Mine limpet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une mine limpet est un type de mine marine, qui est posée principalement par les nageurs de combat sur une cible par des aimants. Elles sont ainsi nommées en raison de leur ressemblance avec la patelle (limpet, en anglais), qui est un type de mollusque.

La mine[modifier | modifier le code]

Les mines limpets ont été mises au point en 1939 par Stuart Macrae, éditeur de la revue ‘’Armchair Science’’, et du major CV Clarke.
La limpet, utilisée par les Britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale, contenait 4 kg d’explosif, permettant de faire d’énormes dégâts sur des navires non cuirassés (non blindés).
La limpet est généralement conçue avec un compartiment creux qui la rend plus légère et lui permet une certaine flottabilité, permettant de la manipuler plus facilement sous l'eau.
Ces mines ventouses sont munies d'un aimant et étaient généralement constituées d’un dispositif anti-manipulation, les faisant exploser si elles étaient retirées.
Parfois, la limpet était équipée d'une petite hélice qui permettait de faire exploser la mine après que le bateau ait navigué sur une certaine distance. Ce système permettait de faire sombrer le navire en eau profonde, voire de boucher un passage et de rendre plus difficile la raison du naufrage.

Exemples d’utilisation[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les limpets ont été utilisées en particulier lors de l’opération Coque de Noix, en 1942, contre des navires marchands amarrés dans le port de Bordeaux.

En 1980, une mine limpet a été utilisée pour couler la Sierra, un navire baleinier, après une confrontation avec la Sea Shepherd Conservation Society.

Le 10 juillet 1985, une mine limpet fut utilisée, par la DGSE contre le Rainbow Warrior dans le port d'Auckland, en Nouvelle-Zélande.

Liens internes[modifier | modifier le code]