Miloud Chaâbi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaâbi.

Miloud Chaâbi

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Miloud Chaâbi

Naissance 1929
Drapeau : Maroc Essaouira
Activité principale Président Directeur Général de Ynna Holding
Descendants

Miloud Chaâbi, né en 1929 à Chiadma près d'Essaouira, est un homme d'affaires et politicien marocain.

Pionnier de l'immobilier dès 1948, il est le fondateur de Ynna Holding.

Il était affilié au Parti du Progrès et du Socialisme (sans jamais épouser l'idée du communisme) avec lequel, il a été élu député de la ville d'Essaouira aux Élections Parlementaires de 2007 au Maroc.

Sa fortune est estimée par forbes, soit environ 2,3 milliards de dollars, en 2013 [1], faisant de lui la deuxième plus grosse fortune au Maroc après Othman Benjelloun (PDG du finance.com et BMCE Bank avec une fortune 3,1 milliards de dollars) et devant Anas Sefrioui (PDG du groupe Addoha avec une fortune de 1.6 milliards de dollars).

Débuts[modifier | modifier le code]

Petit berger, Miloud Chaâbi a vu mourir de faim l’un de ses petits frères et marié sa sœur à un cousin pour 16 brebis dont il avait la charge, avant de fuir sa tribu de Chaâba sur les hauteurs d’Essaouira, parce qu’un loup avait mangé une de ses brebis. Miloud Chaâbi vagabonde pendant plusieurs années, pendant lesquelles il enchaîne les petits métiers, avant d’atterrir à Kénitra, où il devient ouvrier maçon.C’est en 1948, à peine âgé de 18 ans, qu’il crée sa première entreprise de construction. Lhaj Miloud rompt alors avec la poisse et marque le début d’une success story qui fait beaucoup d’envieux. Depuis, le patron d’Ynna Holding est devenu un incontournable du capitalisme marocain[2].

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Les 50 personnalités qui font le Maroc : Miloud Chaâbi. 84 ans, PDG d'Ynna Holding-Groupe Chaâbi », Jeune Afrique, no 2545-2546, du 18 au 31 octobre 2009, p. 41