Micrococcus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Micrococcus est un genre de bactéries à coloration Gram positive appartenant à la famille des Micrococcaceae, décrit pour la première fois en 1872 par Cohn[1].

Les cellules sont des coques de 0,5 à 2 µm de diamètre, souvent groupées en tétrades ou en amas irréguliers, généralement immobiles. Ce sont des bactéries aérobies, à métabolisme oxydatif, possédant une catalase, chimio-organotrophe[2]. La paroi cellulaire de Micrococcus est importante et peut faire jusqu'à 50 % de la masse cellulaire. Son génome est riche en guanine et cytosine (GC), ayant habituellement un taux de GC compris entre 65 et 75 mol%[3].

Ces bactéries ont de nombreux habitats, notamment le sol, les eaux douces, les aliments mais leur habitat primaire est la peau des mammifères[3].

Écologie et habitat[modifier | modifier le code]

Micrococcus a été isolé de la peau humaine (et donc dans le microbiote cutané humain) et animale. La peau des mammifères est considérée, à ce jour, comme l'habitat principal de Micrococcus[3].

Peau humaine[modifier | modifier le code]

La peau humaine est riche en microcoques. En effet, une population cutanée de Micrococcus a été retrouvé chez 96% de 115 individus habitant dans 18 états différents des États-Unis [4], avec une très forte proportion en M. luteus (~90% des cas)[3]. Une étude [5] a montré que les microcoques constituent 1 à 20 % de la flore aérobie totale isolée de la peau de la tête, des jambes et des bras, mais moins de 1 % de ces isolats correspond à des zones de haute densité bactérienne comme les aisselles ou les narines. Les microcoques sont cependant rarement isolés sur la peau d'enfants de moins d'un an[3].

Lorsqu'il est sur la peau humaine, Micrococcus luteus dégrade les composés de la sueur en composés à l'odeur désagréable[Lesquels ?].

Peau animale[modifier | modifier le code]

Micrococcus a été isolé de la peau de nombreux animaux, incluant écureuils, rats, ratons-laveurs, opossums, chevaux, porcs, bovins, chiens et divers primates. L'espèce dominante est M. varians tandis que M. luteus est rarement isolé de peau non humaine [3],[6].

Sources secondaires[modifier | modifier le code]

Les sources secondaires, c'est-à-dire contenant une faible population de ces coques, sont les produits laitiers[7], les viandes[8], la bière[9] , les sols et poussières, les boues d'estuaire, l'eau de mer[10] et l'eau douce, mais également l'air. Le sol était précédemment considéré comme la source primaire des microcoques [3], cependant M. luteus meurt rapidement lorsqu'il est placé dans un sol naturel. Des observations microscopiques ont montré que la bactérie était physiquement détruite par des prédateurs de bactéries du sol, dont Streptoverticullum sp.[11],[12].

Lorsqu'ils ne sont pas détruits par des prédateurs bactériens et malgré le fait qu'ils ne forment pas de spores, les Micrococcus peuvent survivre durant un grand laps de temps. Une étude récente de Greenblat et al. a démontré qu'un M. luteus a survécu dans l'ambre entre 34 000 et 170 000 ans, voire plus, sur la base de l'étude de son ARNr 16S[13].

Dans la bière, Micrococcus kristinae forme des sédiments dans les bouteilles de bière et change les saveurs de cette dernière[3].

Pouvoir pathogène[modifier | modifier le code]

Micrococcus est généralement considéré comme un organisme saprophyte ou commensal. Il peut cependant être un pathogène opportuniste, notamment chez les patients immunodéprimés (comme les patients infectés par le VIH)[14]. Chez ces derniers, les microcoques peuvent être impliqués dans diverses infections, notamment des bactériémies récurrentes, des chocs septiques, de l'arthrite septique, des endocardites ou encore des méningites. Dans de rares cas, la mort d'un patient immunodéprimé peut être due à une infection pulmonaire à Micrococcus.

Il peut être difficile d'identifier Micrococcus comme cause d'une infection, car il est normalement présent dans la microflore de la peau humaine et que le genre est rarement impliqué dans une infection (hormis dans les cas cités plus haut). La culture de cette bactérie dans un échantillon de sang est en général une contamination du prélèvement, sauf chez les personnes immunodéprimées ou chez les porteurs du virus VIH et étant atteint du SIDA comme cité ci-dessus.

