. Pierre Bourdieu explique que « les femmes savent sans le savoir que, en adoptant telle ou telle tenue, tel ou tel vêtement, elles s'exposent à être perçues de telle ou telle façon »[82].

Minijupe portée avec des leggings

Compte tenu de ces jugements, parfois désapprobateurs dans certains pays aux cultures différentes, les femmes doivent faire valoir leurs droits pour porter une minijupe ; la solution de compromis étant le plus souvent de la porter sur un leggings.

Mais la situation pour les femmes reste parfois difficile et d'actualité. En 2001, le règlement intérieur de l'entreprise Airbus interdisait le port de la minijupe[83]. Durant l'été 2006, une jeune Pakistanaise de 21 ans qui habitait en Italie a été égorgée par son père qui voulait la punir de s'habiller en minijupe[84]. Le 17 janvier 2007, le premier président de la Cour de cassation en France lance une réflexion pour savoir s'il faut proscrire le port de la minijupe par les magistrates[85]. Le 8 mai 2007, le député polonais Artur Zawisza dépose une proposition de loi « visant à réprimer les tentations sexuelles, incluant en cela le port de la minijupe, les décolletés généreux, les chemisiers transparents ou les maquillages insistants »[86],[87]. Le 4 mars 2008, plusieurs centaines de personnes défilent en Afrique du Sud, dans le centre de Johannesburg, pour défendre le droit des femmes à porter des minijupes sans être victime de commentaires désobligeants ou de gestes déplacés[88]. Le 17 septembre 2008, Nasba Buturo, ministre ougandais de l’éthique et de l’intégrité, déclare que les minijupes devaient être interdites, arguant que ce vêtement distrairait les conducteurs et serait la cause de nombreux accidents[89].

En 2012, l'intégrisme musulman s'empare du sujet : « le 29 mars 2012, Suryadharma Ali, ministre des affaires religieuses de l'Indonésie, plus grand pays musulman du monde, compare le port de la minijupe à de la pornographie. Début mars, le parlement avait déjà annoncé un projet visant à interdire aux députées de porter des vêtements considérés comme provocants tels que des minijupes »[90].

La microjupe[modifier | modifier le code]

Une femme portant une microjupe

La microjupe est une minijupe très courte n'excédant pas 20 cm de long, et ne couvrant que les parties intimes de la femme. La microjupe est souvent portée par les chanteuses lors de leurs spectacles, telle Fergie[91], Micky Green[92]. Lorsqu'elle présenta sa collection printemps - été 2008, la styliste Isabel Marant fit sensation en proposant la « microjupe taille haute »[93]. Pour accroître cette sensation, la microjupe est en général portée avec un string, un collant seul sans démarcation ou sans aucune lingerie de manière à pouvoir laisser deviner le bas des fesses.

Une microjupe en jean

La microjupe devient fréquente dans les défilés dans les années 2000, notamment après la déclaration de Tom Ford, le styliste américain de Gucci, relative à son engouement pour la microjupe dans la collection printemps/été 2003[94], ainsi que dans nombre d'autres collections comme le tailleur microjupe - veste de la collection Versace[95]. La microjupe est souvent portée seule, mais peut être portée le reste de l'année par-dessus un pantalon ou bien avec des leggings, comme le montre la mode de la fin des années 2000[96], telle l'actrice américaine Gwyneth Paltrow[97]. La microjupe peut être ainsi portée par toutes les femmes sans faire preuve d'exhibitionnisme.

Elles sont très populaires au Japon où elles peuvent faire partie de l'uniforme des écolières[98], portées par les Kogaru[99],[100] et chez les jeunes filles qui pratiquent le panchira[101]. Elles sont arrivées en Europe au début des années 2000.

