Mihály Munkácsy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mihály Munkácsy

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de l'artiste par lui-même avec sa signature (1895).

Nom de naissance Mihály Lieb
Naissance
Munkács
Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Décès (à 56 ans)
Endenich
Empire allemand Empire allemand
Nationalité Hongroise
Activités Artiste-peintre
Maîtres Elek Szamossy
Influencé par Gustave Courbet
Influença Peintres de l'Alföld

Œuvres réputées

Le Dernier Jour d'un condamné

Mihály Munkácsy ([ˈmihaːj], [ˈmunkaːtʃi]), né Mihály Lieb le à Munkács (aujourd'hui Moukatcheve, en Ukraine) et décédé le à Endenich, était un peintre académique hongrois principalement actif à Paris et Budapest dans les années 1870 et 1880.

Il étudie en 1863 à Budapest et en 1864 à Vienne. Exposé au Salon de Paris en 1870, il y rencontre un succès inattendu. En une trentaine d'années, il peint environ six cent tableaux dans les genres les plus variés : portraits, natures mortes, paysages, scènes de genre, intérieurs bourgeois, compositions historiques ou religieuses, etc. Certains sont de très grand taille (100 m2 pour L'Apothéose de la Renaissance au Musée des Beaux-Arts de Vienne, plus de 60 m2 et une centaine de personnages pour La Conquête du pays au Parlement hongrois). La plupart souffrent de l'emploi d'un fond de bitume, dont l'oxydation les a terriblement noircis depuis leur réalisation.

Opposé à l'Impressionnisme, il a peu influencé les générations suivantes, à l'exception de l'école hongroise des « peintres de l'Alföld » dans l'entre-deux-guerres (Gyula Rudnay, János Tornyai, Béla Endre, etc.).

Biographie[modifier | modifier le code]

Mihály Lieb naît en 1844 à Munkács. Son père, Léo Michel Lieb, est un fonctionnaire d'origine bavaroise. Il perd rapidement ses parents. À partir de 1851, il est élevé par ses oncles et tantes. Son tuteur, István Reök, est un avocat, ancien participant de la Révolution hongroise de 1848. Entre 1854 et 1858, il apprend la menuiserie. Plus intéressé par le dessin et la peinture, il rencontre le peintre Elek Szamossy, dont il devient l'élève jusqu'en 1862.

En 1863, il rencontre le peintre Antal Ligeti à Pest. Deux ans après, il part faire ses études à l'Académie de Vienne. L'année suivante, il adopte le nom de Munkácsy en référence à sa ville natale. Entre 1866 et 1869, il se rend à Munich, où vivent beaucoup de peintres hongrois. Il obtient une bourse pour se rendre à Paris en 1867 et y découvre les tableaux de Gustave Courbet. Il s'installe ensuite à Düsseldorf auprès du peintre Ludwig Knaus.

Autoportrait, 1881

En 1870, son Dernier Jour d'un condamné obtient une médaille d'or au Salon de Paris. L'année suivante, ses Faiseuses de charpie sont également bien accueillies : il décide de s'établir dans la capitale française. Il rencontre alors un amateur d'art : le Baron de Marches. Entre 1872 et 1873, Mihály Munkácsy vit chez le Baron de Marches à Colpach, au Luxembourg. Il fait une dépression. À la mort du baron en 1873, il épouse sa veuve et retourne à Paris. Il obtient un grand succès à l'Exposition universelle de 1873 organisée à Vienne.

À partir de 1876, son succès à Paris ne se dément pas. Il mène une vie élégante et coûteuse, peint de grandes scènes bibliques, des portraits et des scènes d'intérieurs parisiens. Il ne s'associe pas à l'impressionnisme montant. Dès 1878 il signe un contrat d'exclusivité de dix ans avec le marchand d'art Charles Sedelmeyer qui achète ses toiles et dont il fera le portrait. À partir de 1886 : Munkácsy commence à "passer de mode". Le gouvernement autrichien le charge d'un des panneaux de plafond du Musée des Beaux-Arts de Vienne, L'Apothéose de la Renaissance. Il y travaille jusqu'en 1890. En 1889, Le gouvernement hongrois le charge d'exécuter La Conquête du pays pour le bâtiment du Parlement de Budapest, alors en construction. Il y travaille jusqu'en 1893. Son état de santé, mauvais depuis le début de la décennie, continue à se dégrader : à ses problèmes de dos s'ajoutent des problèmes cérébraux. Cela ne l'empêche pas d'assister en 1895 aux festivités du millénaire de la Hongrie.

À partir de 1897, il est soigné en maison de santé, puis interné en hôpital psychiatrique à Endenich, près de Baden-Baden. C'est là qu'il meurt le 1er mai 1900. Il reçoit des funérailles nationales à Budapest. Un musée lui est consacré à Békéscsaba, au sud-est de la Hongrie.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Le dernier jour d'un condamné (1870)
Dans l'atelier à Paris (1876)
  • 1869 : Le Dernier Jour d'un condamné (Siralomház) (Galerie Nationale de Hongrie, Budapest)
  • 1871 : Faiseuses de charpie (Tépéscsinálók). Allusion à la révolution et à la lutte de libération nationale de 1848-49 (Galerie Nationale de Hongrie, Budapest)
  • 1873-74 : Au mont-de-piété (Zálogházban) (Metropolitan Museum of Art, New York)
  • 1875 : Le Héros du village (A falu hőse)
  • 1876 : Dans l'atelier à Paris (Műteremben)
  • 1876 : Haynald Lajos cardinal-archevêque Portrait (Haynald Lajos bíbornok-érsek portréja)
  • 1876-77 : Portrait de László Paál, peintre hongrois (Paál László portréja) (Galerie Nationale de Hongrie, Budapest)
  • 1877 : Recrutement (Újoncozás)
  • 1877-78 : Étude pour Milton (Tanulmány a Miltonhoz)
  • 1877-78 : Milton aveugle dicte à sa file "Le Paradis perdu" (A vak John Milton diktálja leányának Az elveszett paradicsom c. művét) (New York Public Library)
  • 1881 : Le Christ devant Pilate (Krisztus Pilátus előtt) (Musée Déri, Debrecen, dépôt)
  • 1884 : Le Golgotha (Kálvária) (Musée Déri, Debrecen)
  • 1886 : La Mort de Mozart (Mozart halála)
  • 1886 : Portrait de Franz Liszt (Liszt Ferenc portréja) (Galerie Nationale de Hongrie, Budapest)
  • 1886 : Parc Colpach (A Colpach-i park) (Galerie Nationale de Hongrie, Budapest)
  • 1890 : L'Apothéose de la Renaissance, Panneau de plafond au Musée des Beaux-Arts de Vienne (100 m²).
  • 1893 : La Conquête du pays (Honfoglalás) (Parlement de Budapest)
  • 1896 : Ecce homo (Ime az ember) (Musée Déri, Debrecen)

Galerie[modifier | modifier le code]

  • Trilogie du Christ
  • Divers

Source[modifier | modifier le code]

  • Munkácsy, Introduction et choix d'œuvres du peintre par András Székely, Corvina Kiadó, 1987, (ISBN 9631323455)
  • Munkácsy, Mihály : Trilogie de Christ de Mihály Munkácsy : Le Christ devant Pilate, Ecce homo, Le Golgotha. Photos: József Hapák. Debrecen, 1995. Illustration en couleur (ISBN 963 04 6071 8)

Liens externes[modifier | modifier le code]