Mikho Mossoulichvili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mikho Mossoulichvili

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Mikho Mossoulichvili, 2010

Activités Dramaturgie, éditeur et écrivain Géorgie (pays).
Naissance 10 décembre 1962
Tbilissi, Drapeau de la Géorgie Géorgie
Langue d'écriture Georgien
Mouvement Nouvelle fiction
Genres Roman, Nouvelle, Pièce de théâtre
Distinctions Khertvisi (Le prix littéraire) 2007
Gala (Le prix littéraire), 2011

Œuvres principales

Mikho Mossoulichvili (en géorgien : მიხო მოსულიშვილი), né le 10 décembre 1962, est un écrivain, un dramaturge et un scénariste géorgien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mikho Mossoulichvili est né dans un petit village Arachenda (municipalité de Gurjaani, Kakhétie, Géorgie). Il faisait des études à l'université De l'État de Tbilissi à la faculté pour la géologie et couvrait le dramaturge de cinéma comme la matière secondaire. Ensuite, il travaillait comme géologue et comme journaliste dans les journaux divers. Mossoulichvili publiait plusieurs histoires, romans et fourberie de scènes dans la langue géorgienne et traduisait trois romans de Boris Akounine. Sa fourberie de scènes étaient mentionnés en Géorgie à des théâtres et par télévision. Quelques-uns de ses ouvrages ont été traduits en anglais, allemands, armenians et russes.

Ses ouvrages principaux sont roman picaresque Le Vol sans un fût[1].

Le livre biographique de Mikho Mossoulichvili Vaja-Pchavela[2] montre la nouvelle version de vie Vaja-Pchavela et style unique de sa réflexion. La découverte peut être considérée comme l'observation de l'auteur que les cinq poèmes épiques de Vaja-Pchavela (Alouda Ketelaouri (1888), Bakhtrioni (1892), L'hôte et l'Invité (1893), Le vengeur du sang (1897), Le mangeur de serpent (1901)) sont basés sur le principe Nombre d'or, ainsi cela les poèmes ressemblent aux travaux d'Anciens et les auteurs de La Renaissance. Mikho Mossoulichvili affirme, que Vaja-Pchavela montant de la profondeur de créativité de mythologie géorgienne, qui le rend l'événement original sur le fond de la littérature du monde et augmentera de façon significative l'ampleur de littérature géorgienne.

Mikho Mossoulichvili est marié et a une fille.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • 1990 : Les icônes de jour de lune (les nouvelles et les miniatures), éditions de Merani.
  • 1997 : L'espace dans le vertical (les nouvelles et les miniatures), éditions de Merani.
  • 2004 : Les cygnes Sous la Neige (les miniatures et les essais), éditions de Saari, (ISBN 978-99940–29–30–4[à vérifier : isbn invalide])
  • 2011 : La pierre de la miséricorde[5], (Collection de neuf nouvelles), éditions de Siesta, (ISBN 978-9941-414-79-4)

Pièce de théâtre[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Presque Picasso et sur quelques Bosch, sur le côté droit (le livre de sept ridicules pièces de théâtre, l'auteur d'une caricature "Mikho Mosoulichvili avec un tube"[6] sur une couverture est Zaal Soulakaouri[7]), éditions de Saari - (ISBN 978–99940-60-87-0[à vérifier : isbn invalide])
  • 2012 : Mon rouge-gorge familier, livre de collection de pièce de théâtre : 9 pièce de théâtre CONTRE la Violence, 2012, (ISBN 978-9941-0-5074-9)
  • 2012 : Vaja-Pchavela ou vue inconnu (Le pièce de théâtre rituel du mythe dans un acte, pour le Théâtre de la cruauté selon Antonin Artaud), 2012

Livres traduits[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Commémorez-moi, David... (David IV, Aghmachenebeli), (Nu Odes Damivitskebt, Daviths...), Le scénario du film documentaire pour le réalisateur Géorge Ovashvili[8].

Honneurs et Prix[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Médaille de "Honor"[9].
  • 2005 : Le deuxième prix de la compétition littéraire internationale de Moscou "Bekar"[10] (les travaux littéraires de la musique) dans la catégorie "Le Rock et de jazz" pour de nouvelle Bled perdu[11] (la traduction russe de Maja Biriukova)
  • 2006 : le prix de la compétition littéraire (Athènes)
  • 2007 : Khertvisi (Le prix littéraire)[12] pour la nouvelle La nuit dernière de la Bataille de Didgori[13]
  • 2011 : Gala (Le prix littéraire)[14] pour le livre Vaja-Pchavela (biographie)[2] dans la catégorie: "Le meilleur livre de table"
  • 2012 : Prix pour le pièce de théâtre Vaja-Pchavela ou vue inconnu sur la compétition « Nouveau géorgien dramaturgie 2012 » par « La Fondation de théâtre de Tumanichvili » (Les membres du jury : Manana Antadze, Manana Anasachvili, Irina Gogoberidze, George Kajrichvili, Nick Tsulukidze)

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]