Mimulus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le genre Mimulus francisé en mimule comprend environ 150 espèces de plantes à fleurs de la famille des phrymacées. En Amérique du Nord, elles sont souvent appelées monkey-flowers (littéralement « fleur-singe » et musk-flowers (littéralement « fleur-musc »). Le genre était traditionnellement placé dans la famille des scrophulariacées. Cependant, le retrait des mimulus de cette famille a été appuyé par des études de l'ADN des chloroplastes publiées dans le milieu des années 1990. Plusieurs études portant sur l'ADN recombinant suggèrent que les genres Phryma, Berendtiella, Hemichaena, Leucocarpus, Microcarpeae, Peplidium, Glossostigma et Elacholoma sont tous dérivés des Mimulus et devraient être réarrangés[1].

Il est reconnu qu'il existe deux groupes étendus d'espèce de mimulus : le plus grand dans l'ouest de l'Amérique du Nord et le second en Australie. Quelques espèces s'étendent aussi dans l'est de l'Amérique du Nord, l'est de l'Asie et le sud de l'Afrique. Le groupe élargi fait partie de la famille des phrymacées.

Description[modifier | modifier le code]

La plupart des espèces de mimulus sont des plantes annuelles ou des plantes herbacées vivaces, mais quelques espèces chamaephyte dont la tige est en bois. La tige de quelques espèces peut être soit douce ou poilue, une différence allélique.

Les mimulus portent le surnom de « fleur-singe » (monkey-flowers) parce que certaines de ses espèces ont des fleurs qui ont la forme d'un visage de singe et d'autres qui ont des couleurs représentant à un singe[2]. Elles portent aussi le surnom de « fleur-musc » (musk-flowers), car certaines espèces produisent des composés odorants qui leur donne un odeur de musc. Le nom du genre vient du latin mimus et du grec mimos qui signifient tous deux « imitateur ».

Écologie[modifier | modifier le code]

En horticulture, plusieurs espèce de mimulus cultivar et hybrides sont utilisées. Les plus utilisées sont des dérivés de mimulus bigelovii qui ont de grandes fleurs étalées. Une des fleurs de Bach standard est dérivée des mimulus.

Plusieurs taxons tels que les yellow monkey-flowers (monkey-flowers jaunes), mimulus guttatus, et ceux de la section Erythranthe, mimulus lewisii, mimulus cardinalis et mimulus parishii par exemple, sont des organismes modèles pour les recherches en écologie, en génétique et en génomique. La séquence du génome de la mimulus guttatus a été publiée vers la fin du printemps 2007.

Les mimulus sont utilisées en tant que nourriture par les larves et quelques espèces de lépidoptères tel que la noctuelle du salsifis.

Comestibilité et utilisations médicinales[modifier | modifier le code]

Les espèces de mimulus ont la tendance de concentrer du chlorure de sodium et d'autres sels absorbés du sol dans les tissus de leurs feuilles et leur tige. D'ailleurs, les Amérindiens et les premiers voyageurs de l'ouest nord-américain les utilisaient en tant que substitut pour le sel pour donner du goût à leur repas sauvage. Toute la plante est comestible, mais il est rapporté qu'elle est très salée et amère si elle n'est pas bien cuite. Le jus extrait du feuillage de la plante était utilisé en tant que cataplasme apaisant pour les brûlures mineures et les irritations de la peau.

Exemples de mimulus sensu lato[modifier | modifier le code]

Mimulus bigelovii sauvage près de Las Vegas au Nevada
Mimulus brevipes dans le sud de la Californie
Mimulus pilosus dans le sud de la Californie
Mimulus rubellus in Nevada

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Beardsley, P. M. & Olmstead, R. G., Redefining Phrymaceae: the placement of Mimulus, tribe Mimuleae, and Phryma, American Journal of Botany 89: 1093-1102, 2002, (disponible en ligne)
  2. (en) Allen J. Coombes, Dictionary of plant names, Portland, Or: Timber Press, 1985, p. 119

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]