Mike Huckabee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mike Huckabee
Mike Huckabee, en 2010.
Mike Huckabee, en 2010.
Fonctions
44e gouverneur de l'Arkansas
15 juillet 19969 janvier 2007
Prédécesseur Jim Guy Tucker
Successeur Mike Beebe
12e lieutenant-gouverneur de l'Arkansas
3 janvier 198120 janvier 1993
Prédécesseur Jim Guy Tucker
Successeur Winthrop Paul Rockefeller
Biographie
Nom de naissance Michael Dale Huckabee
Date de naissance 24 août 1955 (59 ans)
Lieu de naissance Hope, Arkansas (États-Unis)
Nationalité américaine
Parti politique Parti républicain
Conjoint Janet McCain Huckabee
Enfant(s) John Huckabee
David Huckabee
Sarah Huckabee
Profession Pasteur baptiste

Signature

Mike Huckabee
Gouverneur de l'Arkansas

Michael Dale Huckabee, dit Mike Huckabee (né en 1955) est un homme politique américain, membre du Parti républicain et gouverneur de l'État de l'Arkansas de juillet 1996 au 9 janvier 2007. Il a été l'un des candidats à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle de 2008.

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Mike Huckabee est né le 24 août 1955 à Hope — tout comme Bill Clinton — dans une famille pauvre de l'Arkansas. Il s'intéresse dès son adolescence à la politique et participe à un programme civique pour adolescents. Après avoir réalisé sa première émission de radio à l'âge de 11 ans, il prononce son premier sermon religieux à l'âge de 15 ans[1].

À 18 ans, il devient pasteur. Diplômé en communication de la Ouachita Baptist University d’Arkadelphia, il entre au séminaire théologique baptiste du Sud-Ouest, au Texas. Un an plus tard, il quitte le séminaire pour rejoindre et travailler avec le télévangéliste James Robison (en) dont il devint le porte-parole et le chargé de relations publiques.

Pasteur de l'église baptiste[modifier | modifier le code]

Quand il revint en Arkansas quelque temps plus tard, Mike Huckabee devint le pasteur de la Immanuel Baptist Church à Pine Bluff. Il a alors 26 ans. Charismatique et entreprenant (il rénove l'auditorium, insonorise son église, fait de la publicité en faveur de sa chapelle et passe à la télévision), il attire de nombreux fidèles. Il lance également une petite station de télévision chrétienne qui assure sa notoriété, notamment un talk show dominical où il interviewe des personnalités locales aussi diverses que des responsables d’organismes caritatifs ou des comptables donnant leurs conseils pour remplir les déclarations fiscales[2].

Après 6 ans à Pine Bluff, Huckabee s'installe à Texarkana où il fonde la première station de télévision locale. Pasteur de l'église baptiste, la First Baptist Church, il entreprend d'organiser des rassemblements dans tout l’État.

En 1989, Mike Huckabee prend la direction de la Baptist State Convention et de ses 490 000 membres[3] sur la base d'une ligne plus modérée que celle de ses concurrents. En 1992, il renonce à son ministère pour se présenter au Sénat sous l’étiquette républicaine. Après une campagne axée sur les problèmes sociaux et l’avortement, il est finalement battu par son adversaire, le sénateur démocrate sortant Dale Bumpers.

Carrière politique dans l'Arkansas[modifier | modifier le code]

Néanmoins, un an plus tard, en 1993, Huckabee est élu au poste de lieutenant-gouverneur de l'Arkansas. Il est alors le seul républicain à un poste de l'exécutif aussi élevé d'un État de tradition conservatrice et démocrate. Il est réélu en 1994, malgré ses mauvaises relations avec certaines personnalités de l'exécutif démocrate de l'État.

Gouverneur de l'Arkansas (1996-2007)[modifier | modifier le code]

Le 15 juillet 1996, il devient gouverneur de l'Arkansas pour terminer le mandat du gouverneur sortant, le démocrate Jim Guy Tucker, impliqué dans le scandale financier de Whitewater et contraint à démissionner avec tellement de réticence qu'il dut s'y prendre à deux reprises avant de céder le pouvoir définitivement. En novembre 1998, Huckabee est confirmé pour un mandat entier de 4 ans par les électeurs de l'Arkansas et est réélu en novembre 2002 pour un nouveau mandat de 4 ans.

Gouverneur, Huckabee fit voter de vastes réductions d’impôt, mais aussi des mesures simplifiant la procédure complexe d'immatriculation des véhicules ou encore des mesures alourdissant la taxe sur les ventes de carburant et de cigarettes. Il est aussi connu pour ses engagements sociaux, notamment pour avoir mis en place une couverture santé pour les enfants des milieux défavorisés et pour avoir, soutenu par Bill Clinton, développé des programmes de lutte contre l’obésité chez les enfants. Son combat contre l’embonpoint a fait l'objet d'un livre de sa part (« Arrêtez de creuser votre tombe avec une fourchette et un couteau »).

