Mine de diamants d'Ekati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mine de diamants d'Ekati
Ekati mine 640px.jpg
Géographie
Coordonnées 64° 42′ 49″ N 110° 37′ 10″ O / 64.713611, -110.61944464° 42′ 49″ Nord 110° 37′ 10″ Ouest / 64.713611, -110.619444
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Territoires fédéraux Territoires du Nord-Ouest
Caractéristiques
Ressources Diamant
Date d’ouverture 1998

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Mine de diamants d'Ekati

Géolocalisation sur la carte : Territoires du Nord-Ouest

(Voir situation sur carte : Territoires du Nord-Ouest)
Mine de diamants d'Ekati

La mine de diamants d'Ekati[note 1] est une mine de diamants située à Lac de Gras dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada[1]. Exploitée depuis la fin de 1998[2], elle est la première mine canadienne produisant des diamants[1],[3]. L'entreprise qui la détient et l'exploite est détenue à 80 % par BHP Billiton Diamonds Inc., à 10 % par Chuck Fipke et à 10 % par Stewart Blusson, ces derniers étant des spécialistes en géologie ayant découverts les cheminées de kimberlite les contenant.

Selon BHP Billiton, la mine produirait environ 6 % du marché mondial de la vente de diamants[3]. Ressources naturelles Canada affirme qu'en 2001 la mine produit pour environ 7 millions CAD de diamants par jour[1]. L'Atlas canadien en ligne mentionne des ventes annuelles de 430 millions CAD pour l'année 2000[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1991, une première cheminée de kimberlite riche en diamants est découverte au Canada au lac Point. Plusieurs entreprises, plusieurs géologues et plusieurs prospecteurs amateurs se lancent dans des missions de prospection.

Suite à la découverte de plusieurs cheminées de kimberlite commercialement exploitables près de Lac de Gras[5], les spécialistes en géologie Fipke et Blusson s'associent à BHP Billiton pour les exploiter[6].

Pour établir le site d'exploitation de la mine, BHP Billiton a investi environ 700 millions USD[7],[5]. Ekati commence officiellement son exploitation le 14 octobre 1998[2] sous l'égide de BHP Billiton Diamonds Inc., une filiale de BHP Billiton.

Selon BHP Billiton, il y aurait 156 cheminées exploitables sur le site en 2008[2].

Description[modifier | modifier le code]

Les diamants d'Ekati se trouvent dans des cheminées de kimberlite vieilles de 45 à 62 millions d'années[8] faisant partie du Misery Kimberlite Complex, la plupart de celles-ci se trouvant sous des lacs peu profonds.

Les diamants d'Ekati sont vendus sous la marque commerciale Aurias. Leur authenticité est garantie par CanadaMark, service opéré par BHP Billiton Diamonds Inc.

Entre 1998 et 2004, la mine a produit 26 033 000 de carats (5 207 kg) de diamants. Il est prévu qu'elle produise pour environ 500 millions CAD de revenus par an pendant au moins 25 ans.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Ressources naturelles Canada, « Visitez le Canada de l'espace Mine de diamants d'Ekati (Territoire du Nord-Ouest) », Ressources naturelles Canada,‎ 23 janvier 2008 (consulté le 28 novembre 2008)
  2. a, b et c (en) BHP Billiton, « About EKATI », BHP Billiton (consulté le 28 novembre 2008)
  3. a et b (en) BHP Billiton, « EKATI Diamond Mine », BHP Billiton (consulté le 28 novembre 2008)
  4. Atlas canadien en ligne, « Richesses du Grand Nord », Canadian Geographic (consulté le 28 novembre 2008)
  5. a et b (en) Carl Hoffman, « How a Rogue Geologist Discovered a Diamond Trove in the Canadian Arctic », Wired,‎ 24 novembre 2008 (lire en ligne)
  6. (en) « Stuart Blusson from the GSC to Ekati » (consulté le 28 novembre 2008)
  7. (en) Anthony Depalma, « INTERNATIONAL BUSINESS: Diamonds in the Cold; New Canadian Mine Seeks Its Place in a DeBeers World », New York Times,‎ 13 avril 1999 (lire en ligne)
  8. (en) R.A. Creaser et al, « Macrocrystal phlogopite Rb-Sr dates for the Ekati property kimberlites, Slave Province, Canada: evidence for multiple intrusive episodes in the Paleocene and Eocene », 8th International Kimberlite Conference Selected Papers, vol. 1,‎ 2004, p. 388-414

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le mot Ekati en langue dene renvoie à des roches granitiques blanches qui ressemblent à du gras de caribou.

Liens externes[modifier | modifier le code]