Minamoto no Yoshiie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Minamoto no Yoshiie, par Tsukioka Yoshitoshi.
Minamoto no Yoshiie est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Minamoto, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).

Minamoto no Yoshiie (源 義家?), (10394 août 1106), aussi connu sous le nom Hachimantarō, est un samouraï du clan Minamoto de la fin de l'époque de Heian et Chinjufu shogun (Commandant en chef de la défense du nord). Fils ainé de Minamoto no Yoriyoshi, il fait ses preuves au combat avec le clan Abe durant la guerre de Zenkunen (« guerre des neuf premières années ») et avec le clan Kiyohara dans la guerre de Gosannen (« guerre des trois dernières années »). Par la suite, il devient une sorte de parangon de l'adresse et de la bravoure des samouraï.

La guerre de Zenkunen[modifier | modifier le code]

Article principal : Guerre de Zenkunen.

En 1050, Abe no Yoritoki occupe la fonction de Chinjufu shogun, dévolue depuis des générations au clan Abe. Il est le commandant en chef de le défense du nord de Honshū contre les Ezo (Ainu). En réalité cependant, Yoritoki commande toute la région, niant au gouverneur officiel tout véritable pouvoir. En conséquence, le père de Yoshiie est nommé à la fois chinjufu shogun et gouverneur et Yoshiie se rend avec lui dans le nord pour résoudre la situation.

La campagne contre le clan Abe dure douze ans (neuf, avec une trêve de trois ans). Yoshiie combat avec son père dans presque si ce n'est toutes les batailles. Abe no Yoritoki meurt en 1057 mais son fils Abe no Sadato reprend le commandement des forces de son père.

Les combats atteignent un point culminant en 1062 dans une série d'actions qui renforcent la réputation de Yoshie. Abe no Sadato attaque les forces de Minamoto, mais victime d'un retournement de situation, se retire dans un fort près de la rivière Kuriya. Yoriyoshi ordonne un vigoureux assaut sur ​​le fort et le met à feu, forçant Sadato à fuir. Pendant la retraite désordonnée, Yoshie est censé poursuivre Sadato et a avec son ennemi un échange impromptu de renga (vers liés) tandis que tous deux chevauchent, lui permettant ensuite de s'échapper, tel que le relate le Mutsu Waki (L'histoire de Mutsu) :

Hachimantarō, fils ainé de Yoriyoshi, [le] poursuit le long de la rivière Koromo et crie : « Seigneur, vous montrez votre dos à votre ennemi! N'avez--vous pas honte? Retournez-vous une minute, j'ai quelque chose à vous dire ». Quand Sadato fait volte-face, Yoshiie dit :

Koromo no tate wa hokorobinikeri (« Le château de Koromo est détruit » ou, autre lecture, « Les lisses de votre manteau sont défaits »).

Sadato détend un peu ses rênes et tournant sa tête casquée, enchaîne :

toshi o heishi ito no midare no kurushisa ni (« Au fil des ans ses fils se sont enchevêtrée et cela me chagrine »).

Entendant cela, Yoshie range la flèche qu'il se prépare à lancer et retourne à son camp. Au milieu d'une bataille sauvage, c'est un geste de gentilhomme[1].

Yoshiie retourne à Kyoto au début de 1063 avec les têtes d'Abe no Sadato et de bien d'autres. En raison de ses spectaculaires prouesses au combat, il gagne le nom de Hachimantarō, qui le compare au fils de Hachiman, le dieu de la guerre. L'année suivante, Yoshie prend comme serviteurs plusieurs partisans des Abe qu'il a capturés.

La guerre de Gosannen[modifier | modifier le code]

Article principal : Guerre de Gosannen.

Plus de vingt ans plus tard, Yoshie est commandant en chef dans un autre important conflit de l'époque de Heian. Au début de 1083, il combat la famille Kiyohara, qui s'est battue avec lui et son père contre les Abe mais qui s'est depuis révélée piètre dirigeante des provinces du nord.

Nommé gouverneur de la province de Mutsu en 1083, Yoshie prend sur lui, sans ordre de la cour impériale, d'apporter un peu de paix et d'ordre dans la région. Une succession de différends entre Kiyowara no Masahira, Kiyowara no Narihira et Kiyowara no Iehira relativement à la conduite du clan a dégénéré en violences.

Il s'ensuit une série de batailles et d'escarmouches entre les forces de Yoshie et celles des différentes sous-factions Kiyowara. La situation atteint son paroxysme en 1087, aux palanques de Kanazawa. Yoshiie, avec son frère cadet Minamoto no Yoshimitsu et Fujiwara Kiyohira, prennent d'assaut la position tenue par Kiyowara no Iehira et son oncle Kiyowara no Takahira. Après plusieurs mois de tentatives infructueuses et d'escarmouches, la palissade est mise à feu et les Kiyowara vaincus. Takahira et Iehira sont tués mais les forces de Minamoto subissent aussi de grandes pertes.

La réputation de Yoshie est celle d'un chef aux qualités particulièrement éprouvées qui sait conserver le moral des troupes et préserver un haut degré de discipline parmi les guerriers.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Sansom, George (1958). 'A History of Japan to 1334'. Stanford, California: Stanford University Press.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]