Minijupes et humour[modifier | modifier le code]

  • Le mot minijupe est parfois utilisé comme qualificatif d'un discours, d'un exposé ou d'une présentation. On parle ainsi d'un « exposé minijupe ». Ceci en référence à l'analogie formulée par le préfet Jacques Gandouin : « Un discours doit être comme une minijupe, suffisamment long pour couvrir le sujet, mais suffisamment court pour retenir l'attention »[12]. Cette analogie a depuis été reprise par le gouvernement français, qui sur son site officiel énonce le « principe de la minijupe » destiné aux entreprises : « Il faut en montrer assez pour attirer l'attention du chaland mais pas trop pour cacher ce qui doit l'être »[102].
  • Wilfrid Baumgartner, ministre de l'économie et des finances, faisait un parallèle entre les statistiques et la minijupe : « les unes et l'autre cachent l'essentiel mais elles peuvent tout de même donner des idées ! »[103].
  • Citation de Coluche : « de nos jours, étant donné que les minijupes se font de plus en plus courtes et les décolletés de plus en plus plongeants, il n'y a plus qu'à attendre que les deux se rejoignent »[104].

Quelques minijupes et microjupes qui ont fait sensation au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sophie George, Le Vêtement de A à Z, page 100
  2. a, b et c « Habillements et femmes (l’évolution de l’habillement »,‎ 9 avril 2006 (consulté le 26 octobre 2008)
  3. Thierry Terret et Philippe Liotard, Sport et genre, vol. 2, Paris, L'Harmattan, p. 87 (ISBN 2747595641) extraits sur books.google.fr, site consulté le 5 juin 2009
  4. Saint-Moritz 1928 « Saint-Moritz 1928 - les anecdotes », sur CNOSF (consulté le 5 juin 2009)
  5. « La minijupe », sur site pédagogique du lycée Romain-Rolland de Dijon,‎ 7 juillet 1997 (consulté le 26 octobre 2008)
  6. « Mode des années 1960 – repères chronologiques », sur Encyclopédie Britannica (consulté le 26 octobre 2008)
  7. a et b Patrick Liegibel, « Révolution dans les sixties : la minijupe », émission Au fil de l'histoire sur France Inter, 29 août 2012
  8. Dans son livre Quant on Quant (Quant par Quant)
  9. « Jalons pour une histoire culturelle de la mode. Une chronologie : 1952-1973 », sur CNRS (consulté le 26 octobre 2008)
  10. Noberto Angeletti et Alberto Oliva, En VOGUE, page 179
  11. (en) Design Museum et Paula Reed, Fifty fashon looks that changed the 1960s, Londres, Conran Octopus,‎ 2012, 114 p. (ISBN 978 1 84091 604 1, présentation en ligne), « Jean Shrimpton. The London Look », p. 12 à 13
  12. a, b, c, d et e « Mini, mini, tout est mini dans notre vie... »,‎ 20 juillet 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  13. Yvonne Deslandres et Florence Müller, Histoire de la mode au XXe siècle, p. 256.
  14. a et b « Mode années 60 », sur ELLE,‎ septembre 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  15. « Mode des années 60, repères chronologiques », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 26 octobre 2008)
  16. Colin McDowell, Haute pointure, une histoire de la chaussure, page 73
  17. Victoria Déodato, « La femme dans l’univers romanesque de Michel Houellebecq », p. 14 [lire en ligne]
  18. « Journal télévisé », sur ORTF,‎ 1966 (consulté le 26 octobre 2008)
  19. Documentaire Des femmes enchaînées, des femmes déchaînées, réalisé par Pascale Clark et Jean-Pierre Devillers, diffusé sur France 3 le 24 mai 2010.
  20. « Le couple Yvonne de Gaulle et de Funès », sur L'Express,‎ 28 juillet 1994 (consulté le 12 janvier 2009)
  21. « Interview de Karl Lagerfeld », sur The Internet Movie Database (consulté le 12 janvier 2009)
  22. « Chanel : voyez comme j’avais raison de condamner la mini-jupe », sur Le Figaro,‎ 31 juillet 1967 (consulté le 26 octobre 2008)
  23. « Interview de Karl Lagerfeld », sur L'Express,‎ 26 février 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  24. « (I can't get no) satisfaction », sur Le Monde,‎ 13 juillet 2005 (consulté le 26 octobre 2008)
