Michiko Maeda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maeda.

Michiko Maeda[1]

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Michiko Maeda(1934- )

Naissance 27 février 1934 (80 ans)
Drapeau du Japon Japon Osaka, Japon
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Profession Actrice de films pornographiques

Michiko Maeda (前田通子, Maeda Michiko?) est une actrice japonaise du cinéma et de la télévision. Elle est la première actrice japonaise à s'être dévêtue devant la caméra. Maeda est connue pour avoir été bannie du cinéma nippon pour avoir refusé d'obéir à un réalisateur. Après cet incident, elle est restée éloignée de la scène pendant 42 ans avant de céder aux demandes des réalisateurs Satoru Kobayashi et Teruo Ishii pour leur film Hell[2].

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Michiko Maeda est née à Ōsaka le 27 février 1934. Elle travaille dans un grand magasin de Nihonbashi, un quartier d'affaires de Tōkyō, lorsqu'elle commence une carrière d'actrice aux studios Shintōhō en 1955. Son premier film, Santōshain to Onna Hisho (三等社員と女秘書?), réalisé par Hiromasa Nomura paraît en août 1955. L'année suivante, elle interprète un petit rôle de stripteaseuse dans Eikō to Bakusō Ō (栄光と驀走王?), film réalisé par Seiichiro Uchikawa, et attire l'attention du public sur l'aspect voluptueux de sa personne. Dans leur livre The Japanese Film: Art and Industry, Anderson et Richie la décrivent comme une « une star presque entièrement construite sur des glandes mammaires[3], [4]. »

Shintōhō profite de la popularité de Maeda pour lui faire interpréter un grand nombre de rôles où elle pouvait faire valoir ses avantages. On dit que d'autres studios recherchèrent à leur tour des actrices bien pourvues capables d'entrer en concurrence avec Maeda[4]. En 1957, elle est l'actrice principale de La vengeance de la Reine des Perles (女真珠王の復讐, Onna Shinjū Ō no Fukushū?, en anglais Revenge of the Pearl Queen), un film d'angoisse qui se déroule sur une île déserte et où il est question d'une femme qui cherche à venger son amant défunt. Maeda accède alors à la notoriété en étant la première actrice japonaise à paraître dévétue à l'écran[1].

Shintōhō, exploitant des scènes de nudisme similaires, fait paraître Maeda à plusieurs reprises en pêcheuse de perles revêtue seulement d'un string. Son dernier film du genre s'intitule L'Effroi de la plongeuse (海女の戦慄, Ama no Senritsu?, en anglais Woman Diver's Terror) (1957). Lors du film suivant, (Konpira Riseiken (金比羅利生剣 ?) (1957) du réalisateur Goro Katano, l'actrice refuse d'interpréter une scène dans laquelle elle est censée relever son slip devant la caméra. Le scandale qui en résulte est connu sous le nom de « l'incident de remonter son slip (裾まくり事件, Suso makuri jiken?) » et fait la manchette d'une certaine presse internationale[5], [6]. Le résultat de sa désobéissance ne se fait pas attendre : elle est bannie de l'industrie cinématographique. Son éloignement du monde des films roses durera 42 ans. En 1999, Satoru Kobayashi et le réalisateur de films cultes Teruo Ishii la persuadent de revenir devant la caméra pour tenir le rôle d'Enma Daio, le Juge de l'Enfer, dans le film Hell[1], un remake de Jigoku de Nobuo Nakagawa, qu'ils réalisent conjointement.

Maeda est pressentie pour paraître dans deux films taïwanais en 1963. Elle revient à la production japonaise en 1972 avec le soap opera Dakuryū no Onna (渓流の女?) diffusé sur les antennes de Nippon Television. On la verra à la télévision et sur scène jusqu'à sa retraite en 1976.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « (en) & (ja) 地獄: キャスト (Hell: Cast-- < Enma Daio, the Judge of Hell > Michiko Maeda) », Jigoku Homepage, archivé le 19-08-2000 sur [1] (consulté le 07-02-2008).
  2. « (en) & (ja) 地獄: キャスト (Hell: Cast - < Enma Daio, the Judge of Hell > Michiko Maeda) », Jigoku Homepage, archivé le 19 août 2000 sur [2] (consulté le 12-02-2008).
  3. « a star who consisted almost entirely of mammary glands »
  4. a et b Anderson, Joseph & Richie, Donald, The Japanese Film: Art and Industry (Expanded Edition), 1982, pp. 266-267. Éditeur: Princeton University Press, Princeton (ISBN 0691007926)
  5. « (en) WONT LIFT SLIP », Oshkosh Daily Northwestern, 21 août 1957 (consulté le 07-02-2008).
  6. « (en) Actress Won't Shoot Scene In The Nude », The Lima News, 2 août 1957 (consulté le 07-02-2008).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]