Propriété bactérienne[modifier | modifier le code]

Morphologie[modifier | modifier le code]

La morphologie est la description de l'aspect, à l’œil nu ou au microscope, de la bactérie ou de ces colonies. Ces critères de morphologies permettent de déterminer vers quels genres bactériens généraux ce diriger et donc déterminer les tests biochimiques et les milieux de cultures à utiliser par la suite.

Macroscopique[modifier | modifier le code]

Colonie de M. luteus après 48h de culture à 37 °C sur milieu TSA

Les colonies sont généralement ronde, à bord régulier, de relief bombés et d'aspect lisse et brillant. Elles sont généralement pigmentées avec des nuances de jaunes ou de rouges, donnant un aspect opaque aux colonies[2].

Microscopique[modifier | modifier le code]

Micrococcus sp. - État frais au microscope à constraste - x1250

Les bactéries du genre Micrococcus sont des coques Gram positives[Notes 1], de 0.5 à 2.0 µm de diamètre, groupées en tétrade, amas irréguliers ou éventuellement en paires. Le groupement en chaines n'est pas visible[2].
Elles sont généralement non mobiles(Micrococcus agilis et M. roseus sont mobile) et asporulés [3],[2].

Milieux d'isolement[modifier | modifier le code]

Les milieux d'isolement permettent de faire croître et de séparer les différents organismes présent dans un échantillon et donc de les isoler afin de pouvoir les étudier individuellement. Ces milieux peuvent contenir diverses substances inhibitrices ou chimique, permettant alors des informations sur les micro-organismes étudiés.

Milieux généraux[modifier | modifier le code]

La plupart des microcoques poussent sur gélose nutritive ou sur gélose P(présenté par Naylor et Burgi en 1984)[15], à 37 °C[3]. Ils sont également généralement halotolérant, poussant avec 5% de chlorure de sodium et pousse dans une gamme de température optimal de 25 à 37 °C[2].

Les seules exceptions sont M. agilis qui est psychrophile et pousse mieux entre 22 et 25 °C, et M. halobius qui nécessite 5% de chlorure de sodium (NaCl) pour croître ce ce type de milieu peu riche[3].

Milieux sélectifs[modifier | modifier le code]

L'utilisation de milieu sélectifs peut permettre d'éliminer certains organismes non recherchés présent régulièrement dans les échantillons isolés.

  • Ajout d'inhibiteurs au milieux de bases
    • L'utilisation de cycloheximide (50 mg/L) permet l'inhibition des moissisures (notamment pour l'isolement à partir de mammifères non-humain)[3],[4],[6]
  • Milieu sélectif
    • La gélose FTO, ou gélose au nitrofurane, développée par Curry et Borobian en 1976[16], permet d'isoler les populations de microcoques (et de corynebactéries) en évitant la croissance de Staphylococcus (organismes fréquemment retrouvés sur des échantillons provenant de la peau).
    • La gélose FP, ou gélose au furazolidone, développé par Rheinbaben et Hadlok en 1981[17], permet la croissance des Micrococcus et inhibe la croissance des Staphylococcus

Conservation[modifier | modifier le code]

Les cultures de microcoques peuvent être stocké sur gélose nutritive au réfrigérateur (5 °C) pour 3 à 5 mois, s'ils sont en tube parfaitement scellés. Ils peuvent également être stockés sur gélose nutritive, sous paraffine liquide au réfrigérateur (5 °C) durant 1 à 2 ans. La méthode la plus fiable est la lyophilisation selon la méthode standard de Kirsop et Snell [18] ou l'azote liquide[3].

Caractéristiques phénotypiques et biochimiques[modifier | modifier le code]

Caractéristiques métaboliques[modifier | modifier le code]

Générales[modifier | modifier le code]

Micrococcus est un genre chimioorganotrophe[Notes 2], et possède un métabolisme aérobie[Notes 3] qui produit rarement, ou peu d'acides à partir des sucres[2].

De plus, les microcoques sont catalase positives[Notes 4] , oxydase variable[Notes 5] et aérobie strict[Notes 6],[3]. Plusieurs espèces de Micrococcus, comme M. luteus, et M. roseus, produisent des pigments caroténoïdes jaunes ou roses lorsqu'elles poussent sur des géloses contenant du mannitol.