  25. « Biographie de Sylvie Vartan », sur aplmusique,‎ 20 juillet 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  26. « Plus près de toi, denim », sur Madame Figaro,‎ 7 mars 2006 (consulté le 26 octobre 2008)
  27. François Baudot, Mode du siècle, page 204
  28. Noberto Angeletti et Alberto Oliva, En VOGUE, page 180
  29. « Mode mini », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 26 octobre 2008)
  30. « Mini, mini, mini », sur musique.fluctuat.net (consulté le 26 octobre 2008)
  31. Anne-Marie Sohn, « Un nouveau défi : traiter à égalité féminin et masculin, ou de l’histoire des femmes à l’histoire de "tous les garçons et les filles" », Le Mouvement Social, 2002/1 - no 198, p. 134. [lire en ligne]
  32. Noberto Angeletti et Alberto Oliva, En VOGUE, page 181
  33. http://fr.canoe.ca/divertissement/musique/entrevues/2008/12/10/7702576-ca.html
  34. « Biographie de Sheila »,‎ 10 janvier 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  35. Harriet Worsley, Très tendance : la mode de 1900 à 1999, page 567
  36. François Baudot, Mode du siècle, page 189
  37. « Porte-jarretelles : quand sensualité et séduction se conjuguent au féminin »,‎ 28 novembre 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  38. Chronique de la France, page 1182, éditions Chronique, ISBN 2-03-503228-8
  39. Ouvrage collectif sous la direction de Geneviève Dreyfus-Armand, Les années 68, le temps de la contestation, p.  145, éditions Chronique, ISBN 2-80-480138-1
  40. James Laver, Histoire de la mode et du costume, page 261
  41. « Histoire de la mode et de la société de 1950 à 1969 »,‎ 9 juin 2004 (consulté le 26 octobre 2008)
  42. Vincent Duclert, « Marie Bertherat, Martin de Halleux (avec Véronique Girard), 100 ans de lingerie, Paris, Atlas, 1996, 128 p. ; Farid Chenoune, Les Dessous de la féminité. Un siècle de lingerie, Paris, Assouline, 1998, 200 p. ; Gilles Néret, 1000 Dessous. Histoire de la lingerie, Paris-Cologne, Taschen, 1998, 768 p. ; Marie Simon, Les Dessous, Paris, éditions du Chêne, 1998, 128 p. », Clio, numéro 10-1999, « Femmes travesties : un "mauvais" genre », [lire en ligne]
  43. Fashion, une histoire de la mode du XVIIIe siècle au XXe siècle, page 558
  44. « Promotion culturelle : Dimension esthétique, Pour une attitude nouvelle de René Berger (Conseil de l'Europe) », sur site pédagogique du collège de Vevey,‎ 6 novembre 1972 (consulté le 6 janvier 2009)
  45. Yvonne Deslandres et Florence Müller, Histoire de la mode au XXe siècle, page 266
  46. « Portrait de Mary Quant », sur stars-portraits.com (consulté le 26 octobre 2008)
  47. Paris Match du 1er août 1970, [lire en ligne]
  48. Paris Match du 9 août 1985, [lire en ligne]
  49. Paris Match du 30 juin 1994, [lire en ligne]
  50. « L’histoire de la mini-jupe », sur girlytendances.com,‎ 24 novembre 2008 (consulté le 31 mars 2009)
  51. a et b « Minijupe : histoire, types, comment la porter ? », sur Belle vitrine (consulté le 26 octobre 2008)
  52. « La minijupe revient pour dire non à la crise », sur La Dépêche du Midi,‎ 21 février 2003 (consulté le 26 octobre 2008)
  53. « Les métamorphoses du cuir », sur Le Monde,‎ 6 mars 2004 (consulté le 26 octobre 2008)
  54. « La minijupe revient pour dire non à la crise », sur Connaissance des arts,‎ 16 octobre 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  55. « Micro, mini, un retour en force »,‎ 6 mars 2005 (consulté le 26 octobre 2008)
  56. « Guide de la mini-jupe tendance Automne/Hiver 2008-2009 »,‎ 2 octobre 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  57. « Minijupe : le come-back », sur Le Point,‎ 19 janvier 2007 (consulté le 1er novembre 2008)
