Michele Piccirillo (archéologue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michele Piccirillo.
Michele Piccirillo en 2006

Michele Piccirillo (né le 18 novembre 1944 à Casanova di Carinola, un hameau de la commune de Carinola, dans la province de Caserte en Campanie (Italie) et mort le 26 octobre 2008 à Livourne, en Toscane) était un historien, un archéologue et un franciscain italien, directeur du musée du Studium Biblicum Franciscanum de Jérusalem. Il était l'un des plus grands spécialistes en archéologie de la Terre sainte.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père Michele Piccirillo est franciscain, archéologue et bibliste. Professeur au Studium Biblicum Franciscanum, il est également directeur du Musée du Studium Biblicum Franciscanum de Jérusalem.

Il a travaillé pendant plus de 40 ans au Moyen-Orient, sur les mosaïques de la région du Mont Nébo (Jordanie), Madaba et Umm al-Rasas. Il est devenu célèbre dans le monde entier pour ses fouilles liées à la découverte des mosaïques du Mont Nébo. Une grande exposition au Palais royal de Milan, en 2000, a permis de montrer, pour la première fois en Europe, plus de 400 pièces, sculptures, peintures, et mosaïques sur la première Croisade (1099). Des Croisades à la Garde des Lieux saints en Terre Sainte, cette exposition dont Michele Piccirillo préside le comité scientifique, montre la présence culturelle de la Custodie de Terre Sainte, créée par le pape Clément VI et confiée aux Frères mineurs qui étaient présents depuis 1217 en Terre sainte.

Plus récemment, le père Michel Piccirillo découvre, à partir des textes anciens, que la tombe de Marie, la Mère de Jésus, se trouve dans un ensemble complexe de sépultures en trois grottes. Le corps de la Vierge fut enterré dans la chambre se trouvant le plus loin à l’intérieur et sur un banc creusé dans la partie Est. Une dalle de marbre qui recouvrait ce banc a été retirée[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pia Compagnoni, La tombe de Marie, dans « La terre sainte », N° 589 (72° année), mai-juin 2007, p. 48-49.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michele Piccirillo (préf. Maurice Sartre), L'Arabie chrétienne, Paris, Editions Mengès,‎ 2002 (ISBN 978-2-85620-425-2)
  • (en) E. Alliata, Mount Nebo. New Archaeological Excavation 1967-1997, Franciscan press, Jérusalem,‎ 1998 (ASIN B0006FCNN6)