Voici quelques composés carbonés pouvant être (ou non) oxydés, en dioxyde de carbone et en eau, par les Micrococcus[3],[19],[20],[21],[22].

Composé carboné Réaction d'oxydation par Micrococcus
Acetate Positive
Lactate Positive
Pyruvate Positive
Succinate Positive
Fructose Positive
Galactose Positive
Glucose Positive
Glycérol Positive
Maltose Positive
Sucrose Positive
Mannitol Variable
Sorbitol Variable
Arabinose Variable
Rhamnose Variable
Ribose Variable
Xylose Variable
Amidon Variable
Dulcitol Négative

Du côté enzymatique, la thymidine kinase[Notes 7] et une phosphorylase peuvent être détectées. De plus, une uridine phosphorylase, démontrant une activité faible est trouvable et l'uridine kinase n'est pas détectable [3].

Cas spécifiques[modifier | modifier le code]

Une souche de M. luteus a montré la production de riboflavine (vitamine B2), lorsqu'il poussent sur des polluants organiques, toxiques, comme la pyridine[23].

Les souches de M. varians et de M. kristinae peuvent pousser en anaérobie facultative et produisent alors de l'acide L-lactique à partir du glucose[3],[24]

Séparation Micrococcus / Staphylococcus[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques phénotypique et biochimique des microcoques et des staphylocoques sont très proche. Les plus grandes différences, permettant la différenciation des genres se retrouve au niveau de la séquence ADN, de la composition de la paroi, des acides gras présents sur la membrane et de la classe de ménaquinones (MK) produites[3]. Cependant, ces caractéristiques ne peuvent être facilement mise en exergue dans un laboratoire classique.

Il donc faut des tests spécifiques, simple et facilement mis en œuvre afin de pouvoir les séparer avec certitude. Voici quelque-uns de ces tests :

Et voici les résultats à ces tests[3] :

Test Micrococcus Staphylococcus
Fermentation lactique du glucose Généralement(>70%) négatif Généralement positif
Acidification à partir du glycérol Négatif (sauf M. kristinae et M. roseus) Généralement positif
Résistance au O129 Sensible Résistant
Résistance à la bacitracine Sensible Résistant
Résistance à la lysostaphine Résistant Sensible
Croissance sur gélose FP Négatif Positif
Croissance sur gélose FTO Positif Négatif

Les souches de M. kristinae et de M. roseus productrice d'acide à partir du glycérol sont cependant facilement différenciable des Staphylococcus de part leurs colonies convexes et leurs pigments caractéristiques[4].

Composition membranaire et de la paroi[modifier | modifier le code]

La membrane cytoplasmique des Micrococcus a été particulièrement étudiée via M. luteus[3],[31].

L'acide gras majeur présent dans la membrane plasmique des microcoques est un C15 saturé avec des branchements méthyles[3],[32],[33],[34],[35],[36], tandis que les phospholipides majeurs sont la cardiolipine et le phosphatidylglycérol[3]. D'autre part, la membrane contient beaucoup de longues chaines carbonées aliphatiques de l'ordre du C22 au C33[3],[37],[38],[4]. Ils contiennent également des ménaquinones hydrogénées de type MK-7, MK-8 et MK-9[3],[39],[40],[41] et des cytochromes de type a-, b-, c- et d-[3],[42].

La membrane plasmique est également le siège des enzymes permettant la biosynthèse des phospholipides, du peptidoglycane[Notes 8] et des acides teichuroniques [Notes 9],[3],[43],[44],[45].

Les membranes de M. luteus[Notes 10] sont inhabituellement riche en mannose[46], et nombre de ces mannoses sont liés à un lipomannane succinylé[47]. De plus, une partie de ces mannoses est également retrouvé dans les glycoprotéines membranaires. Cette présence de glycoprotéines est d'ailleurs plutôt inhabituelle chez les eubactéries[3].

Caractéristiques génomiques[modifier | modifier le code]

Ce genre possède un GC% riche, entre 65 et 75 mol%[3].

Génome[modifier | modifier le code]

Les études de transformations[48] et d'hybridation[49] ont montré que les espèces du genre Micrococcus ne sont pas extrêmement proches[3]. Les espèces M. lulteus et M. lylae montrent une similarité de séquence de l’ordre de 40 à 50% (dans des conditions d'association optimale), alors que M. luteus et M. kristinae ou M.lylae n'en montre qu'entre 10 et 18%. Cela suggère que plusieurs espèces de microcoques pourraient, sur la base de l'analyse de l'ARN ribosomique, être reclassifiées dans d'autres genres microbiens[3].