  58. « Dress-code « spécial jambes » », sur Madame Figaro,‎ 31 mars 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  59. « Minijupe, maxi-effet ! », sur TF1,‎ 1er décembre 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  60. (fr) « Mode : le fin du fin », sur guido.be,‎ 20 février 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  61. « Défilé Givenchy Haute Couture », sur L'Express,‎ 2 juillet 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  62. « MODE – L’été est fini … quelles sont les nouvelles tendances ? », sur Le petit journal,‎ 23 septembre 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  63. « Garence - styliste coach »,‎ 30 janvier 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  64. « photos de japonaises en col roulé, minijupe et bottes », sur Flickr (consulté le 26 octobre 2008)
  65. « photo de la championne olympique néerlandaise de natation [[Inge de Bruijn]], en col roulé, minijupe et bottes », sur Flickr (consulté le 8 novembre 2008)
  66. « photos de l'animatrice Flavie Flament en col roulé, minijupe et bottes », sur Animatrices TV (consulté le 8 novembre 2008)
  67. La minijupe, atout casual de l'hiver, Le Figaro, 6 novembre 2008, page 38
  68. « Règlement de la fédération française de tennis de table », sur Ligue de Provence de Tennis de Table (consulté le 3 novembre 2008)
  69. « Tennis : Wimbledon voit rouge avec les dessous de Golovin », sur magazine Sport,‎ 28 juin 2007 (consulté le 3 novembre 2008)
  70. « A Wimbledon, Maria Sharapova troque sa jupe contre un short sexy »,‎ 6 juillet 2008 (consulté le 3 novembre 2008)
  71. « Marquage à la petite culotte », sur magazine So Foot,‎ 17 septembre 2008 (consulté le 3 novembre 2008)
  72. « La mode au Japon », sur ministère des Affaires étrangères du Japon (consulté le 6 janvier 2009)
  73. « La minijupe fait un retour en force », sur quotidien Le Matin (Suisse),‎ 12 mai 2001 (consulté le 20 novembre 2008)
  74. « Sophia Bush en minijupe »,‎ 4 janvier 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  75. « Lindsay Lohan : grande adepte de la minijupe »,‎ 4 novembre 2008 (consulté le 20 novembre 2008)
  76. « Avec Sarah Palin, tout semble plus simple pour John McCain », sur Le Figaro,‎ 12 septembre 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  77. « Fatale minijupe », sur magazine Stratégies,‎ 3 février 2005 (consulté le 26 octobre 2008)
  78. « La citation du jour »,‎ 24 avril 2006 (consulté le 26 octobre 2008)
  79. « Jacques Helleu, esthète pour l’éternité », sur Madame Figaro,‎ 1er octobre 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  80. « Cameron Diaz : une minijupe embarrassante »,‎ 30 novembre 2006 (consulté le 26 octobre 2008)
  81. « La présentatrice en minijupe, vidéo de la chaîne », sur NT1,‎ 19 décembre 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  82. Interview de Pierre Bourdieu dans Télérama no 2534 du 8 août 1998, Hommes, femmes : la domination masculine, exposé où Pierre Bourdieu disserte sur : « la jupe : un corset invisible »
  83. Gérard Lachaise, Conditions des restrictions vestimentaires imposées par l'employeur, La Semaine Juridique Entreprise et Affaires no 48, 28 novembre 2002, page 7
  84. « Droits de la femme : la justice italienne critiquée », sur Le Figaro,‎ 14 octobre 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  85. « Magistrats au peigne fin : décolleté et minijupe », sur Le Point,‎ 17 janvier 2007 (consulté le 20 janvier 2009)
  86. « Un député polonais veut interdire la minijupe, site de l’Institut national de la prostitution », sur Institut national de la prostitution,‎ 8 mai 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  87. « Pologne : quand le puritanisme frappe encore », sur revue ProChoix,‎ 27 mai 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  88. « Afrique du Sud : défilé pour la mini-jupe », sur Le Figaro,‎ 4 mars 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  89. « A bas la minijupe, sur le site d'informations sur l'Afrique », sur www.afrik.com,‎ 18 septembre 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  90. Quotidien Direct Soir, no 1061, vendredi 30 mars 2012, page 14
