Mingréliens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mingréliens

Description de cette image, également commentée ci-après

Un Mingrélien en 1843 (Auguste Walhen)

Populations significatives par région
Population totale Entre 350 000 et 450 000
Autres
Langues

Mingrélien ou géorgien

Religions

Christianisme orthodoxe en majorité

Ethnies liées

Géorgiens

Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de répartition

Les Mingréliens[1] (mingrélien : მარგალეფი, Margalepi ; géorgien : მეგრელები : megrelebi) sont un sous-groupe ethnique des Géorgiens[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9] qui vivent majoritairement en Samegrelo (ou Mingrélie), région de la Géorgie. Ils sont également nombreux en Abkhazie et à Tbilissi. Entre 180 000 et 200 000 personnes d'origine mingrélienne ont été expulsées de l'Abkhazie à la suite du conflit abkhazo-géorgien au début des années 1990 et du nettoyage ethnique de Géorgiens dans cette région séparatiste.

La plupart des Mingréliens parlent à la fois le géorgien et le mingrélien, qui appartiennent tous deux à la famille linguistique kartvélienne, mais n'utilisent que l'alphabet géorgien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ekaterine Dadiani, La dernière Princesse de Mingrélie par Franz Xaver Winterhalter en 1853

Les Mingréliens sont des descendants de plusieurs tribus colchiques qui passèrent sous l'influence de leurs cousins de l'est de la Géorgie (Ibérie). Au début du Moyen Âge, leur noblesse et leur clergé, suivis plus tard par les laïcs, adoptèrent le géorgien comme langue littéraire et culturelle. Après l'éclatement du royaume de Géorgie au XVe siècle, la Mingrélie fut une principauté autonome qui a été impliquée dans une série de conflits avec d'autres entités politiques de Géorgie avant d'être annexée par l'Empire russe dans les années 1800.

Dans plusieurs recensements sous l'empire russe ainsi que dans les premières années de l'Union soviétique, les Mingréliens ont été considérés comme un groupe distinct, mais ont été classés sous la catégorie plus large des Géorgiens dans les années 1930. Actuellement, la plupart des Mingréliens s'identifient comme « Géorgiens » et ont conservé de nombreuses caractéristiques culturelles mingréliennes comme leur langue, mais le nombre de ses locuteurs a diminué.

Le premier président de la Géorgie indépendante, Zviad Gamsakhourdia (1939-1993), était un mingrélien. Par conséquent, après le coup d'État du 21 décembre 1991 au 6 janvier 1992 ayant porté au pouvoir Edouard Chevardnadze, la région de Samegrelo est devenue le centre d'une guerre civile, qui a pris fin avec la défaite des partisans de Gamsakhourdia.

Mingréliens célèbres[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Parfois appelés Mégréliéns, Mingrels, or Mégrels
  2. Small Nations and Great Powers: A Study of Ethnopolitical Conflict, par Svante E. Cornell, p 142
  3. Ethnic Groups Worldwide: A Ready Reference Handbook, par David Levinson, p 34
  4. Modern Hatreds: The Symbolic Politics of Ethnic War, par Stuart J. Kaufman, p 86
  5. Political Construction Sites: Nation-building in Russia and the Post-Soviet World, par Pål Kolstø, p 8
  6. Stephen F. Jones. Mingrelians. World Culture Encyclopedia. Consulté le 19 mars 2009.
  7. Kevin Tuite The Meaning of Dæl. Symbolic and Spatial Associations of the South Caucasian Goddess of Game Animals. Université de Montréal.
  8. Politics of the Black Sea: Dynamics of Cooperation and Conflict, par Tunç Aybak, p 185
  9. Andropov, New Challenge to the West, by Arnold Beichman, Mikhail S. Bernstam, p 116

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Un très bon travail sur les Mingréliens de Laurence Broers (à sa fin, une importante bibliographie).
  • Article consacré à la Mingrélie