D'autre part, les analyses comparatives de son ARN ribosomique 16S, et les analyses chimiques de sa paroi, montrent qu'il est plus proche du genre Arthrobacter que d'autres genres coccoïdes comme les Staphylococcus et les Planococcus[3],[50],[51],[52]. Pour cette raison, il ne peut être inclus dans les genres Staphylococcus et Planococcus, au sein de la famille des Microccocaceae dont il fait partie.

L'ARN ribosomique de la souche type du genre, M. luteus, a été séquencée[53] et sa comparaison avec d'autres ARNr 23S bactériens a permis de construire des sondes spécifiques[54]. L'une de ces sondes (pAR28) est très spécifique et ne réagit qu'avec M. luteus et M. lylae, qui sont proches génomiquement. Tandis qu'une autre sonde (pAR27) réagit avec tous les microcoques, mais également avec le genre Arthrobacter, qui est donc proche des Micrococcus[3].

Plasmides[modifier | modifier le code]

Dans la majorité des souches de microcoques, un pourcentage variable (7 à 55%) de plasmide a pu être détecté[55].

La plupart des souches possédant des plasmides montrent 1 à 2 types de plasmides, ayant un taille comprise entre 1 à 100 MDa[3].

Intérêt industriel[modifier | modifier le code]

Agro-alimentaire[modifier | modifier le code]

Les microcoques sont utilisés dans la production de viandes fermentées, pour améliorer leurs couleurs, arômes et saveurs, et conserver leurs qualités organoleptiques[3],[8],[56],[57]. Cependant, si l'on se base sur les mises à jour de classification, la majorité des souches utilisés ont été reclassées dans les staphylocoques, en particulier Staphylococcus carnosus et occasionnellement S. xylosus[3],[58].

Les vrai microcoques utilisées dans les traitements de la viandes sont des Micrococcus varians et M. kristinae (retrouvée isolées de saucisse fermentées)[3],[27].

Pharmaceutique[modifier | modifier le code]

Des espèces de Micrococcus, plus précisement M. luteus et M. varians, sont largement utilisés pour rechercher divers antibiotiques dans des fluides corporels, la nourriture, le lait ou les préparations pharmaceutiques[3],[59],[60],[61],[62],[63].

Industrie pétrolière et environnementale[modifier | modifier le code]

Les microcoques, comme beaucoup d'autres représentants des actinobactéries, ont un catabolisme polyvalent, avec une habilité à utiliser un large spectre de composés inhabituels, comme les pyridines, les herbicides, les biphényles chlorés ou le pétrole et dérivés [64],[65]. Ils sont probablement impliqués dans la détoxification ou la biodégradation de nombreux autres polluants environnementaux [66]. D'autres Micrococcus isolés produisent divers composés utiles, comme les hydrocarbures aliphatiques à longue chaine carbonée (C21-C34) pour les huiles lubrifiantes[3],[4],[37],[38].

Espèces appartenant au genre Micrococcus[modifier | modifier le code]

Approuvé par l'IJSEM[modifier | modifier le code]

Décrite avant les années 2000[modifier | modifier le code]

Habituellement, Micrococcus est différencié en 9 espèces différentes[2],[3]. Voici ces neuf espèces, avec leurs dates de description, leurs reclassement due au séquence de l'ARNr 16S selon LSPN[1] :

Traditionnellement, ces 9 espèces peuvent être différenciées rapidement. Cela à l'aide de critères simples comme la production de pigment(s) et la morphologie des colonies [4].

Par exemple, M. lylae peut-être différencié de M. luteus par la production d'un pigment jaune chez M. luteus et une absence de pigment ou un pigment blanc-crème chez M. lylae, bien que ces deux espèces aient de nombreuse caractéristiques communes. D'un autre côté M. roseus la seule espèces de Micrococcus produisant des pigments roses [3].