  91. « photo de Fergie en concert »,‎ octobre 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  92. « Appelez-la Micky « Barbie, hôtesse de l’air » Green »,‎ 7 mai 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  93. « Isabel Marant, collection printemps été 2008, photo Elle »,‎ 6 février 2008 (consulté le 26 octobre 2008)
  94. (en) « Milan Fashion Week, Gucci, Sprin/Summer 2003 », sur Vogue,‎ 29 septembre 2002 (consulté le 26 octobre 2008)
  95. (en) « Tailleur microjupe - veste de la collection Versace »,‎ 15 février 2004 (consulté le 26 octobre 2008)
  96. « Comment porter la microjupe ? », sur Vogue,‎ 7 août 2006 (consulté le 26 octobre 2008)
  97. (en) « Gwyneth gambles on her micro skirt for A-listers at the casino », sur Daily Mail,‎ 13 octobre 2007 (consulté le 26 octobre 2008)
  98. « Uniformes d’écolières au Japon »,‎ 28 juillet 2001 consulté le= 26 octobre 2008
  99. « Description de la mode Kogaru »,‎ 3 juillet 2006 (consulté le 26 octobre 2008)
  100. « Le phénomène kogyaru »,‎ 1er septembre 2006 (consulté le 26 octobre 2008)
  101. « Le panchira »,‎ 24 février 2006 (consulté le 26 octobre 2008)
  102. « Guide Internet pour l'entreprise, », sur gouvernement français (consulté le 26 octobre 2008)
  103. Citation faite par Patrick de Fréminet, Taux des prélèvements obligatoires : on peut et on doit comparer entre pays développés pour comprendre et pour progresser, revue de droit fiscal no 26, 26 juin 2008, page 7
  104. « De nos jours, étant donné que les minijupes … » (consulté le 26 octobre 2008)
  105. « Les feux de Julie Christie », sur Le Point,‎ 24 juin 2007 (consulté le 1er novembre 2008)
  106. « site consacré à Barbarella » (consulté le 26 octobre 2008)
  107. « Vidéo de Nancy Sinatra chantant [[These Boots Are Made for Walkin']] » (consulté le 6 janvier 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noberto Angeletti et Alberto Oliva, En Vogue, éditions White Star, mai 2007, (ISBN 8-86-112059-4[à vérifier : ISBN invalide])
  • Christine Bard, Ce que soulève la jupe : identités, transgressions, résistances, Autrement, 2010
  • François Baudot, Mode du siècle, éditions Assouline, août 1999, (ISBN 2-84-323159-0)
  • Yvonne Deslandres, Florence Müller, Histoire de la mode au XXe siècle, éditions Somogy, mai 1991, (ISBN 2-85-056182-7)
  • Ouvrage collectif sous la direction de Geneviève Dreyfus-Armand, Les années 68, le temps de la contestation, éditions Complexe, 2008, (ISBN 2-80-480138-1) Ce livre contient un chapitre consacré à l'évolution de la mode, ainsi qu'à chapitre consacré à l'importance des articles parus dans les revues féminines (Elle, Marie-Claire…) sur cette évolution. Ce livre a inspiré cet article.
  • Sophie George, Encyclopédie Le vêtement de A à Z, éditions Falbalas, 2008, (ISBN 2-95-302404-2)
  • Bianca Lang, Minijupe, La minijupe : la révolution, les créateurs, les icônes, Éditions White Star, novembre 2011, (ISBN 2-88-86112399-1[à vérifier : ISBN invalide])
  • James Laver, Histoire de la mode et du costume, éditions Thames et Hudson, 1990, (ISBN 2-87-811011-0)
  • Colin McDowell, Haute pointure, une histoire de la chaussure, éditions Thames et Hudson, 1998, (ISBN 2-87-811147-8)
  • Mary Quant, Quant on Quant, éditions C. Chivers, 1966, (ISBN 0-85-594936-8)
  • Bruno Remaury, Dictionnaire de la mode au XXe siècle, éditions du Seuil, 1996, (ISBN 2-84-105025-4)
  • Charlotte Seeling, La Mode 1900-1999 : Le Siècle des créateurs, éditions Könemann, 2000, (ISBN 3-82-902981-0)
  • Harriet Worsley, Très tendance : la mode de 1900 à 1999, éditions Könemann, 2004, (ISBN 3-83-311216-6)
  • Fashion, une histoire de la mode du XVIIIe siècle au XXe siècle, éditions Taschen, 2002, (ISBN 3-82-228812-0[à vérifier : ISBN invalide])

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 18 janvier 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.