Il fit aussi procéder à une remise à niveau et une modernisation du réseau routier de l'Arkansas, alors considéré comme l'un des pires du pays.

En 2003, il doit réformer le système de financement des écoles, mais son plan se heurte à de vives critiques et de fortes oppositions.

Son épouse a été candidate au poste de secrétaire d'État de l'Arkansas alors que lui-même était déjà gouverneur. Enfin, il a qualifié son État de « république bananière » lors d'une émission satirique.

Mike Huckabee en octobre 2007.

Il lui est aussi reproché d'avoir accordé, en tant que gouverneur, une remise de peine à un condamné pour viol lequel a ensuite commis un meurtre dans l'État voisin du Missouri.

En 2005, Time Magazine l'a cité parmi les cinq meilleurs gouverneurs (ou l'un des cinq les plus performants) des États-Unis, notamment pour son action en faveur de plus de 60 000 personnes sinistrées après le passage de l’ouragan Katrina.

Arrivé au terme de son second et dernier mandat en 2006, il ne peut se représenter. Il est alors le troisième gouverneur de l'Arkansas à être demeuré aussi longtemps à ce poste (après Orval Faubus de 1955 à 1967 et Bill Clinton de 1979 à 1981 et de 1983 à 1992).

Candidat à la primaire présidentielle républicaine de 2008[modifier | modifier le code]

Campagne présidentielle de 2008

En 2007, Mike Huckabee est candidat à l’investiture républicaine pour l'élection présidentielle de 2008. Il axe son programme autour de trois mots : « famille, foi et liberté » et défend le droit au port d'armes, s'oppose à l'avortement et au mariage homosexuel. Après avoir, en 1998, comparé l'homosexualité à un comportement criminel, il rapproche celle-ci, lors de ses discours de campagne dans le sud conservateur, de la pédophilie, de la polygamie et de la zoophilie. Il déclare ainsi vouloir inscrire la définition du mariage dans la constitution des États-Unis déclarant : « La Bible n'a pas été écrite pour être amendée, la Constitution, si », ce qui provoque l'indignation de la communauté homosexuelle et des libéraux soutenant la séparation entre Église et État. Il promet également d'amender la Constitution pour interdire l'avortement et inscrire que la vie commence dès la conception [4].

Créationniste, il exprime également des doutes sur la théorie de l'évolution de Charles Darwin[5].

L’un de ses inspirateurs est le révérend et télévangéliste Jerry Falwell, qui lui a accordé son soutien[6]. Il propose également de réduire les impôts sur le revenu au profit d’une TVA globale de 23 % et voit dans la lutte contre le réchauffement climatique « un devoir biblique »[7].

L'une de ses campagnes publicitaires le représente au côté de l'un de ses partisans, l'acteur originaire de l’Oklahoma et éditorialiste conservateur à ses heures Chuck Norris. S'inspirant des films et arts martiaux pratiqués par ce dernier, il résume son programme pour la sécurisation de la frontière avec le Mexique en deux mots, citant le prénom et le nom de l'acteur. Ce dernier déclare par ailleurs soutenir Huckabee pour ses positions en faveur du port d’armes et sa promesse de dissoudre le fisc.

Dans le cadre des primaires, lors d'un débat interne avec les autres candidats républicains à Saint Petersburg en Floride, il marque encore des points auprès de l'électorat conservateur notamment, lors d'une question sur le programme spatial américain, en suggérant de mettre la candidate démocrate Hillary Clinton « dans la première fusée vers Mars ». Lors d'un autre débat républicain, il avait aussi raillé de façon humoristique le candidat démocrate John Edwards affirmant que le pays a « un Congrès qui dépense autant d'argent que John Edwards dans un salon de beauté »[8].

Sa montée en popularité est spectaculaire : selon le sondage de CNN[réf. nécessaire], il tournait autour de 1 % de janvier à août 2007 avant d'atteindre de façon fulgurante les 10 % en novembre et les 22 % en décembre alors qu'il ne dépassait pas la barre des 5 % en septembre et octobre. Cette ascension fut telle dans l'électorat conservateur qu'il en vient à dépasser dans les sondages Mitt Romney et à talonner Rudolph Giuliani, jusque-là favori du camp républicain[9].