Décrite après les années 2000[modifier | modifier le code]

A cela s'ajoute de 7 nouvelles espèces de Micrococcus décrite après 2000[1] et approuvé par lInternational Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology :

Autres identifications[modifier | modifier le code]

ITIS[modifier | modifier le code]

Selon ITIS (15 février 2014)[67] :

NCBI[modifier | modifier le code]

Selon NCBI (15 février 2014)[68] :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les bactéries apparaissent violettes à l'observation microscopique après une coloration de Gram
  2. Les bactériens chimioorganotrophes produisent leurs énergies en dégradant des composés carbonés d'origine organique
  3. Un métabolisme aérobie utilise l'oxygène dans ces réactions de dégradations des composés utilisés
  4. La catalase est une enzyme qui dégrade le peroxyde d'hydrogène (eau oxygénée ou H2O2) est dégradé en eau (H2O) et 1/2 oxygène (O2). On observe dans la formation de bulles dans une goutte d'eau oxygéné lorsque l'on place des bactéries catalase positive (c'est-à-dire possédant la catalase) au sein de cette goutte
  5. L'oxydase est une enzyme cytochrome permettant d'oxyder des composés à grâce à l'oxygène (O2). Lors du test bactériologique du même nom, l'oxydase réduit des composés N-méthylés du paraphénylènediamine en semi-quinone, qui donne une coloration rose-violacée au test
  6. L'oxygène est nécessaire à la croissance des bactéries aérobie strict, son absence empêche leurs croissance
  7. C'est une enzyme phosphorylant ou déphosphorylant les thymidines
  8. C'est un constituant de la paroi bactérienne
  9. Ce sont des acides composés d'un acide uronique et d'un dérivé uronique d'acide aminé
  10. M. luteus est la souche dite type du genre Micrococcus


Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) J.P Euzéby, « LSPN - Genus Micrococcus » (consulté le 27 Avril 2014)
  2. a, b, c, d, e, f et g (en) J.G. holt, N.R. Krieg, P.H.A. Sneath, J.T. Staley, S.T. Williams, Bergey's Manual of Determinative Bacteriology, 9th edition, Philadelphie, Lippincoot Williams & Wilkins,‎ 1994, 787 p. (ISBN 978-0-683-00603-2), p. 530, 542
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq et ar (en) M.Kocur, « The Genus Micrococcus », Prokaryotes, vol. 3,‎ 2006, p. 961-971 (lien DOI?)
  4. a, b, c, d, e, f, g et h (en) W.E. Kloos, T.G. Tornabene, K.H. Schleifer, « Isolation and characterization of micrococci from human skin, including two new species: Micrococcus lylae and Micrococcus kristinae », International Journal of Systematic Bacteriology, vol. 24,‎ 1974, p. 79-101 (lien DOI?)
  5. (en) W.E. Kloos, M.S. Musselwhite, « Distribution and persistence of Staphylococcus and Micrococcus species and other aerobic bacteria on human skin », Applied Microbiology, vol. 30, no 3,‎ 1975, p. 381-395
  6. a et b (en) W.E. Kloos, R.J. Zimmermab, R.F. Smith, « Preliminary studies on the characterization and distribution of Staphylococcus and Micrococcus species on animal skin », Applied and Environnemental Microbiology, vol. 31,‎ 1976, p. 53-59 (lire en ligne)
  7. (en) Y. Abd-el-Malek, T. Gibson, « The staphylococci and micrococci of milk », Journal of Dairy Research, vol. 15, no 3,‎ 1948, p. 249-260 (lien DOI?)
  8. a et b (en) A.G. Kitchell, « Micrococci and coagulase negative staphylococci in cured meats and meat products », Journal of Applied Bacteriology, vol. 25, no 3,‎ 1962, p. 416-431 (lien DOI?)
  9. (de) R. Dickscheit, « Beiträge zur Physiologie und Systematik der Pediokokken des Bieres », Zentralbl. Bakteriol. Parasitenkd. II. Abt., vol. 114,‎ 1961, p. 270-284, 458-471
  10. (en) C.E. ZoBell, C. Upham, « A list of marine bacteria including descriptions of sixty new species », Bulletin of Scripps Institute of Oceanography, University of California, vol. 5,‎ 1944, p. 239-292
  11. (en) L.E.Jr. Casida, « Death of Micrococcus luteus in soil », Applied and Environnemental Microbiology, vol. 39, no 5,‎ 1980, p. 1031-1034
  12. (en) « Bacterial predators of Micrococcus luteus in soil », Applied and Environnemental Microbiology, vol. 39, no 5,‎ 1980, p. 1035-1041
  13. (en) Greenblat, C.L., Baum, J., Klein, B.Y., Nachshon, S., Koltunov, V., Cano, R.J., « Micrococcus luteus – Survival in Amber », Microbial Ecology, vol. 48, no 1,‎ 2004, p. 120–127 (liens PubMed? et DOI?)
  14. (en) Smith K, Neafie R, Yeager J, Skelton H, « Micrococcus folliculitis in HIV-1 disease », Br J Dermatol, vol. 141, no 3,‎ 1999, p. 558–61 (liens PubMed? et DOI?)
  15. H.B. Naylor, E. Burgi, « Observations on abortive infections of Micrococcus lysodeikticus with bacteriophage », Virology, vol. 2, no 5,‎ 1956 (lire en ligne)
  16. a et b J.C. Curry, G.E. Borovian, « Selective medium for distinguishing micrococci from staphylococci in the clinical laboratory », Journal of Clinical Microbiology, vol. 4, no 455-457,‎ 1976 (lire en ligne)
  17. a et b (en) K.E. Rheinbaben, R.M. Hadlok, « Rapid distinction between micrococci and staphylococci with furazolidone agars », Antonie Van Leeuwenhoek, vol. 47, no 1,‎ 1981, p. 41-51 (lien DOI?)
  18. (en) B.E. Kirsop, J.J.S. Snell, Maintenance of micro-organisms., Academic Press,‎ 1984
  19. (en) H.J. Saz, L.O. Krampitz, « The oxidation of acetate by Micrococcus lysodeikticus », Journal of Bacteriology, vol. 67,‎ 1954, p. 409-418 (lire en ligne)
  20. (en) S. Rosypal, M. Kocur, « The taxonomic significance of the oxidation of carbon compounds by different strains of Micrococcus luteus », Antonie van Leeuwenhoek, vol. 29,‎ 1963, p. 313-318 (lire en ligne)
  21. (en) J.J. Perry, J.B. Evans, « Oxidative metabolism of lactate and acetate by Micrococcus sodonensis », Journal of Bacteriology, vol. 79,‎ 1960, p. 113-118 (lire en ligne)
  22. (en) J. Perry, J.B. Evans, « Oxidation and assimilation of carbohydrates by Micrococcus sodonensis », Journal of Bacteriology, vol. 91,‎ 1966, p. 33-38 (lire en ligne)
