Michele Prisco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michele Prisco : Portrait - Augusto De Luca

Michele Prisco (né le 18 janvier 1920 à Torre Annunziata, dans la province de Naples, en Campanie et mort à Naples le 19 novembre 2003) est un écrivain et journaliste italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né et élevé à Torre Annunziata, dans un milieu bourgeois qui constituera par la suite l'arrière-plan de ses livres, Michele Prisco passe les diplômes de droit et ceux d'examen d'avocat, mais il préfère la carrière de journaliste et d'écrivain.

En 1942, son premier récit Gli alianti (« Les planeurs ») est publié dans le supplément mensuel du journal Il Corriere della sera. Avant d'être mobilisé, il collabore à la Gazetta del Popolo de Turin. Il poursuit sa formation pendant les longs mois passés au front grâce à ses camarades dont certains deviendront ses amis pour la vie, comme les écrivains Gino Montesanto, Mario Pomilio et le peintre Enrico Accatino. À la fin de la guerre, il reprend son activité de journaliste dans des périodiques.

En 1949 il publie son premier roman, La provincia addormentata qui lui permet de remporter la médaille d'or pour la première œuvre du prix Strega.

En 1950 Gli eredi del vento lui procure le prix Venezia pour une œuvre inédite.

En 1951 il se marie et déménage à Naples, ville qu'il aime et où il vivra jusqu'à sa mort.

Dans les années 1960, il fait partie, avec Mario Pomilio, Domenico Rea, Luigi Incoronato, Gianfranco Venè e Leone Pacini Savoj des collaborateurs de la revue littéraire Le ragioni narrative, dont il sera aussi directeur. Il continue son travail de journaliste comme critique cinématographique et littéraire et sera pendant une dizaine d'années le vice secrétaire du Syndicat national des écrivains.

Il se montra un écrivain très prolifique et apprécié tant du public que de la critique qui en apprécia tout de suite le style riche et moelleux.

Un film de qualité est inspiré de son roman Una spirale di nebbia. Dans ses premiers livres — La provincia addormentata, Eredi del vento et surtout Figli difficili —, il décrit la bourgeoisie napolitaine, avec toutes ses faiblesses et ses limites, entre autres, l'incapacité de proposer pour Naples des alternatives concrètes à une situation de stagnation sociale et économique qui empêche son développement.

Par la suite, tout en continuant de fouiller le monde des classes moyennes de Naples, il cherchera d'inclure dans ses analyses les milieux plus populaires mais sans jamais introduire dans ses romans ces connotations impressionnistes et de folklore qui sont typiques d'une grande partie de la littérature napolitaine d'après-guerre.

En 1996 il remporte le prix Cimitile pour son œuvre Il Pellicano di Pietra.

Il meurt à Naples le 19 novembre 2003.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive. Seuls quatre de ses romans semblent avoir fait l'objet d'une traduction en français.

  • La Provincia addormentata, 1949 (première œuvre)
  • Figli difficili, 1954.
  • Gli Eredi del vento.
    • Traduction française : Les Héritiers du vent (traduit de l'italien par Janine Karleskind), éditions du Seuil, Paris, 1954, 495 p., [pas d'ISBN], (notice BnF no FRBNF325466891).
  • Fuochi a mare, 1957;
  • La Dama di piazza, 1961 (Prix Napoli 1962).
    • Traduction française : La Dame de Naples, éditions Hachette, coll. « Grands romans étrangers », Paris, 1965, 512 p., [pas d'ISBN], (notice BnF no FRBNF33143713s).
  • Punto franco, 1965.
  • Una Spirale di nebbia, 1966 (prix Strega).
    • Traduction française : Jeux de brouillard (traduit de l'italien par Simone de Vergennes), éditions Flammarion, Paris, 1967, 283 p., [pas d'ISBN], (notice BnF no FRBNF331437144). — Réédition française en collection de poche, dans la même traduction et sous le même titre : éditions E. Nalis, coll. « Le Poche du mois » no 7, Paris, 1968, 309 p., [Pas d'ISBN], (notice BnF no FRBNF33143715g).
  • I Cieli della sera, 1970 (prix Napoli).
    • Traduction française : Les Clefs du soir (traduit de l'italien par Paul Alexandre), éditions Fayard, Paris, 1976, 270 p., (ISBN 2-213-00333-5), (notice BnF no FRBNF34558549g).
  • Gli Ermellini neri, 1975.
  • Il Colore del cristallo, 1977.
  • Le Parole del silenzio, 1981 (prix Mediterraneo).
  • Lo Specchio cieco, 1984 (Prix littéraire Giovanni Verga, prix Hemingway e prix Fiuggi).
  • I Giorni della conchiglia, 1982 (prix Sirmione Catullo, prix Rosone d’oro Pescara).
  • Terre basse, 1992 (prix Sila, prix Il Pane - Castiglione del Lago, prix Boccaccio, prix Frontino - Montefeltro).
  • Il Cuore della vita, 1995.
  • Il Pellicano di pietra, 1996 (prix Fregene, prix Selezione Campiello, prix Viadana, prix Rhegium Julii, prix Gioi Cilento, prix Pirandello).
  • Gli altri, 1999.

Sources[modifier | modifier le code]