Après avoir déclaré dans les derniers jours de sa campagne dans l'Iowa que « les gens recherchent un candidat présidentiel qui leur rappelle le type avec qui ils travaillent plutôt que celui qui les a licenciés »[10], visant implicitement Mitt Romney, fier de ses qualités de gestionnaire en tant que redresseur d'entreprises [11], Huckabee est arrivé en tête du caucus de l'Iowa le 3 janvier 2008, faisant de lui le nouvel homme à battre pour la nomination républicaine à la présidence. Avec 34,3 %, il se place alors devant Mitt Romney (25,3 %), Fred Dalton Thompson (13,4 %), John McCain (13,1 %), Ron Paul (10 %), Rudolph Giuliani (3,5 %), Duncan Hunter (0,4 %). Il échoue à concrétiser son avantage psychologique lors des primaires et caucus suivant et n'arrive qu'en seconde position derrière John McCain lors de la primaire importante et disputée dans le bastion conservateur et évangélique qu'est la Caroline du Sud le 19 janvier 2008.

Lors du Super Mardi qui a lieu le 5 février, Huckabee, en dépit de quelques victoires qui lui assurent alors un total de 169 délégués, est largement devancé par John McCain (615 délégués) et Mitt Romney (268). Si ce dernier abandonne alors la course présidentielle, Mike Huckabee se maintient face à McCain tout comme le candidat libertarien Ron Paul. Le 9 février, Huckabee s'impose face à McCain lors des caucus du Kansas et de l'élection primaire de Louisiane mais il est battu par ce dernier dans l'État de Washington. Le maintien de Huckabee dans la course souligne alors les difficultés de John McCain à faire l'unanimité dans le camp républicain où, aux yeux de la partie la plus conservatrice de cet électorat, le sénateur de l'Arizona continue à apparaître comme un candidat par défaut[12].

Le 4 mars 2008, les victoires décisives de John McCain dans les élections primaires du Texas, de l’Ohio, du Vermont et du Rhode Island contraignent Mike Huckabee à abandonner la course présidentielle et à exhorter ses partisans de se rallier autour de John McCain, vainqueur des primaires républicaines.

Après la présidentielle de 2008[modifier | modifier le code]

Fin 2009, la politique de Mike Huckabee en matière de grâce, lorsqu'il était gouverneur, est très critiquée. Un massacre a été commis très vraisemblablement par un condamné dont il avait favorisé la grâce. Le dimanche 29 novembre, Maurice Clemmons aurait abattu 4 officiers de police avant d'être lui-même abattu deux jours après. Mike Huckabee avait l'habitude de gracier totalement ou partiellement un grand nombre de condamnés, invoquant pour cela sa foi religieuse et ignorant fréquemment les recommandations. Maurice Clemmons, condamné à 100 ans de prison, avait bénéficié d'une remise de peine grâce à l'intervention du gouverneur, il avait récidivé et avait néanmoins bénéficié rapidement d'une nouvelle remise de peine[réf. nécessaire].

Mike Huckabee est actuellement consultant pour Fox News[13].

Divers[modifier | modifier le code]

Concert de Mike Huckabee et de son groupe Capitol Offense à Des Moines en avril 2007.

Guitariste depuis l’âge de 11 ans, Mike Huckabee est également bassiste au sein de son groupe Capitol Offense. Admirateur des Rolling Stones, il amnistie en 2006, alors qu'il est gouverneur de l'Arkansas, le guitariste du groupe Keith Richards, arrêté pour « conduite désordonnée ».

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Article de Courrier international no 897 du 10 janvier 2008 (édition abonnée) intitulé Mike Huckabee, le sauveur d’âmes
  2. Article de Courrier international no 897 du 10 janvier 2008, ibid
  3. Article du Figaro du 21 décembre 2007 intitulé « Mike Huckabee, une percée à la Jimmy Carter »
  4. Article du Figaro du 18 janvier 2007 intitulé "Huckabee enfonce le clou sur les gays et l'avortement"
  5. Article de Cyberpresse
  6. Article de Libération du 14 décembre 2007 consacré à Mike Huckabee
  7. Article du Figaro du 21 décembre 2007, ibid
  8. « We have a Congress that spends money like John Edwards at a beauty shop », citation reprise dans de nombreux journaux dont le Chicago Tribune, article intitulé "Huckabee: A (right) wing and a prayer" du 25 septembre 2007 [1]
  9. Article du site LeCourant.info du 19 décembre 2007 consacré à Mike Huckabee
  10. « People are looking for a presidential candidate who reminds them more of the guy they work with rather than the guy that laid them off », citation reprise dans de nombreux journaux dont le Wall Street Journal, article intitulé "Out With the Old, In With the New" du 4 janvier 2008 [2]
  11. Article du Figaro du 4 janvier 2008 intitulé "Mike Huckabee, un populiste en chaire"
  12. Porte-drapeau républicain, McCain peine à convaincre la base conservatrice, article de Philippe Gélie dans Le Figaro du 8 février 2008.
  13. IHT, 02/12/09, A clemency decision comes back to haunt a top Republican, Kate Zernike

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]