  23. (en) Sims GK, Sommers LE, Konopka A, « Degradation of Pyridine by Micrococcus luteus Isolated from Soil », Appl Environ Microbiol, vol. 51, no 5,‎ 1986, p. 963–968 (liens PubMed? et PubMed Central?)
  24. Hartinger et Schleifer - Observations non publiées
  25. (en) J.B. Evans, W.E. Kloos, « Use of shake cultures in a semisolid thioglycolate medium for differentiating staphylococci and micrococci », Applied Microbiology, vol. 23,‎ 1972, p. 326-331
  26. (en) K.H. Schleifer, W.E. Kloos, « A simple test system for the separation of staphylococci from micrococci », Journal of Clinical Microbiology, vol. 1,‎ 1975, p. 337-338 (lire en ligne)
  27. a et b (de) U. Fisher, K.H. Schleifer, « Zum Verkommen der Gram-positiven, katalase-positiven Kokken in Rohwurst », Fleishchwirtschaft, vol. 60,‎ 1980, p. 1046-1051
  28. W.T. Bouvet, R. Chatelain, J.Y. Riou, « Intéret du composé vibriostatique O/129 pour différencier les genres Staphylococcus et Micrococcus », Ann. Inst. Pasteurv, vol. 113, no B,‎ 1982, p. 449-453
  29. (en) D. Falk, S.J. Guering, « differenciation of Staphylococcus and Micrococcus spp. with the taxo A bacitracin disk », Journal of Clinical Microbiology, vol. 18,‎ 1983, p. 719-721 (lire en ligne)
  30. (en) P.H. Klesius, V.T. Schuhardt, « Use of lysostaphin in th isolation of highly polymerized deoxyribonucleic acid and in the taxonomy of aerobic Micrococcaceae », Journal of Bacteriology, vol. 95,‎ 1968, p. 739-743 (lire en ligne)
  31. (en) M.R.J. Salton, « Bacterial membrane proteins », Microbiol. Sciences, vol. 4,‎ 1987, p. 100-105
  32. (en) A.E. Girard, « A comparative study of the fatty acids of some micrococci », Canadian Journal of Microbiology, vol. 17,‎ 1971, p. 1503-1508 (lien DOI?)
  33. (en) H. Onishi, H. Kamekura, « Micrococcus halobius sp. n. », International Journal of Bacteriology, vol. 22,‎ 1972, p. 233-236
  34. (en) D. Thirkell, E.M. Gray, « Variation in the lipid fatty acid composition in purified membrane fractions from Sarcina aurantiaca in relation to growth phase », Antonie Van Leeuwenhoek, vol. 40, no 1,‎ 1974, p. 71-78 (lire en ligne)
  35. (en) E. Jantzen, T. Bryn, K. Bøvre, « Gas chromatography of bacterial whole cell methanolysates. VI. Fatty acid composition of strains within Micrococacceae », Acta Pathologica, Microbiologica, et Immunologica Scandinavica, vol. 82B, no 6,‎ 1974, p. 785-798 (lien DOI?)
  36. (en) B.W. Brooks, R.G.E. Murray, J.L. Jonhson, E. Stackebrandt, C.R. Woese, G.E. Fox, « Red-pigmented micrococci:A basis for taxonomy », International Journal of Bacteriology, vol. 30,‎ 1980, p. 627-646
  37. a et b (en) T.G. Tornabene, S.J. Morrison, W.E. Kloos, « Aliphatic hydrocarbon contents of various members of the family Micrococcaceae », Lipids, vol. 5, no 11,‎ 1970, p. 929-937 (lire en ligne)
  38. a et b (en) S.J. Morrison, T.G. Tornabene, W.E. Kloos, « Neutral lipids in the study of the relationship of members of the family Micrococcaceae », Journal of Bacteriology, vol. 108, no 11,‎ 1971, p. 353-358 (lire en ligne)
  39. (en) L. Jeffries, « Menaquinone in the classification of Micrococcaceae with observations on the application of lysozyme and novobiocin sensitivity tests », International Journal of Bacteriology, vol. 19,‎ 1969, p. 183-187
  40. (en) L. Jeffries, M.A. Cawthorne, M. Harris, B. Cook, A.T. Diplock, « Menaquinone determination in the taxonomy of Micrococcaceae », Journal of General Microbiology, vol. 54,‎ 1969, p. 365-380
  41. (en) H. Yamada, T. Uwajima, H. Kumagai, M. watanabe, K. Ogata, « Crystalline tyramine oxidase from Sarcina lutea », Biochemical and Biophysical Research Communications, vol. 27,‎ 27, p. 350-355 (lien DOI?)
  42. (de) A. Faller, F.Götz, K.H. Schleifer, « cytochrome patterns of staphylococci and micrococci and thier taxonomic implications », Zbl. Bakteriol. I. Abt. Orig., vol. C1,‎ 1980, p. 26-39
  43. (en) A.J. De Siervo, M.R. Salton, « Biosynthesis of cardiolipin in the membranes of Micrococcus lysodeikticus », Biochimical and Biophysical Acta, vol. 239,‎ 1971, p. 280-292 (lien DOI?)
