Miguel d'Escoto Brockmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Miguel d'Escoto Brockmann

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Miguel d'Escoto Brockmann

Naissance 5 février 1933 (81 ans)
Los Angeles
Nationalité nicaraguayen
Pays de résidence Nicaragua
Profession
Prêtre
Distinctions

Miguel d’Escoto Brockmann (né à Los Angeles le 5 février 1933) est un diplomate nicaraguayen et prêtre catholique. Il a été président de la 63e session de l’Assemblée générale de l’ONU de septembre 2008 à septembre 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prêtre missionnaire, il appartient à la Congrégation Missionnaire de Maryknoll et conçoit son sacerdoce comme "un voyage pour la cause de la paix, de la justice, et de la dignité de mon peuple."[1]

Adhèrent aux principes de la théologie de la libération, il rejoint secrètement le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) dans les années 1970. Il est ministre des affaires étrangères de Daniel Ortega entre 1979 et 1990. À ce titre, en 1985, le Saint-Siège lui retire le droit d'exercer son ministère : suspens a divinis[2],[3].

Il obtient le prix Lénine pour la paix pour l'année 1985-1986 [4] et le prix Thomas Merton en 1987.

À partir de 2007, il occupe le poste de conseiller principal pour les affaires étrangères, avec rang de ministre, auprès du président Daniel Ortega.

Ouvrant la séance de l'Assemblée générale du 24 novembre 2008, il dit que « le comportement de la police israélienne dans les Territoires palestiniens occupés semble si proche de celui de l’apartheid » qu'il appelle à poursuivre la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions « pour faire pression sur Israël » afin qu'il change sa façon de traiter les Palestiniens[5].

Miguel d'Escoto Brockmann, ayant abandonné toute activité politique depuis 2010, demande au cardinal Leopoldo José Brenes Solórzano l'autorisation de pouvoir à nouveau célébrer l'eucharistie. Aussi, le 4 août 2014, le pape François accepte de lever la sanction et permet ainsi au prêtre de retrouver son ministère[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Réginald Léandre Dumont: "Les Prêtres subversifs" (Editions Labor - 2002, p. 222)
  2. a et b « Au Nicaragua, le P. Miguel d’Escoto peut à nouveau célébrer l’Eucharistie », La Croix,‎ 5 août 2014 (lire en ligne)
  3. a et b Bernard Litzler, « Un ancien ministre réintégré comme prêtre au Nicaragua » [audio], Juste Ciel, sur rts.ch,‎ 12 août 2014 (consulté le 12 août 2014)
  4. Yearbook of the Great Soviet Encyclopedia 1987, Sovetskaya Enciklopediya, Moscou, p. 599
  5. « Aujourd’hui peut être, nous les Nations unies, devons envisager de suivre l’exemple d’une nouvelle génération dans la société civile, qui appelle à une campagne non violente similaire de boycott, de désinvestissement et de sanctions pour faire pression sur Israël. » 26.11.2008