Mieko Kanai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mieko Kanai 金井 美恵子, Kanai Mieko; née le 3 novembre 1947 à Takasaki) est une écrivain japonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir fréquenté le lycée pour filles (群馬県立高崎女子高等学校 de sa ville natale, Kanai commence en 1966 à écrire des poèmes et des nouvelles. Elle est nominée pour le prix Osamu Dazai en 1967 avec l'histoire Ai no sekatsu (« Vivre dans l'amour »), parue la même année dans la revue littéraire Tembō. L'année suivante paraissent Shizen no kodomo et Eonta, titres encensés par la critique, et Kanai est lauréate du prix Techō Gendsaishi pour son œuvre poétique. Elle publie son premier recueil de poèmes en 1971 sous le titre Madamu Juju no ie (« La Maison de madame Juju »).

En 1970, son récit Yume no jikan (« Temps des rêves ») est retenu pour le prix Akutagawa. Elle est lauréate de l'édition 1979 du prix Kyōka Izumi de littérature pour le recueil de nouvelles Puraton reki en'ai (« Amour platonique »). En 1985 paraît son premier roman Bunshō kyōshitsu. Kanai est honorée du prix de littérature féminine pour Tama-ya (« Le Chat tama ») en 1987.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]