  44. (en) W. Park, M. Matsuhashi, « Staphylococcus aureus and Micrococcus luteus peptidoglycan transglycosylases that are not penicillin-binding proteins », Journal of Bacteriology, vol. 157,‎ 1984, p. 538-544
  45. (en) C.I. Traxler, A.S. Goustin, J.S. Anderson, « Elongation of teichuronic acid chains by a wall-membrane preparation from Micrococcus luteus », Journal of Bacteriology, vol. 150,‎ 1982, p. 649-656
  46. (en) P. Owen, M.R.J. Salton, « A succinylated mannan in the membrane system of Micrococcus lysodeikticus », Biochemical and Biophysical Research Communications, vol. 63,‎ 1975, p. 875-880 (lien DOI?)
  47. (en) H. Doherty, C. Condon, P. Owen, « Resolution and in vitro glycosylation of membrane glycoproteins in Micrococcus luteus (lysodeikticus) », DEMS Microbiology Letters, vol. 15,‎ 1982, p. 331-336 (lien DOI?)
  48. (en) W.E. Kloos, « Transformation of Micrococcus lysodeikticus by various members of the family Micrococcaceae », Journal of General Microbiology, vol. 59,‎ 1969, p. 247-255 (lien DOI?, lire en ligne)
  49. (en) N. Ogasawara-Fujita, K. Sakahuchi, « Classification of micrococci on the basis of deoxyribonucleic acid homology », Journal of General Microbiology, vol. 94,‎ 1976, p. 97-106 (lien DOI?, lire en ligne)
  50. (en) R.M. Keddie, R.E. Buchanan, N.E. Gibbons, Bergey's Manual of determinative bacteriology, 8e ed., Williams and Wilkins,‎ 1974, p. 618-625
  51. (en) M. Kocur, T. Bergan, Mortensen N., « DNA base composition of Gram-positive cocci », J. Gen. Microbiol., vol. 69,‎ 1971, p. 167-183
  52. (en) E.Stackebrandt, C.R. Woese, « A phylogenetic dissection of the family Micrococcaceae », Curr. Microbiol.,‎ 1959, p. 317-322
  53. (en) A. Regensburger, W. Ludwig, R. Frank, H. Blöker, K-H. Schleifer, « Complete nucleotide sequence of a 23S ribosomal RNA gene form Micrococcus luteus », Nucleic Acids, vol. 16,‎ 1988, p. 2344
  54. (en) A. Regensburger, W. Ludwig, K-H. Schleifer, « DNA probes with diffrent specificities from a cloned 23S rRNA gene of Micrococcus luteus », Journal of General Microbiology, vol. 134,‎ 1988, p. 1197-1204
  55. (en) J.N. Mathis, W.E. Kloos, « Isolation and characterization of Micrococcus plasmids. », Current Microbiology, vol. 10,‎ 1984, p. 163-171
  56. (de) F.P. Niinivaara, M.S. Pohja, « Erfahrungen über die Herstellung von Rohwurst mittels einer Bakterien-reinkultur », Fleischwirtschaft, vol. 9,‎ 1957, p. 789-790
  57. (en) M.S. Pohja, « Micrococci in fermented meat products. Classification and description of 171 different strains », Acta Agralia Fennica, vol. 96,‎ 1960, p. 1-80
  58. Modèle:W.E. Kloos - Observations non publiées
  59. (en) F.W. Bowman, « Test organisms for antibiotic microbial assays », Antibiotic and Chemotherapy, vol. 7,‎ 1957, p. 639-640
  60. (en) J.H. Coates, A.D. Argoudelis, « Microbial transformation of antibiotics: Phosphorylation of clindamycin by Streptomyces coelicolor Müller », Journal of Bacteriology, vol. 108,‎ 1971, p. 459-464
  61. (en) D.C. Grove, W.A. Randall, Assay Methods of Antibiotics, vol. Antibiotics Monographs, t. 2, New York, coll. « Medical Encyclopedia »,‎ 1955
  62. (en) A. Kirshbaum, B. Arret, « Outline of details for assaying the commonly used antibiotics », Ant. Chem., vol. 9,‎ 1959, p. 613-617
  63. (en) H.J. Simon, E.J. Yin, « Microbioassay of antimicrobial agents », Applied Microbiology, vol. 19, no 4,‎ 1970, p. 573-579
  64. (en) Doddamani H, Ninnekar H, « Biodegradation of carbaryl by a Micrococcus species », Curr Microbiol, vol. 43, no 1,‎ 2001, p. 69–73 (liens PubMed? et DOI?)
  65. (en) Sims GK, O'loughlin EJ, « Riboflavin Production during Growth of Micrococcus luteus on Pyridine », Appl Environ Microbiol, vol. 58, no 10,‎ 1992, p. 3423–3425 (liens PubMed? et PubMed Central?)
  66. (en) Zhuang W, Tay J, Maszenan A, Krumholz L, Tay S, « Importance of Gram-positive naphthalene-degrading bacteria in oil-contaminated tropical marine sediments », Lett Appl Microbiol, vol. 36, no 4,‎ 2003, p. 251–7 (liens PubMed? et DOI?)
  67. ITIS, consulté le 15 février 2014
  68. NCBI, consulté le 15 février 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sites taxinomiques[modifier | modifier le code]

Autres liens externes[modifier | modifier le code]