Mikhaïl Andreïevitch Miloradovitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mikhaïl Andreïevitch Miloradovitch
Михаил Андреевич Милорадович
Portrait par George Dawegalerie militaire de Winter Palace
Portrait par George Dawe
galerie militaire de Winter Palace

Naissance 12 octobre 1771
Décès 26 décembre 1825 (à 54 ans)
Saint-Pétersbourg
Origine Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Arme Infanterie
Grade Général d’infanterie
Années de service 1787 – 1825
Conflits Guerre russo-turque de 1787-1792
Guerres Napoléoniennes
Guerre russo-turque de 1806-1812
Commandement Garde impériale
Faits d'armes Bataille de Viazma
Distinctions Ordre de Saint-Jean de Jérusalem Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (Russie impériale)

Ordre de Saint-André Ordre de Saint-André
Ordre de St-Georges IIe classe Ordre de Saint-Georges
Ordre de Saint-Vladimir IIe classe Ordre de Saint-Vladimir
Ordre de Saint Alexandre Nevski Ordre de Saint-Alexandre Nevski
Ordre de Sainte-Anne Ie classe Ordre de Sainte-Anne
Ordre de l'Aigle noir Ordre de l'Aigle noir
Ordre de l'Aigle rouge Ordre de l'Aigle rouge
Ordre militaire de Maximilien-Joseph de Bavière Ordre militaire de Maximilien-Joseph de Bavière
Ordre de Léopold Ordre impérial de Léopold
Ordre militaire de Marie-Thérèse Ordre militaire de Marie-Thérèse
Ordre des Saints-Maurice-et-Lazare Ordre des Saints-Maurice-et-Lazare

Famille Miloradović-Hrabren

Le comte Mikhaïl Andreïevitch Miloradovitch (en russe : Михаил Андреевич Милорадович) (le 12 octobre 1771 - 26 décembre 1825) était un général russe pendant les guerres napoléoniennes. Gouverneur militaire de Saint-Pétersbourg du 31 août 1818 au 15 décembre 1825.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine Serbe, la famille Miloradović-Rabrenović était une famille noble d'Herzégovine et faisait partie de la famille royale russe.

Miloradovich sert sous les ordres d'Alexandre Souvorov dans les guerres contre la Turquie et la Pologne, et dans la campagne d'Italie et de Suisse en 1799, où il se distingue comme commandant. En 1805, après avoir atteint le grade de lieutenant-général, il sert sous les ordres de Mikhail Koutouzov dans la campagne d'Autriche, participant aux actions d'Enns et de Krems et à la bataille d'Austerlitz du 2 décembre, pendant laquelle sa colonne tient les hauteurs de Pratzen.

Pendant la guerre russo-turque il se distingue encore plusieurs fois, et une épée décorée de diamant, portant l'inscription « Pour le courage et le salut de Bucarest » (1806), lui est attribuée. Il défait des Turcs à Obileşti (Roumanie actuelle, 1807). Pour la bataille de la forteresse de Rassevat (Bulgarie, 1809) il est fait général d'infanterie en 1810.

Pendant la campagne de Russie de Napoléon, Miloradovitch est sur le devant de la scène, et il est de ceux qui a le plus de succès. À la bataille de Borodino il mène l'armée de réserve, et plus tard, commande l'arrière-garde qui retarde l'occupation de Moscou. Après que Napoléon ait commencé sa retraite, Miloradovitch défait les Français à la bataille de Viazma. Son corps d'armée est ensuite l'un des plus actifs dans la poursuite de Grande Armée de Napoléon.

En 1813 il mène l'arrière-garde des alliés à la Bataille de Bautzen. À la Bataille de Kulm il commande les corps russes et prussiens, qu'il mène également à la bataille de Leipzig. En 1814, Miloradovitch commande le contingent allié dans les Pays-Bas.

À partir de 1818 il est gouverneur militaire de Saint-Pétersbourg. Le 14 décembre 1825, il tente d'apaiser les dirigeants décembristes au sénat. Populaire au sein de l'armée, il est sur le point de réussi à exhorter les principaux dirigeants, quand Evgeni Obolenski le blesse d'un coup de baïonnette. Il fut ensuite tué par Piotr Kakhovski, un des rebelles des plus radicaux.

Surnommé par Souvorov le voltigeur par excellence, Miloradovitch mérita l'estime de Murat qu'il combattit si souvent. Ils échangèrent leur manteaux en 1812, en gage d'estime[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire d'Alexandre ler, empereur de Russie - De Ivan Golovin - page 230

Sources[modifier | modifier le code]